Comment ouvrir les portes lorsque le confinement est terminé : le jour d'après

10 août, 2020
Depuis le premier jour de confinement, tant de changements ont eu lieu qu'il est difficile de se demander ce qui se passera le lendemain de l'enfermement. Le psychologue Marcelo Ceberio y réfléchit.
 

Nous avons tous des défauts et des vertus. Mais durant ce confinement, les défauts sont encore plus importants. Nous les voyons plus, nous les identifions davantage. Par exemple, la fissure dans le toit a toujours été là. Mais, maintenant que nous sommes chez nous depuis si longtemps, nous la voyons plus grande et plus profonde et cela nous dérange même si nous ne la réparons pas. Ce même phénomène se produit chez les personnes qui partagent le confinement.

D’une part, c’est parce que l’anxiété amplifie et accentue nos défauts. D’autre part, la perception de ceux qui sont confinés se concentre sur les caractéristiques dysfonctionnelles. Une combinaison parfaite : nos erreurs sont exacerbées et nous percevons davantage celles commises par les autres.

Ainsi, ce n’est pas que nous soyons plus “défectueux”, mais que les défauts sont plus visibles. Ce n’est pas la même chose de partager trois heures avec une personne que toute la journée. Maintenant, il y a plus de temps pour se concentrer. La formule est la suivante :

Temps de confinement + ennui + fin des facteurs de distraction (conseils utiles pour survivre dans l’isolement) + anxiété.

Une fois que tout ce qui était recommandé a été fait, il n’y avait plus de stimuli motivants. La contrariété, l’intolérance, la mauvaise humeur et bien sûr, le rejet des défauts des autres et des nôtres ont fait leur apparition. Donc, si nous avons agi ainsi jusqu’à présent, comment allons-nous faire après le confinement ?

 
Une femme stressée par le confinement terminé.

 

De la prudence protectrice à la conspiration paranoïaque pendant le confinement

Des symptômes similaires sont apparus chez de nombreux patients, selon mon expérience personnelle. Quelque chose comme des tics qui restent systématisés dans leur corps. Des attitudes et des émotions qui, éventuellement, se développeront dans les premiers temps de la resocialisation. Tout dépendra du degré de conscience responsable que nous aurons après la quarantaine.

Rêves de confinement

Une rencontre très proche

Une femme m’a dit qu’elle rêvait de retrouver sa meilleure amie après le confinement. Elles se sont rencontrées face à face, se sont regardées dans les yeux et elle s’est tournée avec amour vers sa chère amie et l’a serrée dans ses bras. Puis son amie a placé ses mains sur sa poitrine et les a tirées énergiquement vers l’arrière.

Elle a immédiatement réalisé l’erreur qu’elle avait commise, a porté sa main à sa tête dans l’angoisse et la peur, et avec ce choc, elle s’est réveillée.

Les marcheurs

Un autre patient a rêvé que lorsqu’il sortait dans la rue, tout était en friche, avec des voitures éparpillées, des commerces fermés, des maisons pillées. Au loin, des marcheurs baveux essayaient de s’approcher pour lui donner la morsure de mort.

 

Il s’est mis à courir parce qu’il avait oublié son masque et quand il s’est retourné, le visage du virus était face à lui. Il s’est ensuite réveillé de ce cauchemar.

L’allégorie du zombie incarne le coronavirus et accélère la peur d’aller dehors.

L’étreinte rejetée

Un autre homme est allé dans la rue pour sortir les poubelles et, en allant à la benne à ordures, il a rencontré son voisin, qui s’avérait aussi être un ami.

Lorsqu’ils se sont vus, ils se sont approchés pour se saluer et se donner une accolade et juste au moment où ils allaient se la donner, ils ont ralenti et ont reculé, réalisant presque une chorégraphie de cirque.

Le facteur de panique

Un patient avec son camion était en route pour le supermarché chinois de son village. Après un contrôle routier, sa température a été prise à l’entrée du magasin et il est devenu nerveux.

Il est entré et a commencé à transpirer et à avoir chaud, il avait le souffle court : presque une crise de panique. L’homme est alors sorti, mais un autre poste de contrôle l’attendait. Il a eu chaud, il a été testé à nouveau et il a eu peur d’avoir de la fièvre, ce qui a accéléré son rythme cardiaque et l’a fait transpirer davantage, tout en pensant à toutes les complications qu’il aurait s’il était hospitalisé. Mais non, le test était négatif.

Il s’est rendu compte que tout le nettoyage du supermarché était à base d’eau de javel et qu’il était un peu intoxiqué ; l’air frais l’a calmé et oxygéné et il a pris conscience de la paranoïa qu’il venait de développer !

