Connaissez-vous les niveaux de conscience et leurs couleurs ?

16 juillet, 2020
La théorie complète de la conscience de Ken Wilber défend que l'être humain a différents niveaux de conscience, et que chacun d'entre eux est d'une certaine couleur.

Ken Wilber est un auteur américain qui a concentré son travail et ses études sur la philosophie, le mysticisme, l’écologie et l’évolution spirituelle. Le résultat de ses années de travail a donné naissance à ce qu’il appelle la théorie intégrale de la conscience. Une théorie qui défend que l’être humain a différents niveaux de conscience et que cette théorie diffère selon les couleurs.

L’idée de base, dans la terminologie de Wilber, serait que les êtres humains ne se différencient pas par leur race ou leur couleur de peau, mais par l’état de conscience dans lequel ils se trouvent. Toujours selon ses théories, la conscience n’est pas statique. Au contraire, il s’agirait en fait d’une dynamique en spirale qui évolue constamment en fonction des expériences vécues.

Le modèle intégratif de Wilber est une spirale qui différencie deux blocs. Les niveaux de pensée ou de subsistance du premier degré et les niveaux de pensée ou niveaux d’être et de conscience intégrale du deuxième degré. Les niveaux de subsistance de la conscience seraient de 6 et la conscience de l’être en serait de 2 autres. Chacun aurait sa couleur et ses caractéristiques particulières. Jetons un coup d’œil aux 6 premiers niveaux de subsistance de Wilber.

Les niveaux de conscience d'un homme

Couleur beige : état archaïque-institutionnel

C’est l’état de survie de base, dominé par l’impulsivité biologique. C’est un état où les sens règnent. L’être y est défini par les besoins fondamentaux qui doivent être satisfaits.

L’existence de ces personnes se base sur l’automatisme et leur pensée est instinctivement dirigée. On retrouve cet état dans les premières sociétés humaines. Mais aussi chez les nouveau-nés et les personnes âgées souffrant d’un certain type de trouble dégénératif.

Couleur pourpre : état magico-animiste

À ce niveau, il y a un monde magique qui remplit l’individu de sécurité et d’harmonie. Une distinction se fait déjà entre le bien et le mal. Il s’agit d’un état de sécurité dans lequel une personne est à l’abri de l’environnement menaçant.

Des pouvoirs et des esprits ambitieux sont combattus avec des rituels et des liens de parenté, la magie, les croyances et les superstitions sont importantes. Ce serait le niveau de conscience de nombreuses tribus ethniques.

Couleur rouge : état des dieux du pouvoir

Le monde dans cet état est présenté comme une jungle où seuls les forts dominent, les dominateurs. A ce niveau, les faibles sont au service des forts. La conquête, le pouvoir et la soumission sont promus.

Ce tournant de la spirale découle du précédent et il le fait au travers d’un “je” qui diffère du groupe. Une personnalité puissante, impulsive, égocentrique et héroïque. Dans l’état de couleur rouge, on continue de croire à la magie, mais les pouvoirs mystiques s’associent aux chefs.

Couleur bleue : état de l’ordre mystique

C’est un état dans lequel régneraient l’ordre et la stabilité. Dans cet état, la réalité serait contrôlée par une autorité supérieure qui récompenserait les bonnes œuvres et punirait le mal.

La soumission et l’acceptation des normes sont envisagées, standardisées. L’explication du monde vient de la main d’une entité toute-puissante qui contrôle tout. C’est un état caractéristique de la Chine confucéenne et dans les ordres de la chevalerie.

Niveaux de conscience de couleur orange : état d’avancement scientifique

Un état d’esprit pragmatique qui nécessite l’obtention de résultats et de progrès dans la vie. Le “je” échappe au reste et décide de rechercher la vérité par lui-même. De cet état, le monde est une machine parfaitement ajustée qui fonctionne sur la base des lois comportementales. Ce serait l’état de conscience de la classe moyenne naissante, du matérialisme et de la recherche du triomphe de la matière.

Couleur verte : état sensible de l’ego

Dans ce nouvel état, l’humanité coexiste dans la société et a des objectifs communs. On recherche le consensus et la conscience sociale. Cette réalité se base sur la communauté et la relation de tous les êtres humains.

Le dogme, la cupidité et la division ont disparu. C’est un état basé sur l’harmonie et le développement du potentiel humain. Les hiérarchies ont été surmontées et se concentrent sur le spirituel. Nous le trouvons reflété dans le post-modernisme.

Les niveaux de conscience et leurs couleurs

Les niveaux de conscience intégrale et d’être

Toujours sur le développement de cette pensée de Wilber, il est possible d’actualiser encore plus l’état du moi sensible, celui de la couleur verte. Cela sauterait dans la pensée de deuxième degré. Aux niveaux de subsistance, ils se caractérisent comme étant indépendants les uns des autres et non intégrés.

Les états de pensée du deuxième degré seraient intégrés et non exclusifs. On connaît ces deux niveaux sous le nom de conscience intégrale. Ils sont jaune pour le premier, et turquoises pour le deuxième et le dernier de la spirale.

La couleur jaune correspond à l’état d’intégration. Dans cet état, l’intégration des processus se produit. Le chaos, le changement et l’incertitude sont considérés comme des états acceptables. La vie tourne autour de la flexibilité, de la spontanéité et de la fonctionnalité. L’égalitarisme est possible grâce à l’acceptation et à la compréhension des degrés de commande.

Le turquoise, c’est l’état holistique. Il s’agit de l’état de pensée qui utilise tous les niveaux précédents de la spirale pour atteindre l’unité. Il s’agit d’un état holistique qui équilibre les forces imbriquées.

Théorie intégrale et niveaux de conscience

La théorie globale de Wilber cherche une compréhension plus large de l’être humain. Il se réfère à une prise de conscience qui intègre différentes perspectives. Ce serait quelque chose comme une carte en perspective qui organise les croyances et les valeurs.

Ken Wilber, à travers ce modèle intégrateur, estime que la catastrophe culturelle de la vision matérialiste du monde ignore le potentiel humain, et que ses réalisations pourraient être évitées.

 

  • Donkers, Harry (2016) Integral Dynamics, A new integration of Wilber’s Integral Theory and Spiral Dynamics. International Journal of Humanities and Social Science Vol. 6, No. 6
  • Landrum, Nancy E. (2005) Using integral theory to effect strategic change. Journal of Organizational Change Management 18(3):247-258