Empathie forcée : une stratégie de grande valeur

L'un de nos plus grands problèmes de coexistence est l'incapacité de nous mettre à la place des autres. Nous devenons des êtres enracinés dans leurs propres visions, perceptions et besoins. Le "d'abord moi et ensuite les autres" ou "seule ma vérité compte" est à l'origine de tant de tensions dans la vie quotidienne et dans l'univers des réseaux sociaux.
Empathie forcée : une stratégie de grande valeur
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 17 janvier, 2023

Et que dire des relations familiales et de couple ? Si nous étions un peu plus empathiques, peut-être, les conflits seraient résolus en deux minutes et nous ne laisserions pas échapper des mots que nous regretterons plus tard.

Cependant, montrer de la compréhension et un lien émotionnel avec quelqu’un n’est pas une tâche facile. C’est un muscle psychologique que nous devons activer. Parce que la vérité est que la plupart d’entre nous sont nés avec une base neurobiologique qui nous permet de sympathiser avec les autres plus facilement. Mais parfois, nous n’utilisons pas cette compétence de la bonne manière.

Par exemple, les psychopathes et les narcissiques appliquent ce qu’on appelle l’empathie instrumentale, c’est-à-dire qu’ils se connectent aux émotions des autres pour les manipuler et obtenir un bénéfice.

Nous devons prendre conscience du super pouvoir que cette dimension nous procure si nous l’utilisons pour faire le bien. Non seulement nous réaliserions des liens plus enrichissants, mais nous améliorerions beaucoup plus notre coexistence. Par exemple, son utilité pour parvenir à des accords est un avantage que nous négligeons parfois.

Les négociateurs du FBI sont formés pour appliquer une empathie forcée à leur travail.

Des amis se parlent d'empathie forcée
Faire appel à l’autre pour qu’il puisse comprendre notre point de vue et nos sentiments est un exemple d’empathie forcée.

Empathie pour mieux vivre

À quand remonte la dernière fois où vous vous êtes disputé avec votre partenaire ? Avez-vous des enfants et en avez-vous assez de devoir vous disputer avec eux pour presque tous les aspects ? S’il est un besoin que la plupart d’entre nous ont face à une confrontation, c’est que l’autre se mette à notre place, nous comprenne. Nous aimerions, sans aucun doute, pouvoir tous nous mettre à la place de l’autre.

Ainsi, une étude de la Pennsylvania State University souligne comment la pandémie, loin de nous unir en tant que société, a accru la polarisation, voire les inégalités. L’un de nos plus grands objectifs en tant qu’humanité devrait sans aucun doute être de créer des communautés plus empathiques. Pour cela, rien de mieux que de commencer par nous-mêmes et par qui nous sommes proches, comme nos enfants.

Une façon d’y parvenir est justement d’apprendre à négocier pour mieux gérer ces discussions et divergences quotidiennes. Ceux qui, s’ils ne se résolvent pas et s’enracinent, rompent les ponts avec les nôtres et dessinent des distances infranchissables. C’est quelque chose que nous devons éviter et pour cette raison une technique que le FBI lui-même utilise fréquemment sera très utile.

L’art d’amener l’autre à s’identifier à vous

L’empathie forcée définit une stratégie pour amener une autre personne à s’identifier à nous. Cette technique a été inventée et développée par Christopher Voss, un ancien négociateur d’otages du FBI et PDG de The Black Swan Group . Il est l’un des plus grands experts en négociation et auteur de livres aussi connus que Break the barrier of no.

Ce que nous cherchons la plupart du temps, ce n’est pas seulement que les autres s’identifient à nous. Nous voulons qu’ils voient nos problèmes, nos limites, nous voulons qu’ils comprennent nos réalités et y deviennent sensibles. D’une certaine manière, une partie du marketing publicitaire fait également appel à l’empathie forcée. Les organisations humanitaires le font lorsqu’elles nous font prendre conscience de la situation de certaines personnes et de certains groupes. Ils le font quand, dans certaines publicités, ils suscitent nos émotions et notre compassion, pour que nous achetions tel ou tel produit.

Nous sommes face à une stratégie qui n’est pas nouvelle. Cependant, il ne suffit pas de faire appel aux émotions des autres. Dans une négociation qui cherche à trouver des accords, il faut savoir communiquer et faire preuve d’empathie tactique.

