Identifier les croyances irrationnelles nous aide à améliorer notre bien-être

· 2 novembre 2018
Nous avons tous des croyances irrationnelles. Or, nous ne nous en rendons pas toujours compte.

Être conscient du fait que notre interprétation d’une situation est responsable de l’apparition ou de l’intensification d’émotions négatives est l’étape qui précède l’intériorisation et le travail de ce que nous allons maintenant vous présenter : apprendre à identifier les croyances irrationnelles qui apparaissent au cours de ce processus.

Vous est-il déjà arrivé de vous fâcher pour quelque chose et, après un moment, de vous être rendu compte qu’il s’agissait d’une futilité? Vous vous êtes peut-être aussi déjà senti-e triste parce que vous pensiez que votre conjoint-e allait vous quitter alors que ça n’a pas été le cas, ou vous êtes disputé-e avec votre meilleur-e ami-e et avez cru que vous ne vous reparleriez jamais… Comme nous le voyons, nos idées irrationnelles nous jouent parfois de mauvais tours. Elles nous font nous sentir mal alors qu’il n’y a aucune raison réaliste de traverser cette phase de mal-être.

« Vous vous sentez principalement de la façon dont vous pensez. »

-Albert Ellis-

Que sont les croyances irrationnelles ?

Les croyances irrationnelles sont les idées que nous avons à propos de nous-mêmes, des autres et du monde, qui ne s’ajustent pas à la réalitéElles se manifestent souvent sous la forme d’un « je devrais… ». Nous les considérons comme des obligations à remplir.

croyances irrationnelles

Les croyances irrationnelles génèrent du mal-être parce qu’elles nous imposent des conditions de bonheur qui sont presque impossible à respecter. Il est donc nécessaire d’apprendre à les identifier, pour ensuite les modifier et les transformer en pensées adaptatives.

Nous faisons tous l’expérience de ce type de croyances. L’essentiel est d’essayer de les équilibrer pour éviter qu’elles ne créent du mal-être, ou du moins pour le diminuer. Il faut apprendre à être conscients de leur apparition, de leur sens et penser à d’autres façons réalistes de voir ce qui nous arrive. C’est compliqué, bien sûr, mais ce chemin est essentiel si nous voulons atteindre le bien-être.

Les 12 croyances irrationnelles les plus importantes

Le psychologue Albert Ellis a énuméré 12 croyances irrationnelles. Les voici :

  1. Besoin d’approbation. Il s’agit du besoin absolu d’être aimés et acceptés par les autres. C’est une chose normale lorsque nous sommes enfants mais à l’âge adulte, nous devons faire les choses pour nous-mêmes et pas pour les autres.
  2. La culpabilité et la condamnation. Il s’agit de la tendance à juger et à condamner les autres. Et cela s’applique aussi pour nous-mêmes. Mais la vérité est que nous ne pouvons pas contrôler le comportement d’autres personnes.
    Par ailleurs, quand nous faisons nous-mêmes quelque chose d’inapproprié, nous devons essayer d’y remédier ou d’apprendre pour le futur. Avoir un esprit critique est une bonne chose, mais attention à ne pas tomber dans l’excès.
  3. La frustration conduit inexorablement à la dépression. Si quelque chose ne se passe pas comme nous le voulions, nous considérons que c’est horrible. Et nous retournons au point de départ: si quelque chose nous frustre, nous devons essayer de nous améliorer pour atteindre nos objectifs. Si ce n’est pas possible, nous devons accepter la situation. »Même quand les personnes agissent de manière désagréable envers vous, ne les condamnez pas ».
    -Albert Ellis-
  4. La souffrance humaine est inévitable, elle est causée par des événements et des personnes externes. C’est notre interprétation des événements qui fait apparaître des émotions négatives. Par conséquent, nous avons le pouvoir de contrôler notre souffrance.
  5. Nous devons nous préoccuper face aux menaces ou dangers potentiels. Anticiper de façon constante que quelque chose de mal va nous arriver nous produit de l’anxiété. Au lieu de penser de la sorte, nous devons nous concentrer sur le présent. Si un danger se produit dans le futur, nous l’affronterons en temps voulu.
  6. Il est plus facile d’éviter que d’affronter des situations. Comme je l’ai déjà expliqué dans un autre article, à court terme, l’évitement peut être l’option la plus simple. Or, cela ne veut pas dire que le mal-être va disparaître: à long terme, il s’intensifiera.

« Les meilleures années de votre vie sont celles où vous décidez que vos problèmes ne dépendent que de vous. Pas de votre mère, de l’écologie ou du président. Ce n’est que comme cela que l’on se rend compte que l’on contrôle notre destin. »

-Albert Ellis-

croyances irrationnelles

  1. Il est nécessaire d’avoir plus confiance en d’autres personnes plus fortes qu’en nous-mêmes. Le soutien social est vital mais cette idée génère une dépendance excessive envers les autres. L’idéal est d’apprendre à être plus indépendants et à faire les choses par nous-mêmes. Cela nous aidera à nous sentir plus épanouis.
  2. La peur de l’échec et de l’incompétence. Nous ne sommes pas parfaits et, évidemment, nous commettons des erreurs. Garder cette idée à l’esprit nous aidera à nous sentir mieux et à être plus conscients et réalistes par rapport à nos capacités.
  3. Le poids des traumas passés sur le présent. Si une chose nous a affectés dans le passé, elle nous fera éternellement du mal. Cela se voit beaucoup dans les situations de ruptures sentimentales. Les gens restent bloqués sur une expérience douloureuse et se ferment au moment de connaître de nouvelles personnes. Or, chaque expérience est différente des précédentes et n’implique pas la même souffrance.
  4. On doit avoir un contrôle parfait des choses. Essayer de contrôler tout ce qui se passe autour de nous génère beaucoup de mal-être car il est absolument impossible de le faire. Accepter cette idée est fondamental pour profiter de la vie et éviter que la frustration ne s’empare de nous.
  5. Le bonheur peut être atteint sans efforts, par inertie, sans rien faire. Ce n’est pas vrai. Quand quelque chose nous motive réellement et nécessite une implication active, les joies qui en sortent sont plus grandes que celles qui viendraient d’une récompense donnée sur un plateau.
  6. Nous n’avons pas de contrôle sur nos émotions et certaines ne peuvent pas être évitées… Si c’était le cas, pourquoi serions-nous en train de lire cet article?

Nous nous retrouverons certainement dans certaines de ces croyances irrationnelles. Le fait est que nous en avons tous dans une mesure plus ou moins grande. Ne vous sentez pas coupable… C’est parfaitement normal. Les connaître est essentiel pour les modifier et réussir à nous sentir mieux.

 

Image principale de Ryoi Iwata.