Dépenser, avec la raison ou le cœur ?

Utilisons-nous la raison pour dépenser, l'utilisons-nous plus ou moins lorsque nos ressources sont rares ? Découvrez les réponses à ces questions et à d'autres dans l'article suivant !
Dépenser, avec la raison ou le cœur ?

Dernière mise à jour : 19 août, 2022

Selon une étude de la revue Psychological Science, nous tendons à dépenser de manière irrationnelle lorsqu’il s’agit de choisir comment nous utilisons des ressources comme l’argent et le temps, mais la rareté peut faire de nous des décideurs plus rationnels sur le plan économique.

L’étude montra que les êtres humains prennent tout le temps des décisions économiquement irrationnelles. Des facteurs contextuels, non liés à l’utilité ou au plaisir que nous allons retirer d’un bien ou d’un service, influencent lesdites décisions.

L’étude donne un exemple clair : on peut douter d’acheter un sandwich à 4 euros chez un marchand ambulant, mais on n’hésite pas à acheter et à payer 7 euros la même chose lors d’un match de foot. La qualité du sandwich est à peu près la même dans les deux scénarios. Le contexte ne l’est en revanche pas, ce qui fait toute la différence.

Le psychologue Anuj Shah de l’Université de Chicago et ses collègues Eldar Shafir de l’Université de Princeton et Sendhil Mullainathan de l’Université de Harvard se demandèrent si ces tendances irrationnelles à dépenser pourraient disparaître si les personnes se retrouvaient sans argent.

“Lorsque l’argent se fait rare, la facture de services publics et le paiement du loyer sont au centre de nos préoccupations “, écrivent les chercheurs. Après tout, payer pour une chose signifie que nous ne pouvons pas payer pour autre chose.

“Quelqu’un, envisageant l’achat d’une bière, compare la bière à d’autres demandes budgétaires, comme la nourriture ou le bus. Et ces compensations ne dépendent pas de l’endroit où l’on achète la bière”, expliquent les chercheurs.

Shah et ses collègues émirent l’hypothèse que les personnes confrontées à un état d’esprit de pénurie seraient plus sensibles aux compromis. Elles pourraient donc évaluer les biens de manière plus stable et cohérente que les personnes qui ne le sont pas.

Les résultats de trois études différentes, avec plus de 2 700 participants, montrèrent que la variation en cas de rareté – dans ce cas, reposant sur le revenu annuel – avait trait aux  différences dans la manière dont un produit était évalué.

Plus précisément, les participants à revenu élevé étaient prêts à dépenser plus pour une bière dans un “hôtel de luxe” que pour la même bière dans une “petite épicerie délabrée”, étant ainsi beaucoup plus sensibles au contexte..

D’autres études montrèrent que les participants ayant des revenus plus élevés étaient plus disposés à voyager pour obtenir un rabais si ce dernier était proportionnellement plus élevé. Cependant, les participants à faible revenu étaient moins sensibles au montant proportionnel de la réduction.

Des données supplémentaires indiquent que la rareté influence également les décisions que nous prenons concernant les ressources non monétaires, en particulier la nourriture et le temps. Ces résultats suggèrent qu’une condition de rareté incite les gens à réfléchir de manière plus cohérente à la valeur de la ressource en question, indépendamment d’autres facteurs contextuels.

“Au lieu de regarder des facteurs externes qui changent au hasard, les personnes en situation de pénurie se tournent vers des normes générées en interne qui fournissent un cadre plus stable “, concluent les chercheurs.

Selon les chercheurs, ces résultats ont des implications directes pour les interventions politiques visant à modifier les comportements.

“Les circonstances et les changements contextuels subtils sont souvent utilisés par les politiciens pour encourager le comportement dans une série de domaines, de l’énergie au vote. Mais des recherches récentes mettent en évidence les limites de telles interventions”, déclarèrent Shah et ses collègues.

En d’autres termes, les interventions ne peuvent pas faire de différence dans le changement de comportement si les gens se concentrent davantage sur les compromis qu’ils devront faire.

« Dans des conditions de pénurie, ce sont les besoins pressants qui retiennent l’attention », écrivent les chercheurs.

Cela pourrait vous intéresser …

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi dépenser plus que ce que vous avez ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Pourquoi dépenser plus que ce que vous avez ?

L'argent occupe une place prépondérante dans notre société et représente le but ultime de certaines personnes. Pourquoi nous retrouvons-nous dans u...