En quoi les changements de saison ont-ils une influence sur notre humeur ?

28 avril 2015 dans Psychologie 23 Partagés

La luminosité et les conditions climatiques semblent avoir une grande influence sur notre humeur.

Déjà à l’époque des grecs, Hippocrate faisait référence à l’importance des changements de saison dans le développement de certaines maladies, ainsi qu’à celle des changements physiques provoqués par le froid ou la chaleur.

Il y a des saisons durant lesquelles certaines maladies mentales empirent ou présentent de légers symptômes tels qu’une baisse de moral, ce qui augmente la fatigue et perturbe le sommeil ainsi que la capacité à se concentrer.

Si ces symptômes sont très marqués, peut-être se produit-il chez l’individu un trouble affectif saisonnier. Ce trouble se présente généralement en automne et en hiver, et disparaît quand le beau temps est de retour et que les jours sont plus longs.

En quoi consiste le trouble affectif saisonnier?

Environ 6% des gens développent le trouble affectif saisonnier (TAS), et plus particulièrement les adultes, même si parfois certains enfants peuvent aussi être touchés.

Généralement, les femmes sont plus sujettes à ce trouble que les hommes. Pour autant, le sexe n’est pas le seul facteur. En effet, du fait de la biologie, de l’histoire familiale, de l’environnement de vie et des expériences personnelles, certaines personnes peuvent être davantage prédisposées à développer ce trouble.

Le TAS est une forme de dépression. Selon les dernières études menées sur le sujet, il se développe suite au manque d’exposition à la lumière du soleil subi lors des mois d’automne et d’hiver, ainsi qu’aux changements de fonctionnement des neurotransmetteurs et des hormones.

Il se caractérise par la présence chez l’individu de changements d’humeur propres à la dépression tels que l’asthénie, un sentiment de désespoir, l’irritabilité, la tristesse, l’anxiété, l’anhédonie, une baisse de la libido, etc.

Il présente aussi une prédominance de symptômes végétatifs comme l’hypersomnie, la prise de poids couplée à un appétit plus grand, la fatigue physique et une hypersensibilité au rejet interpersonnel.

Pourquoi ressent-on ce trouble?

Il existe de nombreuses théories expliquant pourquoi se produisent ces changements d’humeur chez les individus sensibles aux changements de saison.

Cependant, la plupart des études se retrouvent toutes sur un point : ces changements peuvent être déclenchés par la réponse du cerveau à la diminution de la luminosité, et liés à la mélatonine et la sérotonine, des hormones qui jouent un rôle clé dans la régulation des cycles de sommeil/veille, d’énergie et d’humeur.

La mélatonine est une hormone que l’on sécrète naturellement chargée de réguler les cycles sommeil/veille. La sécrétion de mélatonine s’intensifie le soir, se maintenant à de hauts niveaux presque toute la nuit et diminuant quand le soleil se lève.

En revanche, le fonctionnement de la sérotonine est contraire : ses niveaux augmentent quand la personne se trouve exposée à la lumière du soleil. D’autre part, ils subissent une grande diminution en été, ce qui s’accompagne de symptômes tels que la tristesse et l’irritabilité.

C’est pourquoi quand la luminosité diminue, ce qui se passe généralement en automne et en hiver, peuvent apparaître des déséquilibres hormonaux qui affecteront notre humeur.

Ainsi, quand les jours sont plus courts en automne et en hiver et les heures d’obscurité plus longues, une augmentation des niveaux de mélatonine et une diminution de la sérotonine peuvent se produire.

Cela donne parfois lieu à des conditions biologiques propices à une baisse de moral, auxquelles s’ajoutent les antécédents familiaux de l’individu, le contexte dans lequel il se trouve, ainsi que ses conditions personnelles et ses expériences.

A découvrir aussi