Les différents types de jalousie

12 juillet 2015 dans Psychologie 30 Partagés

Nous avons tous ressentis au moins une fois dans notre vie de la jalousie, de manière plus ou moins forte.

Nous avons tous été victimes également de personnes qui posent un regard chargé d’envie ou de surprotection, sur ce que nous faisons, notamment dans le cadre d’une relation de couple.

Ces comportements peuvent devenir une menace sur le long terme, car la personne qui les adopte risque de sombrer dans un tourbillon de contrôle et d’émotions négatives, qui peut affecter notre intégrité psychologique et personnelle.

Les experts distinguent les personnes jalouses de la jalousie pathologique, qui inclue des personnes animées par des sentiments de jalousie sous-tendus par diverses pathologies psychologiques.

La jalousie infantile

La jalousie entre frères et sœurs est très habituelle au sein de la famille. S’il existe des différences individuelles entre eux, les enfants d’une même fratrie peuvent ressentir de la frustration en s’imaginant que leurs parents sont plus attentionnés, envers leurs frères et sœurs.

Cette situation peut causer un certain mal-être et une ambiance délétère au sein de la famille. Les enfants touchés par ce sentiment de jalousie peuvent adopter des comportements réfractaires et des conduites agressives, qu’il faut savoir détecter et contrôler à temps.

Les parents doivent savoir comment résoudre ce type de situations. Il est recommandé de respecter un équilibre dans le traitement des enfants, de ne pas faire de préférences, et de mettre en valeur les qualités de chacun, dans la mesure du possible.

Mettre en avant les activités en commun, prêter moins d’attention aux comportements négatifs et répondre de manière sereine aux épisodes de jalousie, en évitant les cris et les colères, peuvent permettre d’apaiser la situation. 

La jalousie au travail

Selon diverses études, 40% d’entre nous ont déjà souffert de situations de jalousie au travail, entraînant des tensions entre collègues.

Des analyses récentes ont permis de révéler que les femmes qui ont un comportement très compétitif sont les plus jalouses, et les plus à même d’avoir des attitudes provocantes, envers d’autres femmes de leur travail.

De plus, si leurs « concurrentes » ont un aspect physique agréable, cela renforce le sentiment d’envie. Ces personnes reportent sur les autres la responsabilité de leurs échecs, elles sont incapables de se contrôler et croient percevoir chez ceux qui les entourent, toutes les qualités qui leur font défaut.

Elles ne savent pas gérer leurs émotions, et considèrent leurs collègues comme des rivaux qui disposent de toutes les capacités qu’elles n’ont pas, sans jamais essayer de s’améliorer.

Leurs propres concepts sont formés par un puzzle désordonné de carences, d’insécurités et de faiblesses qui sont cachées derrière de la défiance et de la rivalité.

Ce sont des caractéristiques qui sont plus présentes chez les femmes dans un contexte de travail, et qui visent principalement leurs collègues du même sexe.

La jalousie dans le couple

La jalousie est très fréquente au sein du couple, et elle est considérée comme normale, dans la mesure où aucun des deux partenaires n’est visé par un comportement coercitif ou agressif.

Dans certains cas, la jalousie se présente dans des situations complexes dans lesquelles la méfiance devient, peu à peu, le pilier fondamental de la relation.

C’est à ce moment qu’apparaissent la souffrance et les premières crises dans le couple.
Les personnes qui souffrent de jalousie pathologique imaginent, de manière constante, que leur partenaire va les trahir, et cherchent en permanence des signes qui attestent leurs allégations infondées.

Elles deviennent extrêmement vigilantes, tentent de tout contrôler, et ont une peur obsessionnelle de l’abandon.

Que se cache-t-il derrière ces personnalités ? En règle générale, ces individus n’ont absolument pas confiance en eux, et ont une perception très négative d’eux-même.

Leur estime personnelle est au plus bas, et ces personnes ont l’impression qu’elles vont être abandonnées.

Ce sentiment de fragilité intérieure entraîne une volonté pathologique de contrôle, dans laquelle elles projettent leurs peurs et leurs angoisses sur leur partenaire. Elles veulent être la seule personne dans la vie de leur moitié, ce qui les rend peu compréhensives et peu tolérantes.

Ces personnes ont tendance à confondre l’amour avec la possession. Ce type de jalousie est assez différent des deux précédentes, mais il est tout aussi nocif pour les personnes qui en sont victimes.

A découvrir aussi