Etre triste, ce n’est pas la fin du monde

· 17 mai 2016

Combien de fois avez-vous eu l’impression que la tristesse semblait être la fin du monde ? Souvenez-vous de ces moments où à vos yeux, votre vie n’était qu’un profond tunnel obscur où vous étiez incapable d’entrevoir une sortie.

Cependant, il y a toujours une raison pour ne pas perdre la foi et l’espoir. Il suffit de savoir où chercher.

Car c’est certain, être triste, ce n’est pas la fin du monde. En réalité, tout est dans notre tête. Il ne tient qu’à nous de tomber dans ces états pessimistes et mélancoliques qui font que tout ce qui nous entoure devient lugubre et insipide.

D’où vient la tristesse ?

La tristesse est une émotion qui peut rapidement s’emparer de nous, si on n’y est pas préparé. C’est pourquoi elle ne requiert que très peu d’efforts, et qu’elle finit par être vraiment addictive, comme le disait Flaubert.

 


« La tristesse, même si elle est toujours justifiée, souvent, ce n’est que de la peur. Rien ne nécessite moins d’efforts que le fait d’être triste. »

-Sénèque-


Floz-azul-al-lado-de-una-ventana-mojada-por-la-lluvia

Une étape difficile, comme la perte d’un être cher, peut provoquer une profonde tristesse. Le désamour, un travail peu satisfaisant, des situations familiales complexes, des désaccords et des déceptions…

Il y a des dizaines de raisons pouvant déclencher des situations dépressives difficiles à surmonter.

La tristesse n’est pas intrinsèquement négative. Après une situation compliquée, c’est une humeur totalement naturelle et acceptable. On ne serait pas des êtres humains dotés de sentiments si après la perte d’un être cher, on ne souffrait pas du vide que laisse derrière elle la personne décédée.

Cependant, il n’est pas bon de laisser les caprices d’une émotion, quelle qu’elle soit, prendre le contrôle de notre esprit. Certes, il est normal de faire son deuil, mais ça ne doit pas durer éternellement.

Surmonter les états de tristesse

Notre propre raison sera chargée de décider de la durée de deuil dont on a besoin. Une fois passé le traumatisme, rien n’empêche que, progressivement, on mène de nouveau une vie sans tristesse et sans déception.

 


« Vous ne pouvez pas éviter que l’oiseau de la tristesse revienne se poser sur votre tête ; en revanche, vous pouvez éviter qu’elle y fasse son nid. »

-Proverbe chinois-


On ne doit jamais se fermer et dire non au surpassement des problèmes. Dans notre esprit réside la capacité d’avancer, d’être optimiste, d’agir de façon positive et d’essayer d’être heureux.

Il n’y a pas un bouton dans notre cerveau qui puisse activer ou désactiver la tristesse. Mais on sait cela dit que c’est ce qui nous rend heureux, ce qui nous divertit et ce qui nous illumine. C’est dans cette direction qu’il faut regarder pour surmonter la tristesse.

La tristesse ne doit jamais représenter la fin du monde. Bien au contraire ; elle doit constituer le commencement d’une nouvelle vie où on valorise davantage ce qu’on a autour de nous. Profitez de tout ce que vous avez réussi, car rien ne justifie le fait de souffrir d’une dépression pour le restant de vos jours.

Les raisons pour aller de l’avant

Sortez dans la rue et regardez ce que vous avez réussi. Amis, famille, travail… On a tous des réussites qui nous enchantent, qui nous permettent d’être positif et de vivre le présent avec bonheur, alors qu’on regarde le futur avec espoir.

Il y a toujours une lumière au bout du tunnel. Au début, elle sera lointaine et ténue, mais avec des efforts et de la persévérance, on se rapprochera d’elle en la voyant chaque jour un peu plus grande, réussissant à faire en sorte qu’elle brille comme une étoile du firmament.

Trouvez des raisons qui vous rendent heureux. Dites-vous que l’ami qui s’en va ne vous aime pas lorsque vous êtes triste, croyez en les personnes qui vous aiment, faites des activités qui vous plaisent et vous divertissent, voyez le côté positif des choses et exprimez-le…

Bref, profitez de chaque seconde de la vie, car elles sont toutes uniques et qu’elles ne se reproduiront pas deux fois.

Mujer-feliz-saltando-en-el-campo

Une émotion, comme la tristesse, ne représente pas la fin du monde. En réalité, il existe de nombreuses raisons pour lesquelles il vaut la peine d’aller de l’avant et de ne pas se laisser accabler par un sentiment qui nous pousse à la mélancolie.

Parlez avec votre coeur, directement et sincèrement. Trouvez en lui tout ce que vous aimez, ce qui vous illusionne et ce qui vous rend heureux.

Donnez chaque jour de l’amour et de la tendresse aux autres et n’oubliez pas que la tristesse, ce n’est pas la fin du monde, mais une situation qui vous force à aller de l’avant, qui vous donne envie d’être toujours plus heureux chaque jour.