Pourquoi les psychologues utilisent-ils le WISC ?

27 juin, 2020
Qu'est-ce que le WISC ? Dans quels cas est-il utilisé et quels indices donne-t-il aux psychologues lors d'une évaluation ? Dans cet article, nous allons essayer de répondre à ces questions et à d'autres questions intéressantes.
 

Comme nous le savons tous, les professionnels de la santé disposent de différents outils pour évaluer les éventuelles difficultés des personnes qui viennent en consultation. Dans le cas des psychologues, les outils les plus utilisés sont les tests standardisés. L’un des tests les plus appliqués par les psychologues mais aussi l’un des plus célèbres et des plus courants pour évaluer des enfants est le WISC.

Bien qu’il soit utilisé et connu, nous ne comprenons pas toujours ce qu’il évalue. Mais aussi comment il peut être utile dans les secteurs cliniques et éducatifs. C’est pourquoi, dans ce document, nous allons essayer d’expliquer en quoi consiste ce test et pourquoi il est l’un des outils les plus appliqués par les psychologues.

Un enfant assis qui pense

Quel est l’objectif du WISC selon les psychologues ?

Le WISC est un test qui sert à évaluer le fonctionnement cognitif des enfants. Plus précisément, on évalue l’activité cérébrale dans des fonctions telles que la mémoire, l’attention, la vitesse de traitement de l’information, le langage et les fonctions exécutives. Ces fonctions sont fondamentales pour le développement adéquat des activités, tant sociales que cognitives, pendant l’enfance.

 

Par conséquent, l’un des objectifs de ce test est d’établir le point de départ pour la prise de décisions concernant le parcours éducatif des enfants. Cela est dû à leur capacité à identifier à la fois leurs atouts et leurs faiblesses.

Au niveau clinique, ce test permet d’identifier les difficultés ou les défaillances cognitives associées à certains troubles. Dans le cas des troubles de l’apprentissage, ce test est fondamental car il permet d’identifier les principales difficultés de l’enfant.

Que prennent en compte les psychologues lorsqu’ils utilisent le WISC ?

Lors de l’application, de l’interprétation et de la remise des résultats, les psychologues doivent prendre en compte différents aspects qui renforcent la fiabilité des résultats. Pour ce faire, il est nécessaire de prêter attention à deux centres d’intérêt : les données quantitatives et qualitatives apportées par le test.

Les aspects quantitatifs

Pour bien expliquer cet aspect, il faut tenir compte de différentes caractéristiques. L’une d’entre elles est qu’il existe plusieurs sous-tests. Chacun d’entre eux donne une note spécifique. Avec cette note, on établit un barème, en “comparant” la note obtenue avec la moyenne donnée pour la même tranche d’âge que l’enfant évalué.

Cela permet de savoir si le score obtenu est celui attendu pour cette même tranche d’âge ou au contraire s’il est supérieur ou inférieur à celui-ci.

Dans le cas du WISC, la note moyenne se situe entre 8 et 11 points. Un score inférieur à 8 indique qu’il existe des difficultés dans ce domaine. Au contraire, un score supérieur à 11 indique que leur performance est supérieure à la moyenne du groupe normatif.

 

Différents indices peuvent également être dérivés de ces tests, qui sont des notes complémentaires. Ces indices permettront de consolider les informations dans certaines fonctions spécifiques et de mieux étayer les informations obtenues.

Les différentes compétences évaluées

Lorsque les scores finaux sont compris entre 85 et 115, les capacités se situent dans la normale en fonction de la tranche d’âge. Parmi les indices, on retrouve les domaines suivants :

  • La compréhension verbale : on évalue ici la capacité à raisonner et à s’exprimer verbalement. En outre, on observe la capacité à former des concepts
  • Les compétences visuo-spatiales : dans ce domaine, on peut observer la capacité à comprendre les relations spatiales. Mais aussi à construire des dessins géométriques à partir d’un modèle et à en évaluer les détails
  • Le raisonnement fluide : il mesure la capacité à utiliser le raisonnement pour identifier et appliquer des règles
  • La mémoire de travail : c’est la capacité de traiter et de manipuler mentalement des informations verbales et visuelles
  • La vitesse de traitement de l’information: elle permet d’évaluer la capacité à explorer, à discriminer et à trier efficacement et rapidement des informations visuelles simples

Les aspects qualitatifs

D’autre part, nous avons les aspects qualitatifs qui sont tout aussi importants pour une utilisation adéquate et complète du test. En effet, pendant la réalisation du WISC, les psychologues doivent observer minutieusement ces aspects. Grâce à eux, les résultats donnés par le test peuvent être soutenus et personnalisés de manière plus appropriée. Dans ce cas, les aspects observés lors de la consultation et de l’application de l’outil doivent être pris en compte.

