Découvrez votre style d'adaptation selon Jeffrey Young

Etes-vous du genre à abandonner, à éviter ou à faire face ? Jeffrey Young a développé une thérapie centrée sur les schémas pour aider les personnes souffrant de troubles émotionnels chroniques et de troubles de la personnalité à trouver des approches plus adaptées à leur relation avec l'expérience.
Découvrez votre style d'adaptation selon Jeffrey Young

Dernière mise à jour : 28 novembre, 2022

Que faire si un patient a plusieurs troubles ? Comment intervenir chez les « patients difficiles » ? Que se passe-t-il si le problème est devenu chronique ? Jeffrey Young, un psychologue américain, a passé 20 ans à développer la schémathérapie pour apporter une solution à ces problèmes. Dans cet article nous allons nous intéresser à une pierre angulaire de sa méthode : le style d’adaptation selon Young.

La schémathérapie est intégrative et combine des éléments de l’école cognitivo-comportementale, de la théorie de l’attachement, de la gestalt, des modèles constructivistes et psychodynamiques. Il a été appliqué principalement dans les troubles de la personnalité, bien que des lignes de recherche soient développées sur son efficacité dans d’autres troubles tels que l’anxiété, la dépression ou les troubles de l’alimentation.

“Parfois, les patients ont du mal à accéder à leurs sentiments, leurs pensées et leurs images.”

-Jeune-

patient en thérapie
Pour la schémathérapie, l’être humain sain d’un point de vue psychologique est celui qui est capable de satisfaire de manière adaptative ces besoins.

Bases de la thérapie

Avant de se plonger dans les styles d’adaptation proposés par Young, il convient de faire un bref tour des concepts de base qui sous-tendent la thérapie, afin de faire la lumière sur ses approches et ses éléments thérapeutiques.

1. Schéma dysfonctionnel précoce

Le modèle de Young met en évidence le schéma dysfonctionnel précoce (TED). Un schéma qui fonctionne comme un guide qui nous dit comment se comporter, comment penser, ressentir et percevoir. Il se développe et s’élabore tout au long de la vie de la personne. Les caractéristiques des EDT, selon Young, sont les suivantes :

  • Ils sont vrais a priori.
  • Ils s’auto-perpétuent.
  • Ils résistent au changement.
  • Ils sont dysfonctionnels; c’est-à-dire qu’ils produisent de l’inconfort.
  • Normalement, ils sont générés et activés par des expériences environnementales.
  • Ils produisent des états affectifs intenses et élevés.
  • Ils découlent de l’interaction entre le tempérament et les expériences de développement dysfonctionnelles.

Les EDT sont le reflet de la façon dont les croyances que nous avons sur nous-mêmes s’organisent par rapport à ce qui nous entoure et sont le produit d’événements stressants, parfois traumatisants, avec des personnes qui nous ont été significatives et importantes quand nous étions petits, fondamentalement notre famille.

“Connaître le schéma dysfonctionnel précoce implique de connaître les origines, l’enfance des patients et l’influence de tout cela sur leurs problèmes.”

-Rodríguez-Vílchez-

2. Origine des régimes

Les TDE surviennent à la suite de l’insatisfaction des besoins émotionnels de l’enfance qui sont fondamentaux et nucléaires :

  • Le besoin d’établir de l’affection et des liens solides avec d’autres personnes.
  • Se savoir autonome, compétent et avoir un sentiment d’identité.
  • Être libre d’exprimer ses propres besoins et émotions ; et savoir qu’ils sont valides.
  • Être spontané et jouer.
  • Se fixer des limites réalistes et développer la capacité de maîtrise de soi.

3. Expériences et schémas de la petite enfance

Les régimes qui tendent à avoir le plus grand impact sur la vie des patients sont ceux qui naissent à un jeune âge et au sein de la famille. 4 types d’expériences précoces prédisposent au développement de l’EDT :

  • Toxique besoin de frustration. Cela se produit lorsque l’enfant reçoit “trop peu d’une bonne chose”. Cette expérience favorise le développement de schémas tels que : manque affectif ou abandon/instabilité. Ils surviennent parce que quelque chose d’important manquait dans l’environnement de l’enfant, comme l’amour, la compréhension ou la stabilité.
  • Traumatisation. Cela se produit lorsque l’enfant est blessé, critiqué ou humilié. En conséquence, l’enfant est susceptible de développer de la méfiance/des abus, des imperfections ou une vulnérabilité aux schémas de danger.
  • Expérimentation de quelque chose de trop bien. C’est la contrepartie de la frustration toxique des besoins. Dans ce cas, les parents ont donné à l’enfant quelque chose qui, lorsqu’il est donné avec modération, est sain, mais cesse de l’être lorsqu’il est donné avec excès. Génère des schémas de type dépendance/incompétence.
  • Intériorisation sélective ou identification à d’autres personnes importantes. Cela se produit lorsque le petit approuve et intériorise les schémas des parents eux-mêmes, faisant siennes les peurs et les phobies de leurs parents. Le schéma généré est souvent celui de la vulnérabilité.

