3 légendes romaines à méditer

20 mars, 2021
Ces trois légendes romaines nous permettent de réfléchir sur des thèmes intemporels comme l'amour, la vengeance et le destin.

Les légendes romaines ont la particularité d’offrir une étrange combinaison d’êtres humains avec des éléments naturels fantastiques et des animaux mythologiques. Mais elles révèlent bien plus que cela.

Les légendes classiques, principalement gréco-romaines, avaient pour but d’offrir un sentiment de patriotisme aux habitants de ces régions. Et ce, en promouvant d’impressionnants exploits qui servaient à la fois à comprendre les origines et l’histoire de l’empire et à éduquer la population aux valeurs de leur temps.

Les légendes romaines les plus évocatrices

D’une certaine manière, le monde classique a perduré jusqu’à aujourd’hui comme un élément cultivé et presque exemplaire. Ainsi, à l’instar de ce qui s’est passé en son temps, bon nombre des légendes que nous connaissons servent également de matière à réflexion.

Ce qui est certain, c’est que ces anciennes légendes nous expliquent encore le monde actuel au-delà de leurs fabuleuses narrations. Cela est dû à leur large contenu culturel et symbolique, c’est pourquoi elles sont utilisées quotidiennement par des psychologues et des professionnels de diverses disciplines pour illustrer le monde dans lequel nous vivons.

Statue d'une louve romaine.

La louve qui a allaité Romulus et Remus, les fondateurs de Rome

Dans l’intention de donner une origine presque divine à la puissante Rome, on a créé la légende de la louve. Selon cette légende, une louve aurait allaité Romulus et Remus, les deux fondateurs d’un empire qui s’étendrait sur 10 siècles d’histoire humaine.

La légende raconte qu’une servante a sauvé les jumeaux de la mort et les a cachés sur les rives du Tibre. Ils ont alors été recueillis par une louve qui les a allaités après les avoir entendu pleurer. Plus tard, le berger Faustulus les a recueillis à son tour et les a élevés avec sa femme, Acca Larentia.

La louve était un animal sacré pour de nombreuses cultures. Y compris les Étrusques, un peuple qui vivait dans les terres italiques avant les Romains.

Cependant, de cette légende, nous pouvons extraire d’autres réflexions. Par exemple, à quel point nos actions peuvent changer le monde : qui aurait pu deviner que les actes de bonté de cette servante et de ce berger donneraient naissance à l’un des plus grands et des plus puissants empires que nous ayons jamais connus ?

Circé et le roi Picus

Voyons maintenant une autre légende romaine intéressante, celle de Circé et du roi Picus ; peut-être moins connue que la précédente, mais non moins frappante. Nous y rencontrons Picus, fils de Saturne et père de Faunus, marié à la nymphe Canente.

Picus était un devin primitif toujours accompagné d’un pivert, considéré comme un oiseau prophétique. Cet homme n’aimait pas Circé, la sorcière de l’île d’Aea qui elle l’aimait. Cette dernière  l’a donc transformé en un oiseau prophétique. Il est curieux de constater que de nombreuses légendes gréco-romaines parlent d’un amour non partagé à la fin tragique.

Aujourd’hui, nous apprenons à vivre de mieux en mieux avec nos émotions. Il est important de les connaître, de les contrôler autant que possible et, surtout, de les comprendre. Sinon, la rage, la vengeance ou la colère peuvent être constantes, comme on le voit dans de nombreux contes classiques.

Hercule et Cacus, l’une des légendes romaines qui fait réfléchir

Hercule est l’un des personnages qui ont marqué la plupart des légendes romaines. A tel point que Virgile, probablement le plus grand poète romain, a raconté ses aventures pour vaincre Cacus, mi-satire, mi-géant. De plus, cette histoire est représentée de façon sculpturale sur la Piazza della Signoria à Florence.

Une statue d'Hercule.

Virgile rêvait de créer une origine romaine presque divine. C’est pourquoi il a écrit L’Énéide, qui raconte les aventures d’Énée, un descendant de Troie, une ville dont il s’échappe une fois qu’elle tombe aux mains des Grecs pour fonder Rome sur la côte italienne.

Le géant, après avoir volé des bœufs rouges dans la vallée du Tibre, est découvert par Hercule, qui le démembre pour se venger. Cette histoire serait à l’origine du culte d’Hercule. C’est aussi une clé anthropologique pour connaître l’évolution commerciale dans la région.

Nous observons une fois de plus la vengeance, la victoire du plus fort et la punition d’actes moralement répréhensibles. Il ne fait aucun doute que les légendes romaines, toujours interprétées d’un point de vue contemporain, nous permettent de réfléchir sur des thèmes tout aussi classiques.

Moralité, éthique, vengeance, justice, émotions… Depuis des milliers d’années, nous essayons de les comprendre. Y parviendrons-nous un jour ?

“La chance sourit aux audacieux.”

-Virgile-