Connaissez-vous les émotions de base ?

· 19 février 2019
Connaître notre monde émotionnel nous permet de grandir plus facilement sur le plan personnel et relationnel. Savoir ce que nous ressentons et ce que ressentent les autres renforce notre empathie et nous aide à apprendre à nous connaître.

Comprendre nos émotions de base et secondaires nous permet de nous développer sur le plan personnel et relationnel. Ceux qui ont plus de compétences sociales ont tendance à bien se connaître et à connaître les émotions qu’ils ressentent à chaque instant. Dans le même temps, ils sont capables de capturer, d’interpréter et d’utiliser ces outils afin d’être en mesure de reconnaître facilement les émotions de l’autre. Et de savoir ce que leurs propres émotions génèrent.

Pour aller à l’essentiel, comment pourrions-nous définir les émotions de base ? Selon la théorie de Paul Ekman, nous pouvons définir six émotions de base : colère, tristesse, joie, peur, surprise et dégoût. Elles sont identifiées comme fondamentales ou primaires parce qu’elles sont interculturelles et innées ; c’est-à-dire que, dès le plus jeune âge, nous sommes capables de les ressentir. L’expression faciale qu’elles nous amènent à réaliser ne dépend pas de la culture. Elles sont reconnues partout dans le monde.

Les émotions secondaires, par contre, seraient socialement influencées et, selon notre histoire et notre culture, seraient exprimées d’une manière ou d’une autre. De même, le contact interpersonnel est nécessaire pour les développer. Nous pourrions y trouver par exemple la honte, le mépris, la culpabilité, l’orgueil et bien d’autres choses encore.

Il existe actuellement de nombreuses études consacrées à la reconnaissance et à l’identification des émotions. Certains postulent qu’il y a quatre émotions considérées comme fondamentales et d’autres grossissent ce nombre en ajoutant certaines des émotions secondaires ; en tout cas, l’important est de savoir comment les identifier, les reconnaître et apprendre à agir en accord avec elles toutes.

« Les sentiments et les émotions sont le langage universel, et il faut les respecter. Ils sont l’expression de qui l’on est au plus profond de soi. »

-Judith Wright-

émotions de base selon Paul Ekman
Émotions de base ou primaires et émotions secondaires

Toutes les émotions sont adaptatives, bien que certaines soient positives comme la joie, et d’autres négatives, comme la tristesse, la colère ou le dégoût. Dans tous les cas, elles nous aident à nous adapter à ce qui nous entoure. C’est pour cette raison qu’une meilleure définition des émotions pourrait être agréables et désagréables, mais pas nécessairement négatives.

Les émotions secondaires sont définies ainsi parce qu’elles consistent parfois en l’union d’autres émotions de base, par exemple, l’émotion de jalousie peut contenir la peur et la colère. L’émotion de honte peut inclure la peur du rejet et la tristesse d’avoir échoué, par exemple. Ces émotions ont besoin d’une interaction avec les autres et d’une croissance qui nous permet de savoir comment nous nous sentons dans différentes situations ou conflits.

Un fait curieux que nous pourrions souligner est que la seule émotion qui est définie comme neutre est la surprise. Cette émotion est la moins difficile parce que son ton hédonique s’efface rapidement pour se transformer en une autre émotion. Par exemple, la joie si la surprise est bonne ou la tristesse si la surprise n’est pas à notre goût.

Malgré tout, comme nous l’avons dit, les émotions de base et secondaires sont toujours adaptatives. Par exemple, le dégoût nous aide à ne pas manger des aliments qui peuvent être périmés. La peur nous protège des stimuli qui peuvent nuire à notre survie et la tristesse nous protège en nous laissant un espace de rencontre calme et personnel.

L’éducation émotionnelle : la base d’un développement correct

Un bon développement personnel exige le développement de l’intelligence académique et émotionnelle. Maîtriser l’identification et la reconnaissance correctes des émotions signifie que nous pouvons en faire bon usage et que nous sommes en mesure de savoir comment agir avec les autres et avec nous-mêmes.

Connaître les émotions qui existent et comment chacun les ressent nous rend puissants, car cela nous permet ensuite de maîtriser la connaissance de nous-mêmes et notre capacité de communiquer avec les autres. Mais… qu’est-ce que cela signifie véritablement ?

émotions de base et secondaires

L’éducation émotionnelle nous permet d’accroître notre estime de soi, puisque nous savons qui nous sommes parce que nous savons ce que nous ressentons. De plus, notre fonctionnement social s’améliore également puisque cette connaissance nous permet de mieux développer nos relations interpersonnelles et nos compétences avec les autres. Si nous identifions ce que ressentent les autres, il sera plus facile de les comprendre correctement.

Comme on le voit, connaître les émotions est un élément indispensable à une croissance équilibrée, puisque lorsque nous identifions ces émotions, nous devenons capables de les laisser s’exprimer et nous leur permettons de grandir en nous. Si nous ne maîtrisons pas cela, et que nous traitons mal une peur par exemple, cela peut lui permettre de dévier. Et ainsi de devenir une phobie. Ou une panique.

Nous sommes et nous vivons d’émotions, basiques et secondaires. Les connaître et savoir la manière dont elles s’expriment sont des facteurs qui nous aident à grandir au quotidien.