Être une meilleure personne : les clés pour y parvenir

Il ne faut pas attendre que des moments compliqués arrivent pour devenir une meilleure personne. Chaque jour est un bon moment pour donner le meilleur de soi-même. Chaque instant est adéquat pour agir correctement.
Être une meilleure personne : les clés pour y parvenir

Dernière mise à jour : 11 février, 2021

Sigmund Freud signalait que la science n’avait pas encore inventé de médicament aussi puissant que les mots bienveillants. Savoir comment être une meilleure personne n’est pas toujours simple. Une chose est cependant évidente : faire des efforts pour atteindre ce but a un effet transformateur, aussi bien pour ceux qui nous entourent que pour nous-mêmes.

C’est la philosophie qui, traditionnellement, s’est chargée de définir cette compétence existentielle qui, plus qu’un but, pourrait être définie comme une aspiration. Nous espérons tous être un peu meilleurs chaque jour. Nous nous disons souvent que chaque expérience, positive ou négative, devrait nous aider à nous améliorer en tant qu’êtres humains.

Parfois, nous y arrivons ; d’autres fois, nous retournons au point de départ. Mais comme le signalait Søren Kierkegaard, la clé consiste à ne pas abandonner.

Le secret réside dans le fait de continuer à avoir des pensées positives en dépit de la souffrance et des contradictions existentielles. Avancer signifie avoir la volonté de toujours donner un peu plus de nous-mêmes.

Un homme pensif.

Les clés pour être une meilleure personne

Pour savoir comment être de meilleures personnes, nous pouvons nous baser sur différents domaines. L’anthropologie, la philosophie et la psychologie sont les disciplines qui se sont le plus efforcées de définir cette dimension.

Nous ne sommes pas, par conséquent, devant le sujet classique qui n’intéresse que la psychologie positive. En réalité, l’idée de nous surpasser et d’être meilleurs est une préoccupation partagée par de multiples disciplines.

Nous devons par ailleurs prendre un détail en considération. Ce but doit être une aspiration quotidienne car, en réalité, il s’agit d’une tâche qui n’aura jamais de fin. Nous serons toujours des créatures imparfaites et faillibles qui essaient d’être meilleures.

Il n’y aura pas un seul jour où ne nous rendrons pas compte que nous devons développer, corriger ou changer quelque chose en nous. En être conscient est déjà une réussite.

Être meilleur selon la philosophie

Aristote signalait que toutes les personnes ont la capacité d’être bonnes et vertueuses. Néanmoins, la bonté est une habitude qui s’exerce et qui peut se transformer en habitude. Voici quelques clés :

  • La prudence. La prudence est liée à la capacité de réfléchir, de méditer avant de prendre une décision, d’apprendre à traiter les autres avec respect et estime.
  • La tempérance (en tant que synonyme de contrôle émotionnel). Savoir dominer les réalités internes comme la colère, la rage, l’égo ou la nécessité de pouvoir est essentiel pour être quelqu’un de noble.
  • La justice. Être juste dans chaque chose que nous faisons, avoir le sens du respect, de ce qui est bien ou mal est fondamental pour savoir être une meilleure personne.
  • La force. Chaque homme ou chaque femme doit abriter en lui/elle une bonne dose de courage pour défendre ce qui est juste.

Ce que nous dit l’anthropologie

Oliver Scott Curry est anthropologue à l’Université d’Oxford et membre de l’Institut d’Anthropologie Évolutive et Cognitive. Dans un travail publié dans la revue Current Anthropology, il aborde les points qui déterminent comment être une meilleure personne.

Ce sont des dimensions que le docteur Curry définit comme des règles morales et qui ont été étudiées dans 60 pays. Les voici :

  • Nous préoccuper pour les personnes que nous apprécions. Être capables d’appliquer des comportements qui leur soient bénéfiques, qui garantissent leur bien-être, est essentiel.
  • Aider notre communauté.
  • Être capables d’apprécier les faveurs et, ce qui est encore mieux : les retourner.
  • Être des personnes courageuses capables de défendre leurs valeurs.
  • Respecter tout le monde.
  • Être capables de partager nos ressources.
  • Ne pas envier ce que les autres ont.
Une femme devant un pont.

Être une meilleure personne selon la psychologie

Des figures comme Abraham Maslow ou Martin Seligman ont abordé ce sujet de façon intéressante, pratique et utile. Être une meilleure personne nous oblige à faire un voyage à travers des aires comme l’intelligence émotionnelle, la gratitude et cette volonté d’atteindre une véritable autoréalisation qui nous permettra de donner le meilleur de nous-mêmes en toute circonstance.

Les dimensions à travailler pour être meilleurs

  • La connaissance de soi. Nous connaître nous-mêmes est le seuil de l’existence et notre principal but à chaque instant. Nous connaître, prendre contact avec notre « moi » véritable est la boussole qui nous guidera dans notre voyage pour être meilleurs.
  • Pratiquez l’acceptation. Apprenez à accepter les personnes telles qu’elles sont : cela vous évitera de souffrir. Acceptez qu’il y a des réalités qui ne peuvent pas être changées.
  • Contrôlez vos émotions et cessez d’agir à la défensive face au monde. Personne n’est coupable de ce qui vous arrive : vous êtes responsable de vous-même et devez agir en contrôlant vos émotions. Vous devez également être capable de répondre intelligemment à ce qui vous préoccupe ou vous ôte votre calme.
  • Pardonnez et soyez reconnaissant. Savoir pardonner (et nous pardonner) et apprendre à être reconnaissant est un acte qui nous aide à être meilleurs.
  • Faites preuve d’empathie. Peu de dimensions améliorent autant notre cohabitation que ce ciment social qu’est l’empathie.
  • Faites preuve de compassion et d’auto-compassion. La compassion est une dimension à double lien : elle doit agir sur nous-mêmes, mais également sur les autres. Grâce à elle, nous respectons les autres et développons des comportements proactifs destinés à améliorer la vie de ceux qui nous entourent.
    • En outre, rien n’est plus important pour le bien-être qu’un dialogue compréhensif avec nous-mêmes.

Pour conclure, peu importe l’approche sur laquelle nous préférons nous focaliser. Chaque discipline structure des dimensions communes, des portes que nous devons franchir pour nous imprégner de bonnes vertus et de bonnes ressources nous permettant d’être meilleurs. Et souvenons-nous, cette tâche ne s’achève jamais…

Cela pourrait vous intéresser ...
La magie des bonnes personnes autour de soi
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
La magie des bonnes personnes autour de soi

Pour vous entourer de bonnes personnes, il est important d'identifier les personnes qui ne nous conviennent pas et de s'en maintenir éloigné. Voici...



  • Oliver Scott CurryDaniel Austin Mullins, and Harvey Whitehouse (2019) It Good to Cooperate?: Testing the Theory of Morality-as-Cooperation in 60 Societies. Current Anthropology 2019 60:147-69
  • Riggio, R.E., Zhu, W., Reina, C., & Maroosis, J. (2010). Virtue-based measurement of ethical leadership: The Leadership Virtues Questionnaire. Consulting Psychology Journal, 62(4), 235-250.