“Nous pensons que le tempérament détermine en grande partie si un enfant s’identifie et intériorise une caractéristique spécifique d’un parent.”

-Rodríguez-Vílchez-

Les styles d’adaptation selon Young

La thérapie de Young est très poussée et c’est pour cette raison que nous venons de donner quelques coups de pinceau de base aux concepts les plus pertinents afin de mieux comprendre les styles d’adaptation selon Young.

Imaginez que vous marchez sur un chemin et qu’un serpent apparaît. Vous pouvez gérer la situation de trois manières : la première serait d’abandonner, de geler et de ne rien faire pour vous sauver, accepter le fait qu’il va vous mordre. La deuxième façon serait d’éviter, c’est-à-dire “je n’irai plus jamais sur les sentiers car il y a des serpents”. La troisième voie est appelée “surcompensation” et consiste essentiellement à faire le contraire de ce que le régime dicte. Si le schéma est “l’isolement social”, la surcompensation sera le schéma inverse : la socialisation.

Le style d’adaptation surgit parce que dans le passé, il nous permettait de réduire l’intensité émotionnelle que nous éprouvons dans une ou plusieurs situations. Si dans le passé il avait une fonction, il produit aujourd’hui un inconfort : il perpétue et entretient le problème.

1. Entreprendre un stratagème

Entreprendre un stratagème, c’est remettre à plus tard la lutte contre celui-ci. Il n’est même pas évité, mais le schéma est accepté comme une vérité absolue, immuable, certaine et vraie. La douleur émotionnelle est vécue directement et, à son tour, réaffirme le schéma.

“Sans se rendre compte de ce qu’il fait, le patient répète des schémas qui conduisent au schéma, de sorte que dans sa vie d’adulte, il continue à revivre les expériences d’enfance qui l’ont créé.”

-Rodríguez-Vílchez-

Aux débuts de la thérapie des schémas, le style d’adaptation « abandon du schéma » était appelé « maintien du schéma ». Par exemple, une femme avec un schéma méfiance-abus peut parier sur des relations amoureuses avec un homme enclin à être infidèle. Cela confirmerait la conviction de la patiente que tôt ou tard elle trahira.

2. Éviter le schéma

Éviter le schéma signifie ignorer consciemment les pensées, les affects et les comportements afin d’éviter l’intensité émotionnelle de le vivre.

“Grâce à ce processus, l’individu essaie d’éviter l’inconfort qui apparaît avec l’activation du schéma.”

-Rodríguez-Vílchez-

Cela fait référence à toute activité que nous faisons qui empêche un schéma d’être activé, de penser à bloquer des pensées et des images, ou de nous distraire, ou d’éviter de ressentir un sentiment, et aussi de manger ou de boire de manière excessive.

Femme pensant assise à la fenêtre
Pour guérir un schéma, il faut baisser son intensité, selon Young.

3. Surcompensation du régime

Imaginez que vous êtes dans un canoë au milieu d’une rivière avec une chute d’eau devant vous, que feriez-vous ? La réponse la plus appropriée serait « pagayer à contre-courant pour échapper à la cascade ». C’est surcompenser.

La surcompensation se produit lorsque vous décidez de combattre le schéma par des pensées, des sentiments, des comportements et des relations avec les autres opposés. Comme si le schéma était faux.

La surcompensation est une tentative assez saine de combattre le schéma, même si cela signifie que le schéma continue à se perpétuer.

“En fait, certaines des personnes les plus admirées de notre société, par exemple les dirigeants politiques, les stars des médias ou les grands hommes d’affaires, surcompensent très souvent.”

-Rodríguez-Vílchez-

Pour Young, guérir un schéma, c’est réduire l’intensité, le volume, des éléments qui composent un schéma : souvenirs, émotions, sensations corporelles, pensées… Guérir un schéma implique de changer notre comportement et d’apprendre à remplacer notre style d’adaptation selon à Jeune inadapté, fondamentalement abandon et évitement pour un plus sain.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le schéma d’assujettissement dans la schémathérapie : en quoi consiste-t-il ?
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le schéma d’assujettissement dans la schémathérapie : en quoi consiste-t-il ?

L'assujettissement implique de céder de manière excessive au contrôle des autres au détriment de nos désirs et même de notre identité.



  • López Pell, A. F., Cid Colom, J., Obst Camerini, J., Rondón, J. M., Alfano, S. M., & Cellerino, C. (2011). Guías esquematizadas de tratamiento de los trastornos de la personalidad para profesionales, desde el modelo de Young, Klosko y Wheishar (2003). Ciencias psicológicas, 5(1), 83-115.
  • Vílchez, E. R. (2009). La terapia centrada en esquemas de Jeffrey Young. Avances en psicología, 17(1), 59-74.
  • Mejía Terreros, P., & Montoya Ceballos, A. (2022). Incidencia de los esquemas maladaptativos tempranos y estilos parentales de acompañamiento en los trastornos de la conducta alimentaria.

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.