Giotto, la rencontre entre l'art et la foi

La marque du style de Giotto se résume à des figures dominantes, simples et sévères, placées dans des environnements d'abstraction. L'anatomie et la perspective ont été utilisées par le grand maître comme d'habiles ressources narratives. Mais toute l'œuvre de Giotto a-t-elle vraiment été peinte par lui ?
Giotto, la rencontre entre l'art et la foi

Dernière mise à jour : 18 avril, 2021

Giotto di Bondone, né entre 1266 et 1276, à Vespignano, près de Florence, en Italie. Il a été le plus important peintre italien du XIIIe siècle, et de nombreux historiens de l’art considèrent son travail comme un tournant dans le développement des arts en Europe.

Ses travaux novateurs ont mis en évidence le style de la Renaissance qui s’est développé un siècle plus tard. Pendant près de sept siècles, Giotto a été vénéré comme le père de la peinture européenne et le premier des grands maîtres italiens.

Pour de nombreux chercheurs, les attributions de ses travaux restent problématiques et souvent très spéculatives. Cela est dû au fait que peu de sa vie et peu de ses œuvres sont documentées et à la difficulté de suivre une chronologie stylistique.

Les débuts de Giotto

Une grande partie de la biographie et du développement artistique de Giotto a été déduite des preuves des œuvres qui ont survécu. Malgré cela, une grande partie de ces œuvres ne peuvent lui être attribuées avec certitude.

Les histoires sur sa vie et son travail datent pour la plupart de la fin du XIVe siècle. Giorgio Vasari, peintre et historien de l’art, a décrit Giotto dans son célèbre livre Les Vise des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes.

Une peinture de Giotto.

L’année de naissance de Giotto serait 1266/67 ou 1276. La différence de 10 ans est d’une importance fondamentale dans l’évaluation de son développement précoce. Cette différence est cruciale pour le problème de l’attribution des fresques de l’église Saint-François, à Assise.

On sait que Giotto est mort le 8 janvier 1337, comme l’indique la chronique de Villani. Dans cette chronique, il est indiqué que Giotto avait 70 ans lorsqu’il est mort.

On a toujours supposé que Giotto était un élève de l’éminent artiste Cimabue. Cimabue est considéré comme le peintre le plus important d’Italie à la fin du XIIIe siècle. Cimabue a essayé de rompre, comme aucun artiste auparavant, avec la puissance de la réalité et la force de l’imagination, les formes stylisées de l’art médiéval.

Giotto a été inspiré par sa puissance de dessin et sa capacité à incorporer une tension dramatique dans ses œuvres. Dans ses œuvres, les êtres humains sont le sujet exclusif dans le contexte du grand drame chrétien du sacrifice et de la rédemption.

En comparaison, tous ses prédécesseurs et la plupart de ses successeurs immédiats ont peint un spectacle de marionnettes avec des mannequins sans vie. Giotto a rompu avec la tradition byzantine et a laissé place à l’émotivité de l’approche franciscaine du christianisme.

Le problème d’Assise

Il y a un problème fondamental dans les études de Giotto : l’attribution des fresques d’Assise. Giotto a-t-il effectivement peint à Assise, et si oui, qu’a-t-il peint ?

Il n’y a aucun doute raisonnable sur le fait qu’il ait travaillé à Assise. Une longue tradition littéraire remontant à la compilation chronologique de Riccobaldo Ferrarese en 1319 atteste qu’il l’a fait. Il y a des preuves des œuvres de Giotto dans la grande double église de Saint-François. Plusieurs fresques dans les églises supérieure et inférieure sont attribuées à Giotto.

La plus importante est le cycle de 28 scènes de la vie de Saint François d’Assise peintes dans la nef de l’église supérieure. En outre, les Vertus franciscaines et quelques autres fresques de l’église inférieure lui sont attribuées.