Femme dirigeante parlant d'empathie forcée
Dans l’empathie forcée, nous devons faire voir aux autres que nous bénéficions tous de l’entraide.

Dans notre négociation avec d’autres personnes, il est essentiel de leur poser des questions pour les amener à se mettre dans notre perspective.

Comment appliquer l’empathie forcée

L’empathie forcée ou tactique peut être formée, et à mesure que nous devenons plus compétents dans ce domaine, beaucoup de choses changeront. Nous saurons nous faire comprendre, exposer nos besoins et amener les autres à se mettre à notre place et à marcher avec eux. Car qui sait faire appel aux émotions, a à moitié gagné dans l’art de la négociation.

Voyons maintenant ces stratégies qui nous aideront.

1. Posez des questions qui commencent par “comment et quoi”

Comment pensez-vous que je me sens ? Vous feriez quoi dans ma situation ? (…) L’empathie forcée sera activée chez l’autre personne à travers des questions avec lesquelles faire comprendre à l’autre notre position. Plus nous lui poserons de questions, plus il sera obligé de réfléchir.

2. Montrez que votre désir est de vous connecter, de comprendre, de parvenir à des accords

Pour que cet outil devienne une stratégie de pouvoir, nous devons faire preuve d’une attitude conciliante. Il est nécessaire que nous démontrions une disposition ouverte, compréhensive et positive. Il ne convient pas de tomber dans le jeu des reproches et des attaques. Ils doivent percevoir en nous le fort désir de se connecter, de trouver une solution.

3. Soyez émotionnellement honnête

Une chose que les négociateurs savent, c’est que la répression des émotions nuit à l’ensemble du processus pour parvenir à une solution. Il faut savoir les réguler, oui, mais si on ressent de la peur, de la tristesse, de la déception, il faut l’exprimer, faire voir à l’autre qu’on ne va pas bien. Malgré cela, malgré notre inconfort, nous souhaitons parvenir à une résolution optimale pour les deux parties.

Exprimer nos émotions nous humanise et facilite la connexion mutuelle.

4. Faites appel aux souvenirs et aux sentiments positifs de l’autre personne

Vous rappelez-vous à quel point nous nous sommes amusés pendant ce voyage ? N’est-il pas vrai qu’au fond de vous, vous êtes une personne courageuse qui sait affronter les problèmes ? N’avons-nous pas tous les deux traversé beaucoup de choses avant et avons-nous travaillé ?

S’il est vrai que nous devons être sincères sur ce que nous ressentons, il faut toujours être orienté vers des dimensions positives et porteuses d’espoir. Celles qui tôt ou tard facilitent un accord.

Par conséquent, une stratégie très efficace dans l’empathie forcée consiste à faire appel aux émotions positives de l’autre. C’est un moyen de réduire les tensions, d’influencer et de manipuler à partir de la gentillesse et de la confiance.

5. Comprendre les peurs et les besoins de l’autre

Pour éveiller l’empathie chez l’autre personne, nous devons d’abord affiner la nôtre. C’est le jeu, c’est la danse qui fonctionne vraiment dans les négociations, dans le rapprochement avec les autres, dans les moments de conflit. Par conséquent, il est décisif que nous clarifiions les peurs, les angoisses, les désirs et les besoins de l’autre personne.

Ce n’est que lorsque nous saurons ce qui est à l’intérieur de qui est devant nous que nous réaliserons cette connexion avec laquelle tirer le fil pour que, petit à petit, ils atteignent notre sol et sympathisent avec nous.

Comme nous l’avons souligné, cette technique nécessite de la pratique. Ce n’est pas facile, cela ne se fait pas en deux jours ou deux semaines. Cependant, à mesure que nous devenons plus habiles dans ses tenants et aboutissants intéressants, nos relations seront plus satisfaisantes. L’essayer en vaut non seulement la peine, mais cela peut changer nos vies.



  • Chung YW, Im S, Kim JE. Can Empathy Help Individuals and Society? Through the Lens of Volunteering and Mental Health. Healthcare (Basel). 2021 Oct 20;9(11):1406. doi: 10.3390/healthcare9111406. PMID: 34828452; PMCID: PMC8623346.
  • Schlembach, Raphael & Clewer, Nicola. (2021). ‘Forced empathy’: Manipulation, trauma and affect in virtual reality film. International Journal of Cultural Studies. 24. 136787792110078. 10.1177/13678779211007863.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.