Comment trouver le silence intérieur dans un monde bruyant

29 juin 2018 dans Développement personnel 0 Partagés
silence intérieur

Le silence intérieur est un concept très ancien ayant retrouvé sa notoriété. Pensons au bruit du monde afin de comprendre de quoi il s’agit. Ce dernier ne se réfère pas uniquement aux sons stridents que nous rencontrons quotidiennement dans les grandes villes. Il est également lié à cette multitude d’éléments qui altèrent notre tranquillité.

Nous pouvons donc parler d’un silence extérieur et d’un silence intérieur. Le silence extérieur est l’absence de sons. Cela correspond à ces états magnifiques dans lesquels le bruit extérieur disparaît. Le silence intérieur se réfère quant à lui à un état subjectif dans lequel il n’existe pas d’éléments venant perturber la tranquillité.

Tant le silence intérieur qu’extérieur offrent de grands avantages à notre cerveau. L’absence de bruit et l’absence de stimuli stressants facilitent une forme unique de repos. Ils nous revitalisent. Ils clarifient l’esprit et modèrent les émotions. Il n’existe rien de tel que le silence pour se renouveler.

L’un des aspects les plus difficiles à supporter dans le monde actuel est le bombardement des stimuli auxquels nous sommes exposés. Le plus inquiétant est que beaucoup d’entre eux sont emprunts de précipitation ou d’urgence. Nous nous réveillons à peine et avons déjà à l’esprit un grand nombre de préoccupations.

silence intérieur

La technologie absorbe une bonne partie de notre temps. En raison de notre travail et parce que nous avons développé des dépendances envers les réseaux sociaux. Ils constituent un espace de socialisation et de communication nous amenant à les consulter en permanence.

Il est donc pratiquement impossible d’établir un véritable contact avec nous-mêmes. Nous aurions besoin pour cela d’espaces de silence intérieur. En d’autres termes, nous devrions réduire au minimum ce volume de stimuli et laisser des temps vides qui nous permettent de retourner à nos propres pensées et émotions afin de les écouter.

Vivre dans un monde bruyant

Le silence intérieur et extérieur sont liés entre eux. Nous disposons aujourd’hui de beaucoup plus de stimuli auditifs qu’auparavant. Nous sommes constamment appelés hors de nous-même par des bruits extérieurs. Une sirène hurlante, un moteur rugissant ou un son annonçant l’arrivée d’un nouveau message. Tout ceci se produit avec une densité impressionnante.

silence intérieur

Nous ressentons parfois le désir de partir loin, dans un endroit où il n’y a pas de bruit. Rien de tel que de le faire si nus en avons la possibilité. Le problème est que ceci n’est souvent pas possible car nos engagements nous en empêchent. Nous ne devons cependant pas nous résigner à ce fardeau permanent.

Il n’est pas nécessaire de commencer à pratiquer le yoga ou à faire des exercices de méditation. Il suffit de réduire le nombre de stimuli reçus. Simplifier notre vie. Éliminer le sentiment d’obligation face à tout et conserver uniquement l’essentiel.

S’écouter soi-même et établir le contact

Nous sommes tendus lorsque nous ne disposons pas de moments de silence intérieur. Et cette tension se transforme en souffrance avec le temps. Nous vivons en souffrant. Ce n’est pas une façon de vivre. Nous devons apprendre à fixer des limites pour sortir de cet état. Des limites aux stimuli que nous recevons mais aussi aux mandats que nous nous imposons.

La première limite à résoudre dans le monde actuel est celle de la technologie. Nous passons beaucoup de temps sur nos réseaux sociaux et nos emails. Nous croyons que cela nous est très bénéfique à nos vies. Il n’en est rien. Ces derniers nous volent des moments précieux et nous empêchent de nous écouter nous-même.

silence intérieur

Une bonne idée est d’avoir deux téléphones portable. Un pour le travail, l’autre pour les questions personnelles. Une fois la journée terminée, nous devrions éteindre le téléphone professionnel et le rallumer le lendemain. Il est par ailleurs utile de penser, chaque jour, quelle est la contribution réelle de nos interactions dans les réseaux sociaux. Nous découvrirons probablement qu’elles sont très rares. Cela nous encouragerait à en limiter l’accès.

Nous ne pouvons entendre ce que dit notre corps qu’à partir du silence intérieur. Ses plaintes, ses alertes, ses plaisirs. Nous avons également besoin de cette forme de silence pour redécouvrir et identifier ce que nous pensons et ce que nous ressentons au sujet de nos vies. Le silence intérieur est un cadeau que nous ne devrions pas nous refuser.


A découvrir aussi