Il faut laisser aller ce qui vous fait du mal, même si cela vous est difficile

· 22 mars 2016

Avec le temps, j’ai compris que laisser aller, ce n’est pas se déclarer vaincu, ce n’est pas un acte de faiblesse, mais plutôt un acte de force et de maturité. Même si ça me fait mal de te laisser partir, je sais que certaines choses ne peuvent plus durer.

Tout au long de notre vie, on a laissé de nombreuses choses derrière nous, on a désappris des scénarios, des situations, des habitudes et même des personnes.

Aujourd’hui, vous êtes ce que vous avez laissé derrière vous hier, afin de vous construire un présent plus authentique, même si cela a pu engendrer une certaine souffrance.

 


Laisser aller, en fait, cela fait partie de la vie ; chaque pas vers l’avant que l’on fait nous sert à nous défaire de ces choses qui ne peuvent plus durer, de ce qui fait mal, de ce qui s’ajuste avec les engrenages de notre bonheur.


 

Assumer que vivre, souvent, c’est couper les ponts et lâcher ces choses qui autrefois nous comblait de bonheur et d’espoir, sans doute est-ce quelque chose de très difficile à faire.

Cependant, à partir du moment on où on l’assume, on est alors mieux préparé à surmonter ces moments où regarder derrière, c’est « se détacher » de ces choses qui appartiennent maintenant au passé.

Etre parfois nostalgique nous enrichit et nous inspire, mais survivre perpétuellement dans le souvenir et dans ce que vous avez laissé aller, loin de vous permettre de vous épanouir, cela vous érodera, comme ces roches parfois chargées de la douleur de la houle.

Libérez-vous, avancez, et assumez votre vécu comme s’il était un précieux trésor : il vous enrichit de l’intérieur et vous aide à prendre le meilleur chemin, celui où s’ouvre l’équilibre, celui qui vous mènera à vivre toutes les choses que vous devez vraiment vivre.

Laisser aller certaines choses, afin que d’autres encore meilleures, puissent arriver jusqu’à nous

chica-con-abrigo-rojo-simbolizando-el-dejar-ir-una-paloma

Parfois, on croyait fort en ces choses qu’on a laissé aller, et bien souvent, elles nous ont permis d’être heureux.

Les joies, l’amour et l’espoir d’hier expliquent la souffrance d’aujourd’hui, la difficulté que l’on peut avoir à désapprendre une personne ou une situation.

 


Même ce qui vous faisait du bien avant peut ne plus vous en faire maintenant, mais au contraire vous faire souffrir. Même ceux qui disent vous aimer peuvent s’éloigner de vous un peu plus chaque jour, comme ceux qui arrachent les pétales d’une fleur jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus que ses épines.


 

En fait, il n’est pas facile d’intégrer ce qu’on nous a tant de fois répété: Vivre, c’est se laisser porter sans résister. Mais, comment y parvenir ?

Nous avons tous besoin d’assurance au quotidien, nous avons tous besoin qu’on nous aime aujourd’hui de la même façon que demain.

  • Laisser aller, c’est faire preuve de courage, c’est se connaître soi-même. Il nous faut être capable de voir où sont nos limites, ainsi que de savoir ce qu’on veut vraiment pour nous.
  • Nous avons conscience que le bonheur n’est acquis pour personne, qu’aucune ligne de la main ne le garantit.
    Néanmoins, nous avons le droit d’entrelacer, à un moment donné, nos doigts avec ceux d’un.e autre, de cette personne qui nous comble d’émotions, et qui d’une certaine façon nous offre du bien-être.
  • Si ce compagnon ou cette compagne à qui l’on tient la main finit par nous guider sur le chemin du malheur, il faut alors lâcher prise et trouver notre propre chemin, et même s’il y a encore de l’amour.
    Malgré la tendresse et la passion, toutes les relations ne sont pas saines, et toutes les amours ne comprennent pas le langage du respect.

Une forte estime de soi et une attitude courageuse qui défend notre propre dignité, voilà ce qui nous guidera loin de ce genre de situations et nous permettra de ne pas rester là, immobile, à la merci de la souffrance.

Mûrir, c’est aussi laisser aller ces personnes qui ne veulent pas rester à nos côtés.

dejar-ir-dientes-de-león

Apprenez à laisser aller, et vous serez heureux

Ceux qui s’accrochent au passé réduisent en esclavage leurs pensées, leur esprit, leur coeur et leur âme. Le passé ne peut pas s’effacer, ni se modifier, et encore moins s’oublier.

On ne peut pas non plus changer les gens, ni même les obliger à nous aimer comme on le voudrait… Certains aspects de notre vie, pour être surmontés, doivent avant tout être acceptés.

 


Aimer, c’est aussi apprendre à laisser aller, car c’est presque toujours l’amour qui nous fait le plus souffrir. Ce n’est que lorsqu’on accepte que certaines choses doivent prendre fin que l’on peut être libre, et trouver de nouveaux bonheurs.


 

Laisser aller, c’est laisser arriver, car en venant au monde, on ne sait pas tout, et on ne dispose pas du manuel nous permettant de prendre les décisions parfaites et de ne jamais faire d’erreurs.

Vivre, c’est essayer, tenter, commencer, se risquer, mais aussi se tromper ; c’est pourquoi nous devons tenir compte des aspects suivants :

  • Ne vous énervez pas, ne remplissez pas votre coeur de colère ni votre esprit de rancune. Laisser aller, c’est un art qui doit s’opérer dans la paix, pas dans la haine. C’est alors qu’on pourra être libre, et découvrir que jour après jour, la souffrance s’estompe.
  • Pour laisser aller, la première chose que l’on doit faire, c’est apprendre à accepter ; acceptez que chacune de vos expériences en valait la peine, car vous avez vécu, car ceux qui nient et oublient n’assument pas, ne guérissent pas et n’apprennent pas. Il faut accepter ce qui arrive et comprendre que laisser aller, c’est aussi grandir.

 


Un jour tout aura un sens, la souffrance d’aujourd’hui, le chaos et l’incertitude découlant du fait de laisser aller toutes ces choses qui autrefois vous définissait, vous mèneront demain à cette porte s’ouvrant sur des choses bien meilleures, car n’oubliez pas… tout arrive pour une raison.


 

mujer-andando-feliz-por-dejar-ir-lo-que-le-hizo-daño