Des mères qui inculquent le sentiment de dette à leurs enfants

Les mères qui inculquent le sentiment de dette à leurs enfants font de la maternité et de l'éducation un instrument de manipulation. Elles ne sont pas mauvaises, elles ont en fait des difficultés importantes avec elles-mêmes qu'elles devraient résoudre.
Des mères qui inculquent le sentiment de dette à leurs enfants

Dernière mise à jour : 18 avril, 2022

Beaucoup de mères culpabilisent leurs enfants avec des phrases comme “comment peux-tu faire ça, après tout ce que j’ai fait pour toi”. Elles disent souvent de telles choses lorsque l’enfant ne fait pas ou ne dit pas ce qu’elles veulent. Ce sont des mères qui inculquent le sentiment de dette à leurs enfants. Elles ont la conviction que ces derniers doivent en retour les payer toute leur vie à travers la soumission ou la vénération.

Ce type de mères font de la parentalité un moyen de se racheter. Personne ne leur demanda d’agir ainsi, mais elles reprochent souvent à tout le monde d’agir ainsi. Elles surdimensionnent leurs efforts et leurs sacrifices. Elles génèrent donc de la culpabilité chez leurs enfants en raison du désir caché qu’ils les sauvent.

… « Ce genre de mères peut faire ressentir à leurs enfants des émotions négatives telles que la peur, la tristesse ou les sentiments de culpabilité. Souffrir et ne pas savoir gérer lesdites émotions peut générer une grande angoisse, qui paralysera complètement les victimes de ce genre de manipulation ».

-Daniel Molina-

Les deux traits essentiels des mères qui instillent un sentiment de dette chez leurs enfants sont la manipulation et la victimisation. Pour des raisons évidentes, ce sont des personnes qui n’ont pas atteint un développement personnel complet. Elles utilisent également le lien maternel pour essayer de compenser tout ce qu’elles ne réalisèrent pas pour elles-mêmes. Ces personnes n’ont pas besoin d’enfants dévoués, mais d’une aide professionnelle.

Des mères qui inculquent le sentiment de dette

La première chose qui s’exprime chez les mères qui inculquent le sentiment de dette à leurs enfants est une sorte de déni autour du fait même d’être mère. Il semble que cette condition lui ait été imposée par leur propre enfant, non qu’il s’agit d’une décision prise ou assumée par elles.

Il est possible qu’il y ait de cela à l’origine de cet état : consciemment ou inconsciemment, la mère blâme l’enfant car elle considère que c’est lui qui l’a faite mère. Si l’enfant n’avait pas existé, elle n’aurait pas eu à consacrer ses meilleures années et ses plus grands efforts à prendre soin de lui et à l’élever. Il existe donc, selon elle, une dette légitime.

Fortes de cette conviction, ces mères ne perdront pas l’occasion de recueillir ce qu’elles pensent leur appartenir : la soumission et l’amour inconditionnel de leurs enfants. De manière générale, ouvertement ou clandestinement, elles réclament généralement une compensation pour leurs efforts essentiellement physiques : pour l’accouchement, l’allaitement, le changement de couches, l’alimentation, la prise en charge de l’enfant en cas de maladie, etc. Que se passe-t-il alors?

mères

Mères malfaisantes ou mères ayant des problèmes psychologiques ?

Les mères qui inculquent le sentiment de dette à leurs enfants ne sont pas toujours de mauvaises mères au sens strict du terme. Ces mamans aiment en effet souvent leurs enfants autant qu’elles le peuvent en fonction de leurs lacunes psychologiques.

Pour aimer avec un « A » majuscule, il faut une base de santé mentale adéquate. On ne peut, à défaut, n’offrir qu’un « amour » avec un « a » minuscule. Ce dernier est alors contaminé par les peurs, les vides, les désirs frustrés et les carences. Il s’agit malgré tout, au fond, d’amour. L’autre est blessé “involontairement”. Il est acculé en vertu des propres labyrinthes, limité par les limites propres .

Les mères qui inculquent le sentiment de dette à leurs enfants veulent souvent le meilleur pour eux. Le problème est qu’elles ne savent même pas ce qui est le mieux pour elles-mêmes. Elles ont encore moins travaillé pour y parvenir. Et elles trouvent dans la maternité une excuse pour ne pas prendre leurs responsabilités.

mères

Se réconcilier avec la maternité

Être mère commence par engendrer et mettre au monde un être nouveau, pour ensuite veiller sur lui et le faire survivre à sa propre vulnérabilité. C’est en soi une tâche gigantesque, comme l’est tout acte transcendant qui est accompli dans la vie.

Mais la mère n’est pas là uniquement pour assurer le bien-être physique de son enfant. Outre ses soins et sa protection, elle offre également à son tout-petit un sens à son existence et sème à jamais les graines de sa constellation affective. Ce n’est pas une tâche qui devrait constituer un poids, mais un exploit dont être fier.

La culpabilité installée dans la conscience des enfants ne leur fait pas du bien. Il leur est plus difficile de se reconnaître et de concevoir un projet de vie cohérent. Ils douteront d’eux-mêmes et il leur sera difficile d’accéder à l’autonomie et à l’indépendance. Tout cela peut être évité lorsque les mères qui inculquent le sentiment de dette à leurs enfants se réconcilient avec leur maternité et renoncent à la manipulation.

Cela pourrait vous intéresser …

This might interest you...
Dettes relationnelles : quand je me sacrifie en espérant quelque chose en retour
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Dettes relationnelles : quand je me sacrifie en espérant quelque chose en retour

Nous contractons souvent des dettes relationnelles sans même nous en rendre compte, et ce dans n'importe quelle relation. Mais que sont-elles exact...



  • Cáceres-Manrique, Flor de María y Molina-Marín, Gloria y Ruiz-Rodríguez, Myriam (2014). Maternidad: un proceso con distintos matices y construcción de vínculos. Aquichan, 14 (3), 3196-326. [Fecha de Consulta 17 de Diciembre de 2021]. ISSN: 1657-5997. Disponible en: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=74132361004
  • Donath, O. (2016). Madres arrepentidas: una mirada radical a la maternidad y sus falacias sociales. Reservoir Books.