 

Un premier aspect pertinent est l’observation et l’enregistrement de l’attitude et du comportement de l’enfant pendant le déroulement de l’activité. Il faut prendre en compte des aspects tels que :

  • Le niveau de collaboration
  • La tolérance à la frustration
  • La gestion des difficultés
  • Les outils de compensation
  • L’état d’esprit
  • Le comportement sur un plan non verbal
  • Le comportement au niveau moteur
  • L’apparence personnelle

Il est donc important de tenir compte des facteurs qui peuvent aider lors de l’évaluation. Et cela, même si le test ne permet pas de donner de notes supplémentaires. Cependant, vous découvrirez des stratégies qui pourront vous être utiles au moment où vous entamerez le processus thérapeutique avec l’enfant.

Par conséquent, le fait de savoir si l’enfant acquiert plus facilement l’information par le canal visuel ou auditif est un avantage pour améliorer son apprentissage.

Le mise en place du WISC auprès des enfants

L’utilité du WISC dans le domaine de l’éducation

Parmi les principaux objectifs du WISC dans le domaine de l’éducation figure la connaissance des compétences cognitives réelles. Surtout dans le cas d’enfants ayant des besoins éducatifs particuliers. Il peut s’agir, entre autres, de troubles de l’apprentissage, d’enfants surdoués ou de déficience intellectuelle.

 

D’autre part, ils nous aident à évaluer les capacités et les difficultés que les enfants peuvent présenter. Tout cela faciliterait la personnalisation du processus d’enseignement et d’apprentissage. En effet, cela nous permet d’être dans une position idéale pour optimiser les efforts qui motivent l’apprentissage de l’élève en question.

Enfin, le WISC permet de prédire une tendance dans les résultats scolaires de chacun des enfants. Cela est dû au fait que, grâce à ces tests, de multiples fonctions cognitives peuvent être évaluées de différents points de vue. Ces fonctions sont liées à des concepts qui sont nécessaires au développement d’un certain apprentissage. Par exemple, ils ont besoin d’une bonne base dans le domaine du langage pour développer correctement le processus d’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

L’utilité du WISC dans le domaine clinique selon les psychologues

Le WISC est également largement utilisé dans le domaine clinique. Il sert tout d’abord à recueillir des informations utiles pour établir le diagnostic principal et le diagnostic différentiel des troubles psychologiques, neurologiques ou psychiatriques. En outre, on retrouve souvent les affections cognitives dans les pathologies développées.

D’autre part, il est utile dans la préparation et le développement des processus d’intervention pour l’enfant. Grâce à ses résultats, on connaît les points forts de la personne.

Conclusion

Enfin, il est important de noter que ce test est l’un des plus largement utilisés aujourd’hui. Et ce, pour deux raisons :

 
  • Pour une population dite “clinique”, il nous aide à établir un diagnostic
  • Pour une population dite “non clinique”, il nous donne un profil des compétences complet de la personne. Il met en avant les points forts mais aussi les difficultés chez l’enfant évalué

En évaluant les différentes fonctions cognitives, il fournit des informations complètes sur tous les aspects majeurs. Par conséquent, il n’y a pas nécessairement de soupçon de pathologie lorsqu’un enfant réalise ce test.

 

  • Brenlla, M. E. (2013). Interpretación del WISC-IV: puntuaciones compuestas y modelos chc. Ciencias Psicológicas, 7(2), 183-197.
  • Campos, J. A. A. (2019). Escala de inteligencia de Wechsler para niños, quinta edición: WISC-V. Universitat de Barcelona.
  • Rodríguez, M. A., & Vizcarra, M. B. (2018). Uso del WISC-III en Chile: Análisis de fortalezas y limitaciones según la percepción de los psicólogos. Revista de psicología (Santiago), 27(2), 36-48. https://doi.org/10.5354/0719-0581.2019.52316