Comment obtenir ce que l'on veut, selon les neurosciences

25 novembre, 2020
Comprendre le fonctionnement du cerveau peut être le meilleur point de départ pour obtenir ce que vous voulez. Il s'agit d'être en phase avec chaque besoin psychobiologique, et de développer pleinement son potentiel. Voyons comment faire.

Pour obtenir ce que vous voulez, vous n’avez pas besoin de souffler sur un pissenlit. Les désirs sont des buts, et les buts sont des objectifs que l’on peut planifier avec effort, résolution, engagement et quelques élans d’enthousiasme.

La neuroscience peut nous aider sur cette voie vers la réalisation. Et elle le fait en nous permettant, entre autres, de comprendre comment le cerveau fonctionne dans ce processus.

S’il est vrai que ces derniers temps on voit de nombreuses disciplines apparaître avec le préfixe “neuro” (neuroéducation, neuromarketing, neuroplasticité…), il y a un fait indéniable: nous nous intéressons à tout ce qui a à voir avec notre cerveau. Comprendre son fonctionnement est une première étape pour mieux se comprendre et être moins dissonant.

Comme Carl Sagan le souligne dans son livre Broca’s Brain, la compréhension est synonyme de joie et peu de choses nous satisfont plus que d’apprendre et d’acquérir des connaissances qui nous sont utiles. Ainsi, comprendre quelles approches et stratégies facilitent l’assouvissement de nos désirs n’est jamais de trop. Cela peut même changer notre vie. Voyons cela plus en détail.

Les neurosciences nous disent comment obtenir ce que l'on veut.

Obtenir ce que vous voulez est possible et le cerveau peut vous aider

Les gens ont des pouvoirs, des capacités qui, loin d’être surnaturelles, se nourrissent de capacités que nous pouvons tous éveiller, développer et appliquer. Nous parlons de la créativité, la confiance, la capacité à s’enthousiasmer, à ne pas abandonner, à planifier, à rêver, à créer.. Par essence, tout ce que le cerveau nous offre.

Ainsi, savoir ce qui fonctionne le mieux pour nous est une stratégie précieuse pour atteindre nos objectifs. Nous avons tendance, sans le savoir, à adopter des habitudes clairement nuisibles à notre équilibre interne. Les identifier nous permettra d’accorder beaucoup plus d’attention à nos besoins.

Comme l’a dit le généticien Francis Collins, le cerveau est l’organe le plus compliqué de l’univers. Il possède une centaine de milliards de neurones et chacun d’eux représente environ 10 000 connexions. Mettons notre cerveau à notre service afin d’être plus heureux et faire de ce monde un bien meilleur monde. Voyons quelles sont les stratégies à adopter.

Planifiez et adoptez de nouvelles habitudes

Le cerveau a besoin d’habitudes, de routines, d’activités qui organisent le temps et lui apportent un sentiment de sécurité. Tout cela réduit le stress et régule les processus internes sans fin.  Le striatum est la région du cerveau qui nous permet de nous adapter à ces habitudes pour nous concentrer sur nos objectifs.

Grâce à ces routines, le corps et l’esprit travaillent en harmonie pour nous aider à atteindre nos objectifs. Par ailleurs, savoir quoi faire à tout moment nous permet d’éviter la procrastination.

Désactivez les pensées négatives grâce à l’activité physique et à la musique

Pour obtenir ce que vous voulez, vous devez affronter votre pire ennemi : le défaitisme et la négativité. Ces dimensions se manifestent à travers des expressions telles que “mieux vaut oublier cet objectif , car c’est impossible…”.

Chaque fois que de telles idées surgissent, deux stratégies s’offrent à nous. La première est de se déplacer, de faire de l’exercice physique. Il s’agit simplement d’activer le corps et le cœur pour fournir un apport d’endorphines et de sérotonine au cerveau. Parfois, une demi-heure d’activité physique suffit pour voir les choses différemment.

Par ailleurs, nous avons un autre outil sensationnel à portée de main : la musique. La musique améliore nettement notre humeur : la musique de fond améliore notre capacité d’attention. Des études, comme celle menée à l’Université de Genève, mettent en évidence cette relation intéressante.

Pour obtenir ce que vous voulez, vous devez vous faire confiance

Des scientifiques du Wellcome Trust, un centre de recherche biomédicale de Londres, ont réalisé des travaux intéressants en 2012. Le but était de comprendre pourquoi certaines prennent de meilleures décisions que d’autres.

Ce qu’ils ont découvert grâce à l’IRM, c’est qu’à chaque décision prise, une région située à l’avant du cerveau, le cortex préfrontal ventromédial, est activée à un plus grand degré. Qu’est ce que cela signifie ? Cet espace a pour but de nous aider à évaluer les options qui nous sont présentées.

Pour le faire correctement, il faut également activer un processus très décisif : la confiance en soi. Ce n’est que lorsque nous savons clairement ce que nous voulons et que nous avons confiance en nos capacités que nous prenons de meilleures décisions. Ainsi, ceux qui doutent, ceux qui ont peur ou qui ne se sentent pas en sécurité, ne parviendront guère à atteindre leurs objectifs.

Le cerveau, un allié pour obtenir ce que l'on veut.

Lorsque vous êtes fatigué, faites quelque chose de créatif

Sur notre chemin vers ce pic d’or, il arrive que nous ressentions un épuisement mental. Lorsque cette fatigue cède la place à un brouillard mental, il convient de réaliser une activité banale. À savoir des activités qui ne demandent pas d’effort et dans lesquelles nous sommes des sujets passifs.

Toutefois, il y a une initiative plus intéressante que votre cerveau appréciera : faire une activité créative. Des tâches comme le dessin, le modelage, la composition, la peinture ou toute autre tâche qui implique la créativité permettent de retrouver la motivation. Nous entrons également dans cet état de flux dont nous parle le psychologue Mihály Csíkszentmihályi.

L’anxiété doit nous servir, et non nous desservir

Enfin, au-delà de ce que nous pouvons penser, pour atteindre un objectif, nous avons besoin d’une activation interne adéquate. Cela veut dire que l’anxiété fait partie de l’équation.

Toutefois, nous faisons référence à une anxiété saine qui favorise la motivation, qui nous pousse à bouger pour être conscients des stimuli qui nous entourent, à être attentifs aux opportunités. Un niveau d’activation juste et adéquat est toujours nécessaire.

Cela implique donc d’être conscient que l’anxiété ne doit à aucun moment nous dépasser. Parce qu’alors, l’esprit cessera d’être notre allié. L’illusion se transformera en inquiétude et ce voyage vers notre but deviendra très difficile. Gardons cela à l’esprit.

Pour conclure, ces stratégies ne sont que de petits points de départ à prendre en compte au quotidien. Ce sont aussi des stratégies de bien-être qui nous aideront à prendre un peu plus soin de notre cerveau.

  • Benedetto De Martino, Stephen M Fleming, Neil Garrett, Raymond J Dolan. Confidence in value-based choice. Nature Neuroscience, 2012; DOI: 10.1038/nn.3279
  • Fernandez, N. B., Trost, W. J., & Vuilleumier, P. (2020). Brain networks mediating the influence of background music on selective attention. Social Cognitive and Affective Neuroscience14(12), 1441–1452. https://doi.org/10.1093/scan/nsaa004