Une fin, c’est juste un autre commencement

· 18 décembre 2017

J’ai toujours aimé les fins ouvertes au cinéma, à la télévision et dans la littérature. Ces fins qui supposent un stimulus pour imaginer comment l’histoire continuera, qui permettent de comprendre que cette histoire n’est pas complètement terminée. Un chapitre de plus a simplement été écrit, fermant une étape pour en commencer une autre. Des fins pour comprendre qu’une fin est juste un autre commencement.

Notre vie est remplie de cycles qui commencent et se terminent. De sorte que nous vivrons de nombreux commencements et de nombreuses finsCertains d’entre nous les vivront personnellement, ils s’agira d’étapes de notre propre vie ; d’autres les vivront à travers les histoires d’autres personnes, qu’elles soient véridiques ou non.

Personnellement nous vivrons : nos amours et ruptures amoureuses, nos succès et nos échecs scolaires, les chutes au moment d’apprendre à marcher ou à faire du vélo, les amitiés que nous construirons en chemin et celles que nous perdrons … D’autres personnes de notre environnement nous apprendront à travers le récit de leurs propres expériences et nous aurons finalement l’occasion d’apprendre des personnages de cinéma, de la télévision ou de la littérature.

femme qui lit

La fin d’un livre

Une fois de plus, je tourne les pages et vais de la fin au commencement, de la quatrième de couverture à la couverture. Pour redécouvrir le titre, regarder attentivement l’illustration qui l’accompagne, pour tenir ce livre entre mes mains et rester quelques minutes en silence … pendant que mon esprit voyage à nouveau à travers ses mots, ses pages, son histoire. Mais je dois revenir à la réalité, que cela me plaise ou non ; je suis déjà arrivé à sa fin, cette fin qui laisse toujours un goût aigre-doux lorsque nous avons été pris par une histoire et que son développement s’est mêlé au nôtre.

Peu importe si ces histoires sont racontées par des films, des livres ou des séries télévisées. Des histoires longues ou courtes, qui peuvent durer des heures, des jours, des mois ou même des années. Elles ont quoi qu’il en soit toutes une fin, à la fois redoutée et en même temps espérée.

Parfois, une fin ouverte qui donne des ailes à notre imagination pour continuer l’histoire lorsqu’il n’existe pas de scènes ou de mots écrits de manière explicite. Parfois, tout simplement une fin soudaine résultant de la grève des scénaristes des séries télévisées ou d’un écrivain qui souhaitait écrire plus d’un livre mais n’y parvient jamais. Ou même une fin où nous ne connaissons pas le dénouement car, après une histoire fantastique, la personne qui tirait les ficelles ne su comment finir.

« Toutes les fins ne sont pas heureuses. Néanmoins, toutes les fins sont des commencements avec de nouvelles opportunités d’être heureux. »
-Albert Ureña-
bougie et papillon

Une fin est juste un autre commencement

Faire face à la fin d’une histoire qui nous passionne n’est jamais facile. Ce n’est pas facile lorsque nous parlons d’histoires de fiction, dont les personnages ont touché notre cœur. Par conséquent, il est d’autant plus difficile de reconnaître que la vie est cyclique et que chaque étape possède d’un temps limité. Que lorsque quelque chose arrive à sa fin, nous n’avons pas d’autre choix que d’accepter le fait qu’elle n’a pas de suite et nous ouvrir à de nouvelles opportunités.

Tout commence et se termine, y compris la vie. Tout être vivant né et meurt. Et au cours de sa vie il doit faire face à de nombreuses étapes de croissance et d’évolution. En tant qu’êtres humains, à partir du moment où nous avons été conçus et que notre mère est enceinte, nous commençons à grandir.

Pour naître, environ neuf mois plus tard, la grossesse devra prendre fin. Nous ouvrons les yeux sur le monde en tant que bébés et nous continuerons de grandir et d’évoluer pour devenir des enfants, ensuite des adolescents, puis des adultes, pour finalement embrasser la vieillesse. Chaque début d’une nouvelle étape est lié à la fin de la précédente. Une fin est juste un autre commencement. Rien de plus … et en même temps, tout cela.

« Chaque fois que quelque chose disparaît, il laisse place à ce qui suit. »
-Jorge Bucay-