La plupart de ces scènes sont révolutionnaires dans leur expression de la réalité et de l’humanité. L’accent mis sur le moment dramatique de chaque situation et la réalité intérieure de l’émotion humaine sont capturés intensément, à travers des gestes et des regards cruciaux.

Au XIXe siècle, cependant, on a observé que toutes ces fresques, bien que de style similaire, ne pouvaient pas être du même auteur. Le scepticisme et la croyance que les fresques d’Assise et le cycle de Saint François datent d’une période postérieure à la mort de Giotto se sont installés. Ce point de vue extrême a généralement été abandonné.

Il est facile de comprendre que Giotto, jeune homme, a eu un tel succès qu’il a reçu la plus importante commande pour peindre la biographie officielle de Saint François, écrite vers 1266 par Saint Bonaventura. L’image mentale actuelle de Saint François provient en grande partie de ces fresques.

Giotto et la période romaine

Trois œuvres majeures sont attribuées à Giotto à Rome. Il s’agit de la grande mosaïque du Christ marchant sur l’eau (La Navicella), située au-dessus de l’entrée de Saint-Pierre, du retable peint pour le cardinal Stefaneschi (Musée du Vatican) et du fragment de fresque de Boniface VIII proclamant le Jubilé, à San Giovanni in Laterano (Saint Jean de Latran).

Des problèmes d’attribution similaires se posent également pour ces œuvres romaines. Pendant cette période, Giotto a peut-être aussi fait le Crucifix à Santa Maria Novella et la Madone à San Giorgio et Massimiliano dello Spirito Santo (tous deux à Florence).

Une peinture de Giotto.

La période de Padoue

Le cycle de fresques de la chapelle de Padoue, connue sous le nom de chapelle des Scrovegni, est un exemple du développement précoce de Giotto. La chapelle a été fondée en 1303 et consacrée le 25 mars 1305. On y voit le fondateur offrant une maquette de l’église dans l’immense Jugement dernier, qui couvre tout le mur ouest.

Le reste de la petite église nue est couvert de fresques sur trois niveaux. Ces fresques représentent des scènes de la vie de Joachim et d’Anne, la vie de la Vierge, l’Annonciation (dans l’arc du chœur), la vie et la Passion du Christ, se terminant par la Pentecôte.

Sous ces trois bandes narratives se trouve une quatrième contenant les personnifications monochromes des vertus et des vices. Les fresques sont en relativement bon état, et possèdent un énorme pouvoir narratif.

L’héritage de Giotto

Giotto a atteint une grande renommée personnelle de son vivant. Dante le mentionne dans La Divine Comédie, qui a cimenté la renommée qui allait le suivre dans l’Italie des XIVe et XVe siècles. À partir de cette œuvre, de nombreuses légendes ont commencé à se cristalliser autour du nom de Giotto.

“Les amis sincères de ce monde sont comme les lumières des navires dans les nuits les plus orageuses.”

-Giotto-

Giotto est considéré comme l’homme qui s’est détaché du Moyen Âge et qui a inauguré la modernité. Ce n’est qu’à la Renaissance, avec Masaccio et Michel-Ange, que ses véritables successeurs ont émergé.

It might interest you...
La théorie de Darwin sur l’origine des religions
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
La théorie de Darwin sur l’origine des religions

Darwin a été un des précurseurs de l'étude de l'origine des religions. Il a affirmé que le concept même de religion s'est formé très tôt chez les h...



  • Köster, T., & Röper, L. (2008). 50 artistas que hay que conocer.
  • Devoto, D. J. (1937). Seis siglos de vida de Giotto. Peñola, 1(1), 85.
  • González, J. M. S. (2013). Ascensio in Deum per vestigia et in vestigiis: la Estética inmanente de San Buenaventura y sus posibles reflejos en la iconografía de la Basílica de San Francisco en Asís. Mirabilia: Revista Eletrônica de História Antiga e Medieval, (16), 4-39.
  • Baxandall, M. (2017). Pintura y vida cotidiana en el Renacimiento: arte y experiencia en el Quattrocento. Ediciones Ampersand.