Les côtés positifs de la colère

· 8 octobre 2015

Selon le point de vue que l’on adopte, les choses peuvent être positives ou négatives. S’il est vrai que la colère a mauvaise réputation et a creusé sa propre tombe, il faut apprendre à voir le bon côté de cette émotion.

Il existe un côté positif au fait de s’énerver, à condition que les choses soient équilibrées.

Se mettre en colère n’est pas toujours négatif, et le fait de l’exprimer correctement peut nous aider à éviter beaucoup de problèmes, y compris des maladies.

La colère se situe à un niveau plus élevé que la contrariété ou l’irritation, même si ces trois mots sont souvent utilisés comme des synonymes.

Une recherche sur la colère a révélé récemment que, même si nous pensons que cette émotion est négative, c’est en réalité faux.

La colère ne sert pas uniquement à nous faire sentir mal, à créer des querelles inutiles, à dire des choses que l’on regrette par la suite et à ne pas mesurer la portée de nos actes.

Elle peut aussi nous être bénéfique si nous savons l’utiliser en notre faveur.

Cependant, la colère est condamnée depuis des années, et considérée comme quelque chose de destructeur, que l’on doit éviter ou dissimuler.

Aujourd’hui encore, nous gardons cette idée et essayons par tous les moyens de ne pas montrer notre colère. Nous pensons qu’elle n’est pas raisonnable, que l’on ne doit pas la nommer ni la montrer.

Quels sont les bienfaits de l’expression de la colère ?

Comme pour toutes les émotions, la colère a également des responsabilités, un but et une raison d’exister. Elle peut donc être utilisée à de bonnes fins.

– Premièrement, la colère est une force qui vous motive. Combien de fois vous est-il arrivé, après vous être fortement énervé pour quelque chose, de travailler pour améliorer la raison de votre colère?

La colère est une manière de faire tomber les barrières mentales et émotionnelles que l’on se met pour ne pas faire les choses différemment. Si quelque chose nous met en colère, il est probable qu’on le résolve.

– Deuxièmement, il est prouvé que les personnes qui sont énervées sont plus optimistes. Cela peut paraître étrange, mais c’est pourtant vrai.

Les personnes qui s’énervent pour une chose en particulier, sont celles qui interviennent le plus dans l’affaire. Elles savent donc quand quelque chose peut fonctionner à l’avenir et sont moins pessimistes.

– Troisièmement, la colère peut nous aider à créer des liens. La colère étant un moyen de communiquer ce que l’on ressent, elle est excellente pour expliquer aux autres ce que l’on pense ou ressent.

Depuis notre plus jeune âge, on nous enseigne que la colère est mauvaise et dangereuse et qu’on ne doit pas la montrer. Pourtant, si l’on exprimait notre colère, il y aurait moins de problèmes.

Le fait de dissimuler son désaccord avec quelque chose ou quelqu’un, empêche tout rapprochement avec autrui.

Saviez-vous que la colère nous permet de mieux nous connaître ? En effet, elle nous donne une idée de ce que nous sommes en réalité, et de la manière dont nous réagissons face aux événements.

Elle nous donne des informations très précieuses, si nous l’utilisons de manière intelligente. Elle nous aide à nous former une opinion de nous-même et à comprendre un peu plus nos vies.

– Quatrièmement, la colère sert à réduire la violence. Vous avez surement relu deux fois cette affirmation, qui vous laisse sceptique.

Comme exprimé dans les points précédents, la colère a un lien avec l’envie de régler un problème, avec le fait de ne pas accepter ce qui est injuste et de chercher une solution pour chaque situation.

– Enfin, la colère peut être une bonne stratégie de négociation. De nombreuses personnes utilisent ce sentiment pour obtenir ce qu’elles désirent.

Même si nous ne pouvons pas affirmer que cette technique soit légitime, c’est peut-être une autre des caractéristiques de la colère qui vaut la peine d’être explorée.