Drayke Hardman, une autre victime tragique d'intimidation

Drayke Hardman était harcelé par un camarade de classe depuis l'année dernière. Il y a quelques jours à peine, ce garçon de 12 ans a décidé d'arrêter de souffrir et de se suicider. Son histoire a fait le tour du monde.
Drayke Hardman, une autre victime tragique d'intimidation

Dernière mise à jour : 12 juillet, 2022

Drayke Hardman aimait le basket-ball et était un grand fan de l’Utah Jazz, mais il avait peur d’aller à l’université. Il y avait un camarade de classe qui lui a rendu la vie impossible : il l’a harcelé et battu pendant un an. La situation a atteint un point tel que, incapable de supporter la situation, ce garçon de 12 ans a décidé de se suicider un après-midi.

On pourrait dire que l’histoire du petit Drayke est une histoire de plus des chroniques tragiques de l’intimidation. Et pourtant ce n’est pas le cas. Car chaque histoire est unique et chaque drame familial et personnel ouvre un drame insondable difficile à imaginer. Peu d’événements sont aussi anormaux que la perte d’un enfant, mais le fait que cela se produise dans ces circonstances augmente la gravité.

Nous ne pouvons pas nous habituer à ces données. Le harcèlement scolaire et le cyber-harcèlement tuent des centaines de jeunes âgés de 11 à 28 ans. Ce n’est pas un phénomène nouveau, mais le taux de suicide augmente chaque année en raison de l’immobilisme des institutions, et du désespoir de nombreux parents qui vivent cette réalité de près avec une impuissance totale.

“C’est le résultat de l’intimidation, mon beau garçon menait une bataille dont même je ne pouvais pas le sauver. C’est réel, c’est silencieux et il n’y a absolument rien que vous puissiez faire en tant que parent pour arrêter cette douleur profonde.”

-Samie Hardman, mère de Drake-

Drayke Hardman
Drayke Hardman

Drayke Hardman, le garçon au cœur d’or qui n’en pouvait plus

Samie Hardman, la mère de Drayke Hardman, explique que son fils avait un cœur en or. Sa personnalité était gentille et douce, il aimait faire rire les gens et était une pure bonté. Pourtant, depuis un an, il affrontait en silence un drame qui peu à peu le gagnait seul.

Ce garçon de 12 ans de Tooele, dans l’Utah, avait un tyran dans sa classe qui lui a rendu la vie misérable. Quelques jours plus tôt, il était rentré chez lui avec un œil au beurre noir. Il a lui-même expliqué à ses sœurs que le garçon de la classe qui le harcelait depuis longtemps l’avait frappé. La famille avait déjà contacté l’école pour tenter de résoudre le problème.

Cependant, le 10 février, Drayke a dit à ses parents qu’il préférait rester à la maison cet après-midi et ne pas aller au basket après l’école. Cette même nuit, il a décidé de mettre fin à ses jours, et bien que ses sœurs aînées l’aient trouvé encore avec un faible souffle de vie, rien ne pouvait être fait pour lui. Malheureusement, ce garçon au cœur d’or est décédé le lendemain entouré de l’amour de sa famille.

Une histoire virale qui a choqué le monde entier

Les parents de Drayke Hardman ont décidé de publier leur histoire quelques jours plus tard sous le hashtag #doitfordrayke. Rapidement, les joueurs de l’équipe de basket Utah Jazz ont partagé la nouvelle et récolté des fonds pour les obsèques du petit garçon. Le visage lumineux et doux de ce garçon ajouté au désespoir de la famille a fait le tour du monde.

Son propos avec la publication de l’intimité de son drame personnel répond à un objectif : faire prendre conscience d’une réalité que nous négligeons. Il y a quelque chose qui cloche dans la société et aussi dans l’éducation de nos enfants.

En fait, il y a un aspect que la propre mère de Drayke aborde : il y a quelque chose de cassé chez le garçon qui a intimidé mon fils, et d’une certaine manière, lui aussi est une victime. Les enfants n’ont pas cette violence par nature.

« Cet intimidateur a également été une victime, et c’est là que nous devons trouver la solution : apprendre à nos enfants que le monde est brisé, mais qu’ils sont la génération qui doit le réparer.

