Pour être heureux-se, il faut faire de la place à l’inattendu

20 septembre 2017 dans Curiosités 6 Partagés
Femme avec papillon dans la main

C’est Euripide qui a dit une fois que ce que l’on attend ne se réalise pas car c’est l’inattendu qui se produit, ce qui peut réellement aboutir à changer notre vie. Cependant, laisser de la place à l’imprévu, lequel échappe à notre contrôle, requiert avant tout d’avoir un cœur réceptif et un esprit ouvert, car c’est uniquement ainsi que nous pouvons atteindre ces merveilleuses opportunités avec lesquelles « avancer ».

Ce que les sociologues nous disent souvent, de même que les chercheur-se-s en économie tel le célèbre essayiste Nassim Nicholas Taleb, c’est que nous agissons comme si l’on pouvait prédire ce qui va arriver demain, après demain ou même la semaine prochaine. Notre ignorance placide ou pour ainsi dire, notre besoin exagéré de croire que nous avons le contrôle sur tout, fait que, souvent, nous ne savons comment réagir lorsque survient soudainement quelque chose d’inattendu.


« S’attendre à l’inattendu témoigne d’une intelligence tout à fait moderne. »

-Oscar Wilde-


Cette conduite ou cette nécessité tellement primaire s’explique par un principe très simple : notre cerveau a besoin de sentir qu’il a le contrôle sur tout. Il ne lui importe aucunement que nous soyons heureux-se, la seule chose qu’il souhaite est que nous « survivions ». Ainsi, tout ce qui entre dans la frontière de l’imprévu ou dans la région de l’inattendu sera interprété comme une menace ou l’écho d’un bataillon arborant un étendard très concret : celui du danger.

De fait, il convient de mettre en évidence la réalité très concrète que les personnes les plus sujettes à la peur, qui cachent le plus leur insécurité et leur vide, développent à leur tour un plus grand besoin de contrôle sur eux-mêmes et les autres. Toute personne dominante, qui prétend dominer l’incontrôlable sans laisser une seule place ni une miette à l’inespéré ou à l’improvisation, est irrémédiablement condamnée à l’abîme de l’insatisfaction et du malheur.

bougie et papillon face à la mer
Apprendre des enfants : grands amateurs d’inattendu

Il suffit de montrer à un bébé quelque chose d’inattendu pour capter sur le champ son attention. Son regard est fasciné à la seconde par tout ce qui sort de l’ordinaire, quelque chose aux couleurs vives et qui défie la logique ou la gravité. Ils possèdent une aptitude naturelle et instinctive pour embrasser tout ce qui dans leur environnement est incroyable et non prédictible. Nous en revanche, avec nos lunettes d’adulte et nos filtres rationnels, avons perdu cette faculté qui stimule tant l’apprentissage.

De fait, tel que nous l’explique une étude réalisée à l’Université Johns Hopkins par la psychologue Aimée Stahl, les bébés de 9 à 11 mois ont une prédilection pour tous ces stimuli qui échappent en apparence à la logique. Pour le démontrer, on a réalisé une curieuse expérience avec un groupe de bébés auxquels on a présenté deux sortes de jouets : un qui semblait traverser les murs (par un effet optique) et un autre qui rebondissait simplement contre eux avant de tomber au sol.

Aussi étrange que cela puisse paraître, les bébés présentaient plus d’intérêt pour celui qui semblait faire quelque chose d’impossible : traverser les murs. Les expert-e-s ont conclu de ces tests que les enfants les plus petits sont programmés pour remarquer ce qui est inattendu. Cependant, à mesure que nous grandissons, tout fait inattendu est souvent interprété comme quelque chose qui échappe à notre contrôle et qui, par conséquent, peut s’avérer dangereux…


Lorsque nous nous voyons pris-es dans une situation nouvelle et face à laquelle nous n’avons aucun plan pré établi, nous éprouvons souvent de l’angoisse et du stress. Au lieu de rester piégé-e-s dans les filets de la peur, permettons-nous de temps à autre d’être à nouveau des enfants, embrassant tout ce que les choses inattendues peuvent nous apporter de positif…


Laissez une petite place dans votre vie pour l’inattendu

Faites-le, laissez la porte de votre cœur entrouverte pour qu’entrent de temps en temps des brises nouvelles, joyeuses et rebelles : car pour sûr elles ne vous feront pas de mal. Octroyez-vous une petite place dans votre vie pour l’imprévisible, ce à quoi vous ne vous attendez pas, qui est hors agenda, au loin, très éloigné même de vos propres objectifs. Car le règne de l’inattendu peut s’avérer plus profitable que ce que nous pensons. Ainsi, de grands explorateurs ont découvert des continents entiers sous les hospices du hasard, et nombre de figures de renom nous ont légué leurs meilleures contributions sous l’influence de la sérendipité.


Steve Jobs, lors d’une conférence d’étudiant-e-s diplômés à l’Université de Stanford, avait déclaré que la vie ne se traduit par rien d’autre que le fait d’apprendre à «connecter des points». Beaucoup de ces choses inattendues qui nous arrivent tout au long de notre existence prennent une véritable signification quand on les voit en perspective.


Par exemple, il se peut que le travail que nous avons maintenant soit insatisfaisant. Mais nous avons lié une amitié qui, à son tour, nous a initié-e-s à un passe-temps que nous aimons, qui nous enrichit émotionnellement et intellectuellement au point de vouloir nous y dédier de manière professionnelle. Nous le faisons, et en montant notre propre entreprise, nous rencontrons l’amour de notre vie.
boule magique
Comme nous le voyons, une chose peut nous conduire à une autre, nous sautons de pierre en pierre sur cette rivière imparable de notre existence presque sans nous en rendre compte. Cependant, pour apprécier la beauté et l’opportunité de chacun de ces points, nous devons être réceptif-ve-s à ce cadre magique que le destin déroule chaque jour devant nous. Et nous devons le faire par une attitude ouverte et positive, parce que quiconque s’attend à l’inattendu l’esprit disposé s’ouvre à plus d’opportunités de bonheur.

A découvrir aussi