Comment savoir si j’ai surmonté la période de deuil ?

13 mai 2018 dans Psychologie clinique 0 Partagés
femme avec fleur dans le dos

Au-delà de ce que nous pouvons croire, il n’est pas toujours facile de savoir si nous avons surmonté la période de deuil. Cette réaction psychologique face à la perte d’une personne peut encore être inachevée et agir comme une blessure infectée, comme une lésion camouflée qui remplit notre vie de limitations. Il est donc nécessaire de reconnaître les pistes de ces deuils en suspens et non résolus.

Nous comprenons par deuil tout événement vital qui suppose une séparation avec quelque chose ou quelqu’un de significatif pour nous. Ce peut être la perte d’un être cher, une rupture affective, la perte d’un travail ou même le fait de laisser derrière soi un rôle déterminé auquel nous nous identifiions et qui nous comblait. Un tel événement sous-entend par-dessus tout la disparition abrupte d’un lien et l’extinction d’un type de réalité affective que nous sommes obligés de reconstruire.

« Toute tentative d’élimination du deuil ne fait que l’irriter encore plus. Vous devez attendre qu’il soit digéré et, ensuite, les distractions dissiperont ses restes ».

-Samuel Johnson-

Ainsi, lorsque nous nous demandons quelle est la meilleure façon de surmonter un deuil, il faut bien avouer qu’il n’y a pas de stratégie universelle. Chaque personne réagit de façon différente et ceci est sûrement la plus grande difficulté qui existe. Nous ne pouvons donc pas recommander une série de techniques d’affrontements « normatives » qui pourraient nous servir à tous. Il n’y a rien d’aussi privé, désordonné et chaotique que la douleur provoquée par une perte.

Cependant, il y a une chose que nous ne pouvons pas négliger: la capacité de résilience de l’être humain est immense. Même si nous ne pourrons jamais guérir la blessure provoquée par cette perte, nous réussirons à vivre avec. Nous pourrons même nous permettre d’être à nouveau heureux mais, pour cela, il est nécessaire d’affronter et de surmonter efficacement notre deuil personnel.

fleur dans un tronc représentant la période de deuil

Signes qui indiquent que nous n’avons pas surmonté la période de deuil

Aussi curieux que cela puisse paraître, il y a des deuils privés et presque invisibles dans notre société. Ce sont ces deuils parfois non autorisés derrière lesquels on ne reconnaît pas toujours la personne qui souffre. Un exemple serait celui de ces mères qui perdent leur bébé au cours de leur grossesse. Il s’agit d’un fait traumatique et beaucoup de femmes ont besoin d’un soutien spécialisé; or, ce soutien manque souvent dans les centres hospitaliers.

Par ailleurs, les enfants aussi font partie de ce collectif pas toujours compris. Beaucoup d’enfants vivent leur deuil en silence tandis que leur entourage pense qu’en raison de leur âge, ils ne comprennent pas encore ce qu’est la mort. Il faut aussi signaler que les hommes aussi ont des deuils non autorisés, et pour une raison très concrète.

Dans de nombreux pays, la figure de l’homme a encore ce rôle rationnel et protecteur; on ne s’attend donc pas à le voir exprimer ouvertement son deuil émotionnel. Ce concept complique souvent le processus de reconstruction après une perte, jusqu’au point de rendre chroniques des états de vulnérabilité qu’il est nécessaire de deviner et, bien sûr, de traiter.

Voyons donc quels sont les symptômes qui peuvent montrer que nous n’avons pas encore passé la période de deuil.

adolescent triste en période de deuil

Nous ne pouvons toujours pas parler de la personne que nous avons perdue

Dans tout processus de deuil, un instant décisif doit arriver. Ce moment où, enfin, nous nous ouvrons. Nous avons besoin de parler avec quelqu’un de la relation perdue, de cette personne ou de cette situation complexe que nous avons laissée derrière nous. Parler, nous exprimer et nous souvenir soulage et réconforte tout en favorisant un soulagement émotionnel.