-Samie Hardman, mère de Drayke-

Drayke Hardman avec sa famille
Le père de Drayke Hardman avec son fils à l’hôpital

Le changement ne sera possible que par un engagement global (et c’est urgent)

La recherche de l’Université Queen’s offre des données sombres. On estime que 77 % des adolescents ont été victimes d’intimidation à un moment donné et 68,9 % ont eu des idées suicidaires à la suite de ces expériences. À l’heure actuelle, ceux qui sont également victimes de cyberintimidation sont plus susceptibles de penser à se suicider.

De même, le nombre de suicides liés au harcèlement est particulièrement important aux États-Unis, où l’accès aux armes facilite ce type de comportement limite. Pourtant, malgré l’impact d’histoires comme celle de Drayke Hardman, ces réalités s’estompent sans doute aujourd’hui et se dissolvent dans le néant. Les intimidateurs du lycée (garçons et filles) continuent d’apparaître et les changements ne se produisent pas.

Le cas de la Norvège, par exemple, est différent. En 1982, le pays est sous le choc après le suicide de trois enfants âgés de 10 à 14 ans victimes de brimades. Dan Olweus, un psychologue suédo-norvégien expert dans l’étude de l’intimidation et de l’intimidation, a mis en place un programme de prévention de l’ intimidation qui a complètement changé cette réalité. Il ne lui a pas fallu longtemps pour devenir un héros national.

Le harcèlement ne peut être arrêté que par un engagement commun de toute la société : familles, politiques sociales et établissements d’enseignement.

L’affaire Drayke Hardman pourrait être la dernière s’il y avait un réel engagement

Le programme bien connu Olweus Bullying Prevention Program (OBPP) a été mis en œuvre avec succès dans les écoles élémentaires et intermédiaires. L’objectif était de réduire l’intimidation grâce à la restructuration de la classe et aux récompenses pour les comportements positifs. Les familles, les écoles et les élèves eux-mêmes ont été impliqués dans ces initiatives.

Pensons que l’école est le premier contact des enfants avec la société. Ce premier scénario est essentiel pour établir le type de personne qu’ils seront demain. Une éducation basée sur l’empathie, le respect et la coexistence est tout. Et dans cet objectif, nous sommes tous décisifs : pères, mères et éducateurs.

Ne laissons plus les enfants aller en classe en ayant peur. Ne laissons pas des histoires aussi tragiques que celle du petit Drayke se répéter.

Note finale

On ne peut terminer cet article sans rappeler que le suicide est actuellement la première cause de décès chez les plus jeunes. Pour cette raison, il est décisif que dans toute situation de vulnérabilité, de harcèlement ou de problème émotionnel de nos adolescents, nous leur apportions l’attention et le soutien nécessaires :

  • Nous sommes attentifs à tout changement de leur comportement (retrait, refus d’aller en cours, baisse de leurs performances scolaires, problèmes d’alimentation ou de repos, etc.).
  • Informons les enseignants, les tuteurs, les professeurs de la situation que vivent nos enfants.
  • Demandons une aide spécialisée. Des professionnels de la psychologie peuvent nous apporter les conseils et le soutien nécessaires dans ces situations.
Cela pourrait vous intéresser ...
Effets de l’intimidation sur la santé
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Effets de l’intimidation sur la santé

Toutes les personnes (notamment les enfants) victimes des effets de l'intimidation doivent absolument recevoir une assistance psychologique.



  • Alavi, N., Reshetukha, T., Prost, E., Antoniak, K., Patel, C., Sajid, S., & Groll, D. (2017). Relationship between Bullying and Suicidal Behaviour in Youth presenting to the Emergency Department. Journal of the Canadian Academy of Child and Adolescent Psychiatry = Journal de l’Academie canadienne de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent26(2), 70–77.
  • Alavi N, Roberts N, Sutton C, Axas N, Repetti L. Bullying Victimization (Being Bullied) Among Adolescents Referred for Urgent Psychiatric Consultation: Prevalence and Association With Suicidality. Can J Psychiatry. 2015 Oct;60(10):427-31. doi: 10.1177/070674371506001003. PMID: 26720189; PMCID: PMC4679118.
  • Valera-Pozo M, Flexas A, Servera M, Aguilar-Mediavilla E, Adrover-Roig D. Long-Term Profiles of Bullying Victims and Aggressors: A Retrospective Study. Front Psychol. 2021 Jun 29;12:631276. doi: 10.3389/fpsyg.2021.631276. PMID: 34267694; PMCID: PMC8276793.