Comment s'améliorer en tant que psychologue : 6 clés

Comment pouvons-nous améliorer notre pratique professionnelle? Quelles stratégies pouvons-nous mettre en place pour aider davantage les personnes qui nous demandent de l'aide ? Voyons cela dans cet article.
Comment s'améliorer en tant que psychologue : 6 clés

Dernière mise à jour : 29 juillet, 2022

Le travail du psychologue n’est pas facile. Sans distinction, nous sommes tous confrontés à une série de changements dans la réalité et dans l’imaginaire. Cela nous pousse à lire, étudier, enquêter et nous transformer dans notre travail en tant que professionnels, mais aussi en tant que personnes.

Notre carrière est un défi et nous amène à nous remettre constamment en question, ce qui est une bonne chose si nous pensons à la nécessité de faire notre travail de mieux en mieux. Rappelons-nous que notre travail touche directement d’autres êtres humains et a un impact social fondamental. Pour cette raison, vous trouverez dans cet article quelques clés pour améliorer vos performances en tant que psychologue.

Des clés pour améliorer notre rôle de psychologues

Les psychologues s’adressent à de nombreuses personnes dans des contextes et des moments différents. Normalement, il y a un facteur commun : une préoccupation qui les a amenées à consulter. Nous avons un rôle fondamental dans leur vie, puisque nous affectons directement leur santé mentale et leur bien-être. D’où l’importance d’orienter nos actions pour effectuer un travail optimal et de qualité.

Voici quelques clés à garder à l’esprit pour s’améliorer en tant que psychologue.

notes de pointage psychologue

1. Apprentissage constant

La nature de notre travail nous oblige à être en formation constante, puisqu’il est nécessaire d’actualiser nos contenus à travers des formations universitaires ou l’étude constante des théories et méthodes mises à jour.

Un professionnel qui a un accès constant à l’éducation peut mieux aider ses clients ou patients, en augmentant leurs compétences, puisqu’il maîtrise des méthodes et des stratégies d’intervention psychologique spécifiques à chaque cas, laissant de côté l’improvisation et la possibilité de faire des erreurs..

En plus de ce qui précède, il est important de souligner que le psychologue doit rechercher l’approche et l’application d’interventions qui bénéficient d’un appui scientifique.

2. Effectuer le travail avec éthique et professionnalisme

Malheureusement, il existe des pratiques professionnelles qui ne se trouvent pas dans le code de déontologie de la psychologie, abstraction faite de la réglementation en vigueur ; cela amène les professionnels à commettre des sortes d’erreurs qui ont un impact négatif.

Dans cet ordre d’idées, il est essentiel de connaître en profondeur les règles de conduite professionnelle existantes (code déontologique), en précisant notre intérêt pour le bien-être des personnes ou des communautés avec lesquelles nous traitons.

Dans le code de déontologie, nous trouverons une référence pour gérer les conflits d’intérêts ou des procédures qui posent fondamentalement un dilemme.

3. Renforcer et entraîner l’empathie

Parler de l’empathie comme d’une clé pour améliorer le rôle du psychologue semble inutile, puisqu’il doit s’agir d’une compétence inhérente à notre profession. Cependant, il existe de nombreux professionnels qui, même en connaissant le concept, ne l’appliquent que très peu.

L’empathie n’est pas seulement le fait de se mettre à la place de l’autre. Cela implique également d’entrer dans son monde et d’établir un lien professionnel qui génère suffisamment de confiance chez la personne, le groupe ou la communauté pour qu’elle se sente en sécurité.

De plus, lorsque nous faisons preuve d’empathie envers l’autre, nous sommes en synchronie avec la vocation et l’attitude de service, qui sont le sens du métier.

4. Évaluer périodiquement notre travail

Nous assumons tellement de tâches au quotidien que, parfois, nous transformons notre travail en quelque chose de mécanique, ce qui empêche une supervision de notre pratique professionnelle. L’idée serait de pouvoir s’arrêter en chemin et d’auto-évaluer notre performance, la portée de nos actions et leurs résultats.

Le processus d’évaluation peut également s’accompagner du feedback d’autres collègues, voire des personnes ou des communautés dont nous sommes en charge. Cela nous permettra sans aucun doute d’établir des plans d’amélioration, tels que l’augmentation des connaissances ou la modification des interventions que nous réalisons. Grâce à cela, nous renforcerons nos compétences et assurerons de nouveaux apprentissages.

5. Prendre soin de votre santé mentale

Notre travail peut devenir vraiment gratifiant. Avoir les connaissances et la motivation pour améliorer la vie des autres – et le faire – est peut-être ce qui se rapproche le plus de ce que nous appelons de la « magie ». Sans parler de ce que cela peut signifier d’en faire un métier.

Cependant, il n’en est pas moins vrai que, bien souvent, nous passons la journée exposés à des situations, à travers le témoignage des autres, qui nous montrent directement le côté tragique de la vie. Si nous les rassemblons toutes et restons dans le paysage qu’elles forment, nous pouvons être en en mesure de comprendre en quoi elles causent une grande usure chez le professionnel.

Ainsi, nous vous recommandons, même si vous êtes travailleur indépendant, de prendre des vacances, de respecter les week-ends, d’incorporer un rituel pour passer d’un état de travail à un état de non-travail.

En règle générale, ne répondez pas aux appels ou aux courriels des patients en dehors de vos heures ou, pourquoi pas, de temps à autre, demandez une consultation avec un professionnel.

femme au repos

6. Concentrez-vous sur ce que vous maîtrisez et ce que vous aimez

La psychologie est une discipline très vaste : prétendre tout connaître et tout dominer est irréaliste. Essayez d’identifier vos goûts, vos compétences et vos intérêts au sein de la profession et concentrez-vous sur l’étude et la maîtrise de ce domaine.

Essayez d’avoir une bonne culture générale, mais ne vous arrêtez pas là et concentrez-vous sur la spécialisation. Cela vous motivera à en apprendre davantage sur les principales recherches menées dans cette spécialité chaque jour.

Cela nous encourage également à mettre de côté les idéaux de perfection. Nous avons tous certaines compétences et il s’agit d’un processus d’apprentissage constant. L’important est de ne pas essayer de faire plus que nous ne pouvons ou ne savons.

Cela pourrait vous intéresser ...
Thérapie pour les psychologues : ce qu’il faut et ne faut pas permettre au sein et hors du cabinet de consultation
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Thérapie pour les psychologues : ce qu’il faut et ne faut pas permettre au sein et hors du cabinet de consultation

Les psychologues ont aussi besoin de suivre une thérapie, même si des conditions différentes s'appliquent. Nous en parlons ici.