Si plusieurs mois ou années se sont écoulés et si nous ne pouvons toujours pas parler de cette personne, cela signifie que le deuil n’est pas encore terminé. Si nous percevons un mur, un nœud dans la gorge et si nous refusons de faire entrer ce fait ou cette figure significative dans notre mémoire, nous devrons faire appel à un professionnel pour nous aider.

Des faits qui entraînent des réactions émotionnelles démesurées

La personne peut mener, en apparence, une vie normale. Cependant, dans son quotidien, de subites réactions émotionnelles démesurées peuvent avoir lieu, et personne ne les comprend. Parfois, un objet, une musique déterminée, une situation ponctuelle, etc., peuvent servir d’éléments déclencheurs à un souvenir.

La douleur non résolue à cause de la perte émerge subitement. Nous nous retrouvons plongés dans ce passé et dans ce vide qui est comme une blessure à cœur ouvert.

Des changements constants dans le style de vie

Un autre fait évident qui indique que nous n’avons pas surmonté la période de deuil est le besoin constant de faire des changements. Certaines personnes sont incapables de garder un même poste de travail pendant deux mois. Tout est changé : les amis, les passions et même les intérêts. Rien ni personne ne nous satisfait ou nous soulage. Tout finit par nous ennuyer. La recherche constante de nouvelles choses qui pourraient nous faire oublier ce deuil devient presque permanente.

période de deuil

Changements d’humeur

Certains patients qui n’ont pas encore surmonté leur période de deuil vivent des périodes d’euphorie et des périodes d’isolement ou de grande apathie. Ils oscillent entre le besoin d’être entourés de gens et l’envie d’être seuls ou de réfléchir. Ce sont des pistes évidentes de deuils camouflés qui minent complètement la qualité de vie de la personne.

Par ailleurs, il convient de faire référence à une chose qui finit souvent par être diagnostiquée: une dépression subclinique. Il s’agit d’un trouble avec des critères cliniques différents d’une dépression majeure, mineure ou d’une dysthymie. Cependant, l’usure émotionnelle est présente de façon très évidente.

Quand saurons-nous si nous avons surmonté la période de deuil ?

Jusque là, nous avons vu tous les symptômes plus ou moins camouflés qui nous indiquent que notre perte est encore trop présente. Elle nous conditionne dans notre vie, nous limite et nous piège dans un état de souffrance chronique. Comme nous l’avons vu, beaucoup de ces symptômes finissent par déboucher sur des troubles psychologiques qui réduisent encore plus nos chances d’avancer, de nous permettre d’être à nouveau heureux.

Nous devons comprendre qu’il faut laisser du temps à notre cerveau pour qu’il s’adapte à une réalité qui a changé de façon abrupte et même injuste. Pour cela, lors de cette période de transition qui peut durer des mois ou des années, plusieurs choses nous seront d’une grande aide: notre entourage, notre attitude et de bons professionnels pour pouvoir travailler, en leur compagnie, ces points en suspens et si particuliers à chaque deuil.

femme dans le désert en période de deuil

Quelques-unes des marques qui indiquent que nous avons surmonté la période de deuil sont les suivantes :

  • Nous pouvons parler normalement de la personne que nous avons perdue. Nous nous autorisons à ressentir des émotions et même à pleurer, mais nous le faisons avec acceptation.
  • Nous nous fixons des plans et sommes heureux d’avoir de nouveaux objectifs de vie.
  • Nous créons un espace pour cette personne au fond de nous. Nous ne la laissons pas derrière nous: nous la gardons présente, comme un bien précieux que nous intégrons à notre réalité, mais sans en dépendre. Nous nous en souvenons avec tendresse et affection mais ne laissons pas la douleur nous bloquer.
  • Nous nous ouvrons à notre entourage. Nous sommes d’accord pour connaître de nouvelles personnes, pour élargir nos relations et nous laissons les émotions positives nous envahir, sans culpabilité.

Le bonheur que nous nous autorisons à vivre peut être un grand hommage à ces personnes que nous laissons derrière nous mais qui habiteront toujours dans notre cœur.

A découvrir aussi