 

 

Sorties pour “briser l’après-midi” au supermarché

Le sujet du supermarché n’est pas à prendre à la légère. En fait, c’est l’un des rares débouchés qui ont été autorisés depuis le début de la pandémie, à côté de celui des promenades rituelles de nos animaux.

Le désir de sortir dans la rue est tel qu’aller au supermarché est devenu un grand rendez-vous. Les gens se préparent, se changent comme pour aller à une fête. Ils prennent leurs sacs et se rendent gaiement dans leur commerce local.

Une fois dans le supermarché, des choses intéressantes se produisent sur l’attitude des gens. Des phénomènes que des psychologues et des sociologues qui étudient le comportement humain peuvent très bien analyser.

Autrefois, les gens se promenaient avec leur caddy sans se soucier, se frôlant et même s’excusant s’ils se touchaient ; alors qu’aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Dans certains cas, on est passé d’une prudence protectrice à une conspiration paranoïaque. Si une personne portant un masque est vue au loin et que son caddy approche, quelqu’un pivote brusquement à 90º vers le couloir le plus proche.

Cependant, aussi minutieuse que soit l’hygiène, il est impossible de contrôler tous les fronts. Dans ce même supermarché, une personne infectée pouvait tousser et porter ses mains à sa bouche. Et avec la paume de ses mains pleine de bactéries, prendre le premier chariot. Puis faire ses courses et partir, laissant les poignées de chariot contaminées.

 

Peu de temps après, le chariot revient dans la file et quelqu’un d’autre l’utilise, se contaminant dans le même geste. En touchant son nez ou sa bouche, c’est l’infection assurée.

Une femme faisant ses courses pendant le confinement.

 

Le jour d’après du confinement : beaucoup de questions et peu de réponses

Alors, que se passera-t-il au lendemain de la fin de la pandémie ? Allons-nous continuer à pratiquer les mesures barrières ? Il est certain que certains rituels d’hygiène prévaudront au fil du temps.

Par exemple, changer ou laisser ses chaussures et ne pas entrer dans la maison avec les mêmes chaussures que celles que l’on porte sur les trottoirs ou dans la rue. C’est une chose à laquelle nous n’avions naturellement pas pensé auparavant et qui pourrait être l’une des leçons tirées du confinement.

L’un des changements qui semble s’affirmer est le travail à distance. Le télétravail est une alternative qui est parte pour rester.

Les gens se déplaceront moins. Il y aura moins de pollution, de frais de bouche, d’agglutination de gens dans les bureaux, de loyers pour les locaux pour les entreprises, etc.

L’autre continuera-t-il à être une menace de contagion ? Nous donnerons-nous un baiser, une accolade, une forte poignée de main en signe de salutation ou introduirons-nous la salutation à une distance de 2 mètres ? Quel sera le style de salutation à l’avenir ? Emporterons-nous du gel hydroalcoolique dans notre voiture ou notre sac ?

 

Quel casse-tête ! Comment allons-nous ouvrir les portes des magasins, des banques, des restaurants, des universités, des écoles et des maisons de nos amis ? Peut-être que nous ouvrirons les coudes, cette partie du corps qui n’a jamais été censée servir de main supplémentaire.

Je suis très intrigué de savoir si nous utiliserons à nouveau les toilettes publiques dans les stations d’essence, les restaurants ou les gares. De plus, lorsque nous sommes désespérés parce que nos intestins nous serrent ou que notre vessie est sur le point d’éclater, la peur de la contagion va-t-elle surpasser ce sentiment ?

Aurons-nous encore ce sentiment de pollution et de saleté environnementale au lendemain de l’enfermement ? Ce sentiment qui nous fait rentrer chez nous et sentir qu’il faut se baigner et se rincer dans du gel hydroalcoolique, pour effacer les traces virales accumulées dans l’environnement extérieur. En d’autres termes, devrions-nous changer, changerons-nous ou résisterons-nous ?

Presque personne n’a profité de ce confinement de manière magnanime. Sauf pour les personnes souffrant de phobie sociale, le fait d’être enfermé dans la maison a parfaitement soulagé leurs symptômes ; pour le reste du monde, le confinement était un malaise.

Cependant, chaque personne sur cette planète a construit sa propre signification de ce confinement. Il y a donc eu autant de confinements que de personnes sur Terre.

Et chacun, de la même manière qu’il a construit le confinement à sa mesure, la construira aussi particulièrement le jour d’après. Quoi qu’il en soit, le plus important est de sortir de cette situation critique de manière digne. Et avec un certain apprentissage.

 

La pandémie est un fait et elle dépend de chacun d’entre nous si nous la construisons comme une opportunité de réaliser quelque chose qui peut être capitalisé dans d’autres expériences. C’est là que se trouve le fondement de l’apprentissage, littéralement et métaphoriquement : comment et avec quoi allons-nous ouvrir ces nouvelles portes au lendemain du confinement ?