Connaissez-vous la théorie de la vallée dérangeante ?

· 21 novembre 2018
La théorie de la vallée dérangeante date des années 1970.

« Lorsque les ordinateurs prendront le contrôle, il se peut que nous ne le récupérions pas. Nous survivrons selon leurs caprices ». Que pensez-vous lorsque vous lisez cette phrase de Marvin Minsky, père de l’intelligence artificielle ? Cela vous génère-t-il des inquiétudes ? Ce sentiment est justifié, mais selon la théorie de la vallée dérangeante, sa justification peut être psychologique.

Le monde actuel se développe à très grande vitesse. Tout smartphone dont nous disposons aujourd’hui est plus puissant que les ordinateurs qui furent amenés par l’homme sur la Lune. Il est évident que tout ceci crée des avancées importantes, mais cela suscite également certaines inquiétudes. En effet, la vitesse à laquelle la technologie avance est très grande.

Qu’est-ce que la théorie de la vallée dérangeante ?

Les nouvelles technologies nous permettent des actions dont nous ne pouvions même pas rêver quelques années auparavant. En effet, il existe déjà des robots et des êtres animés totalement artificiels possédant des apparences véritablement humaines. Le fait que ce type « d’êtres » vous cause certaines inquiétudes, ce qui est compréhensible, est une sensation expliquant la théorie de la vallée dérangeante.

théorie de la vallée dérangeante

Selon le professeur Masahiro Mori, qui promulgua cette théorie en 1970, plus un robot nous ressemble, alors qu’il est toujours possible d’apprécier la différence, plus notre réponse sera empathique, au point qu’elle puisse correspondre à un puissant rejet. Cependant, si nous ne sommes pas en mesure de distinguer un robot d’un humain, notre réponse sera plus positive. Il existe donc une sorte de « trou » ou « d’espace » dans lequel nous répondons à ces êtres avec un très fort rejet.

Mori promulgua cette théorie en 1970, lorsqu’il étudiait les réactions humaines face à la robotique. Le visage de l’intelligence artificielle et des robots étrangement semblables à des hommes et des femmes, mais clairement distinguables, provoquent un important rejet, comme ce fut le cas en 1988 avec un court métrage de Pixar, « Tin Toy ». Le bébé dans l’histoire était trop semblable à un vrai, mais pas suffisamment pour provoquer une réaction positive.

Théories relatives à la vallée dérangeante

À ce jour, Personne n’a été en mesure d’expliquer avec certitude pourquoi ce rejet se produit-il. Cependant, certains chercheurs ont proposé des théories qui pourraient contenir une réponse, la réponse.

La plus acceptée est celle de Thalia Wheatley, psychologue au Collège de Darhmout. Selon cette professionnelle, notre cerveau dispose d’un système d’évaluation de stimuli dont la programmation nous empêche de sélectionner des conjoints ayant des problèmes de santé. Autrement dit, si nous observons chez quelqu’un ou « quelque chose » une indication selon laquelle il n’est pas approprié à la reproduction, notre cerveau l’interpréterait comme un danger pour la préservation de l’espèce.

Selon les recherches de Wheatley, l’histoire de l’évolution de l’être humain a été affinée afin que nous soyons à même de détecter de très petites distorsions. Une fois localisé, un certaine inquiétude autour de cet être se dessine, lequel pourrait présenter des problèmes physiques ou mentaux. Cette préoccupation pourrait expliquer l’existence de la vallée dérangeante sous la forme d’une réponse naturelle pour perpétuer l’espèce.

théorie de la vallée dérangeante

Critiques de la théorie

Cela signifie que notre cerveau pourrait associer l’apparence d’un androïde presque humain, mais pas parfaitement humain, à un être souffrant d’une maladie grave, voir mortelle. Il s’agirait de la raison pour laquelle notre réaction négative est activée.

Cependant, une théorie qui peut même sembler logique possède également ses détracteurs. De nombreux spécialistes de la robotique, tels qu’Ayse Saygin, scientifique cognitive réalisant des recherches à l’Université de Californie, souligne que la technologie Android ne s’est pas encore suffisamment développée.

Cela signifie par conséquent que cette théorie n’a pas de base scientifique suffisante pour affirmer l’existence de la susmentionnée vallée dérangeante. De sorte que ce sentiment pourrait n’être qu’une simple dissonance cognitive. Autrement dit, en observant des caractéristiques similaires à celles des humains, telles que les expressions faciales et les comportements, certaines attentes sont créées dans le cerveau. La dissonance se présente lorsqu’elles ne sont pas satisfaites. Quoi qu’il en soit, cette théorie, qu’elle soit réelle ou non, affecte la possibilité que nous puissions connaître plus en profondeur le fonctionnement de l’empathie humaine.