Ce qui importe n’est pas ce que vous faisiez, mais avec qui vous le faisiez

16, mars 2017 dans Psychologie 115 Partagés

Vous avez traversé beaucoup de choses. Certaines ont été très belles, et d’autres l’ont moins été. Vous continuerez à vivre de nouvelles expériences qui vous marqueront et dont vous vous souviendrez quand vous regarderez en arrière. Cependant, qu’est-ce qui vous importe quand vous retournez dans votre passé ? Les réussites personnelles, les jours tristes et les échecs solitaires n’en seront pas les protagonistes. Le plus important ne sera pas ce que vous avez réussi à faire, mais avec qui vous l’avez partagé.


Les meilleurs et les pires moments de notre vie sont toujours marqués par des personnes.


Beaucoup de ces situations positives ou négatives, dont vous vous souvenez comme si c’était des histoires, ont les personnes comme personnages principaux. Des gens qui vous ont marqué-e, qui vous ont inspiré-e, qui vous ont fait du mal.

Il est plutôt curieux d’être conscient-e de la grande quantité de temps que nous dédions à nos réussites, à nos buts, à nos objectifs, à notre développement personnel… En revanche, quand nous jetons un coup d’œil en arrière, beaucoup de ces aspirations et efforts ne méritent pas de rester dans notre mémoire.

Ce qui importe n’est pas le «quoi», mais le «avec qui»

Se connecter aux autres personnes est très important pour nous, car dès notre naissance, ces personnes nous marquent. Songeons à nos parents, à la manière dont ils deviennent des piliers fondamentaux et nous aident à faire nos premiers pas, aussi bien de façon littérale que métaphorique. Grâce à eux, nous apprenons beaucoup de choses sur l’art de vivre.

Malgré tout, nos progéniteur-trice-s en viennent rapidement à être relégué-e-s avec l’arrivée des ami-e-s et des petit-e-s ami-e-s. Ce nouveau monde dans lequel nous luttons avec des personnes qui ne font pas partie de notre famille mais que nous considérons parfois comme telles. Certaines nous décevront, nous aurons confiance en d’autres qui finiront par nous faire souffrir et, enfin, nous découvrirons le sens du mot «bonheur» avec beaucoup de ces personnes… Tout cela nous permettra d’en apprendre plus sur les liens.

Chaque jour est un défi pour réussir à avoir une meilleure relation avec notre chef-fe, pour résoudre cette dispute que nous avons eue avec notre frère/soeur ou pour améliorer beaucoup d’autres expériences qui nous préoccupent par rapport à notre connexion avec les autres. C’est comme si tout se réduisait à cela, comme si notre objectif principal était d’améliorer les liens avec d’autres personnes.


«Même si nous dédions beaucoup de temps et d’efforts à des réussites individuelles comme le travail, ce qui nous rend plus heureux tout au long de notre vie, et aussi plus tristes, sont les moments sociaux, ceux où nous nous sentons connectés aux autres…»

-Shira Gabriel-


Vous vous demandez peut-être, que se passe-t-il avec celleux que je n’aime pas spécialement ? Je ne veux pas prendre soin de l’union, je veux m’en libérer. Avec cette réalité mise sur table, vous vous rendez compte à quel point les autres sont le point central de votre vie ? Les bonnes et les mauvaises choses sont signalées par des sujets auxquels vous donnez de l’importance.

Cela se produit peut-être parce que nous sommes des êtres sociaux. Nous avons besoin de communiquer avec les autres, remarquer que nous faisons partie d’un groupe… Cela rend indispensable le fait de se connecter avec quelqu’un pour se sentir bien. Quand cela n’arrive pas, nous devenons tristes car les émotions et les sentiments négatifs affleurent. Une fois arrivés à ce point, il est donc logique que, quand vous tournez la tête pour observer ce que vous avez vécu, la première chose qui vous vienne à l’esprit ne soit pas le «quoi» mais le «avec qui».

Le bonheur surgit quand je peux partager

Si les personnes ont autant d’importance pour nous, il est normal que nous soyons incapables d’être heureux-ses si nous ne pouvons pas partager nos réussites, nos buts et notre propre bonheur. Cela expliquerait pourquoi beaucoup d’individus qui ont atteint le succès ou tout autre objectif qui les a fait triompher ne se sentent pas comblés.

Pensez à quelqu’un qui est arrivé très haut. Ce quelqu’un a du lutter contre d’autres qui étaient à sa hauteur. Cependant, avec efforts, travail et passion, il a réussi à obtenir ce qu’il désirait tant. Mais, à quoi a-t-il pensé quand il a atteint son objectif ? Peut-être à la fierté qu’il ressentait, mais aussi au fait de pouvoir partager cette grande réussite avec celleux qu’il aimait. Si la réalité est si évidente, le moment n’est-il pas venu d’agir en conséquence ?

Pensez à apprécier les personnes qui sont autour de vous. Parfois, nous les oublions. Nous annulons des moments avec notre famille parce que nous devons travailler. Nous remettons à plus tard des repas avec nos ami-e-s à cause de projets ou d’autres histoires que nous faisons passer avant elleux. Imaginez  le nombre de personnes qui ne fêtent pas Noël avec les êtres qu’elles aiment.


Vos succès n’auront pas le même effet en vous si nous n’avez personne avec qui les partager.


Il est vrai qu’on ne peut pas toujours, mais souvenez-vous que les moments sont uniques. Si vous n’en profitez pas quand vous en avez l’occasion, ces moments passeront et ne reviendront plus. Avoir une vision du futur est une très bonne chose mais si les personnes constituent une partie importante de vos souvenirs, ne les laissez pas de côté. Elles méritent aussi que vous leur consacriez du temps.

Désormais, chaque fois que vous regardez en arrière, prêtez attention à toute ces personnes qui ont marqué tous les instants de votre vie. Car ici, le «presque» n’a pas sa place. Tous ces moments spéciaux, toutes ces situations que vous avez détestées, le jour où vous vous êtes senti heureux-se, la nuit où vous avez voulu mourir… Tous ces moments, absolument tous, ont comme protagonistes les personnes qui ont fait partie de votre vie.