Écrans et émotions intenses, comment sont-ils liés ?

Quels sont les effets de notre société hyperconnectée ? Quelle est la relation entre les écrans et les émotions intenses ? Comment évoluent les comportements des adolescents face aux écrans ? Poursuivez votre lecture ..
Écrans et émotions intenses, comment sont-ils liés ?
Gorka Jiménez Pajares

Rédigé et vérifié par le psychologue Gorka Jiménez Pajares.

Dernière mise à jour : 07 avril, 2023

Nous vivons dans une société hyperconnectée, dans laquelle une grande partie des interactions sociales passe par les écrans. En juillet 2022, une étude enquêta sur la relation entre les écrans et les émotions intenses. Plus de la moitié des participants déclarèrent que les écrans les aidaient beaucoup à être heureux. Qu’y a-t-il derrière la relation entre les écrans et les émotions intenses ?

L’étude réalisée par empantallados.com et GAD3, avec le soutien de “Pour une utilisation love de la technologie”, à laquelle la Commission européenne participa également, mesurait l’impact des écrans avant et après la pandémie de COVID-19 chez les filles, les garçons, les adolescents et leurs parents.

écrans émotions
L’utilisation d’écrans diminue les conversations.
  • 1 jeune sur 4 a des difficultés de concentration depuis qu’il utilise un écran.
  • 3 sur 10 parlent moins avec leurs parents.
  • 23% conviennent qu’ils ont moins de patience.
  • 22% perdirent tout intérêt.
  • 18% déclarent que les écrans purent réduire leur capacité à se dépenser.
  • 26% ont plus de problèmes de sommeil.
  • 13 % se sentent moins bien : plus tristes. Et ils ne savent pas pourquoi.

« Le téléphone portable reste l’appareil numérique le plus utilisé à la maison. En effet, deux adolescents sur trois (68%) utilisent plus leur téléphone portable qu’avant le début de la pandémie, soit seulement quatre points de plus que leurs parents (64%) ».

-Conseil général de psychologie d’Espagne-

Au total, 824 personnes participèrent à cette étude : pères, mères et adolescents entre 14 et 17 ans.

« Confrontés à la possibilité d’être privés de leur téléphone portable, trois adolescents sur dix déclarent que sans téléphone portable pendant deux jours complets, ils deviendraient nerveux. Un mineur sur quatre indique que, sans téléphone portable, il ne saurait pas quoi faire. Et 21 % des adolescents croient qu’ils se sentiraient seuls.

-GAD3-

écrans émotions
17% des adolescents affirment que, depuis qu’ils utilisent des écrans, ils dorment moins bien.

Santé émotionnelle altérée

L’utilisation d’appareils à écran affecte directement la santé émotionnelle et le comportement des adolescents. C’est ce qu’indiquent les chiffres de l’étude :

  • Capacité de concentration : un jeune sur quatre (28%) reconnaît qu’il lui est plus difficile de se concentrer depuis qu’il utilise un écran. Presque la même proportion de parents est d’accord avec cette perception : 27 % le pensent.
  • Capacité à converser : près de trois mineurs sur dix (28%) avouent que, depuis qu’ils utilisent des écrans, ils parlent moins avec leurs parents. 22% des parents pensent parler moins avec leurs enfants.
  • Patience : Google prend moins d’une seconde pour nous dire ce que nous voulons savoir. Cela produit des apprentissages chez les adolescents : « tout savoir en ce moment, maintenant, c’est possible ». Ainsi, 23 % affirment avoir moins de patience depuis qu’ils utilisent des écrans. Ce chiffre passe à 28 % dans le cas de la perception des parents.
  • Intérêt pour les choses : les écrans et tout ce qu’ils impliquent font que 22% des mineurs se désintéressent des choses. Les jeux vidéo, les séries, les réseaux sociaux deviennent un refuge. 28% des parents disent que leurs enfants se désintéressent des choses.
  • Volonté: les demandes réelles n’obtiennent pas une réponse aussi rapide que Google. Ce qui n’est pas ainsi peut nous sembler un peu moins qu’une montagne infranchissable, une barre que nous ne pourrons pas franchir. Pourquoi essayer? Il semblerait que 20% des adolescents reconnaissent que les écrans ne stimulent pas exactement leur capacité à se dépenser.
  • Sommeil : 26% des adolescents disent avoir plus de mal à dormir, un phénomène dans lequel les écrans jouent un grand rôle. La vérité est que l’activation qu’ils génèrent dans le cerveau pendant les heures avant d’essayer de s’endormir ne favorise pas précisément cette réconciliation car le noyau suprachiasmatique n’est pas capable de produire autant de mélatonine que nous en aurions besoin pour dormir. Résultat : insomnie.
  • Caractère : si le sommeil est important pour les adultes, il ne l’est pas moins pour les adolescents. Un mauvais repos peut se traduire par des changements de caractère et de comportement. Il est beaucoup plus facile de se fâcher et de s’énerver pour des choses qui ne devraient pas susciter de telles émotions lorsque nous avons sommeil. Le manque de sommeil rend les adolescents plus irritables.
  • Gêne : 13% des adolescents se disent moins aptes à gérer les émotions à valence négative, notamment la frustration, depuis que les écrans font partie de leur vie.

« Les écrans sont une source d’émotions intenses pour les adolescents. Plus de la moitié affirment que les écrans les aident beaucoup à être heureux, étant utiles pour s’évader de leur réalité quotidienne pour 48%. Pour 4 3% ils produisent une montagne russe d’émotions ».

Conseil général de psychologie d’Espagne-

En conséquence des points détaillés, les auteurs de ce rapport soulignent la nécessité de travailler et d’enseigner aux adolescents des stratégies pour gérer efficacement la gestion de leurs émotions, ainsi que de leur fournir des outils pour que le sentiment de sécurité lui-même grandisse en eux. eux-mêmes.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Les écrans rendent les enfants impatients et affectent leur humeur
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Les écrans rendent les enfants impatients et affectent leur humeur

Adolescents hyperactifs, irritables ou apathiques... C'est le prix à payer lorsque les enfants passent trop de temps devant des écrans.


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Empantallados y GAD3 (2021). “El impacto de las pantallas en la vida familiar. Familias y adolescentes tras el confinamiento: nuevos retos educativos y oportunidades”.
  • Lara Álcantara, G. E. (2021). Exposición de infantes a pantallas. Disminuir u orientar.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.