Chronopathie : l'obsession de profiter du temps

Regardez-vous constamment l'heure ? Vous avez l'impression que le temps vous file entre les doigts ? Vous pouvez prendre des mesures pour améliorer votre emploi du temps et ainsi gagner en qualité de vie.
Chronopathie : l'obsession de profiter du temps

Dernière mise à jour : 21 décembre, 2021

Nous vivons dans la société de l’immédiateté, où tout ce qui nous entoure nous entraîne à un rythme de vie vertigineux. Nous craignons de plus en plus que nos journées ne soient pas productives, ce qui peut se transformer en une obsession appelée chronopathie.

Curieusement, il est mal vu aujourd’hui de reconnaître que nous avons un emploi du temps tranquille. La chose la plus normale et la plus acceptée est de dire “je n’ai pas le temps “. Certains cachent même leurs intentions de se détendre et de « ne rien faire » à la maison. Ce que la société attend de nous, c’est une productivité maximale.

Qu’est-ce que la chronopathie ?

Ce train de vie que beaucoup d’entre nous sont obligés de suivre peut facilement conduire à ce qu’on appelle la chronopathie. C’est une maladie marquée par l’obsession de profiter au maximum de notre temps. Un souci intense et constant de rendre nos journées les plus productives.

Au-delà d’une culture néolibérale qui exige de nous une productivité constante, cette obsession a énormément de mal à s’arrêter. Et non seulement s’arrêter avant d’être épuisé, mais aussi pour profiter du moment, de la famille et des petits plaisirs de la vie. Ce que l’on appelle familièrement « s’arrêter pour sentir les fleurs ».

Pour reprendre les mots de Marian Rojas Estapé, psychiatre et auteur du livre Comment faire en sorte que de bonnes choses vous arrivent, cette tendance peut être très néfaste pour la société. Il parle de l’idée fausse que « la précipitation et l’accélération produisent de meilleurs résultats ».

“Si quelqu’un commente : je n’ai pas le temps, je suis pressé, je suis très occupé… On assimile cela comme normal et correct”, ajoute-t-il. De plus, lorsque l’on reconnaît que notre emploi du temps n’est pas très serré, « on surprend, de sorte que l’on nous juge négativement ».

chronopathie

Conséquences d’être esclaves du temps

Eh bien, cette préoccupation du temps peut avoir de graves conséquences d’un point de vue psychologique. Et pire encore, cela peut affecter notre vie quotidienne de différentes manières.

  • Nous avons du mal à penser clairement. Vivre dans un état constant d’accélération et d’hyperactivité qui nous empêche de penser clairement. Nous ne disposons pas de la tranquillité et du calme nécessaires pour établir froidement des priorités.
  • La perception du temps s’accélère davantage. Si nous avons le sentiment que le temps nous ronge, il finira par nous ronger. Autrement dit, plus nous nous obsédons par le fait de profiter du temps, plus la sensation qu’il nous glisse entre les doigts est grande.
  • Sans contact avec nos émotions. Lorsque nous sommes préoccupés par notre productivité, il est facile d’ignorer les processus les plus importants de notre corps. Par conséquent, la chronopathie est un problème qui peut nous éloigner de nos propres émotions. Nous n’avons alors ni le temps ni la tranquillité pour écouter nos propres émotions et identifier les événements émotionnels pertinents.
  • Excès de tension, d’anxiété et de stress. Autant ces états émotionnels passent inaperçus, autant notre corps continuera à en subir les conséquences, même silencieusement. Cet ensemble d’émotions non vécues ou exprimées peut se traduire par du stress, de la tension et de l’anxiété.
  • On gâche le moment. Le plus triste dans tout ça, c’est que cet état d’accélération nous empêche de profiter du moment. Chaque jour, nous gâchons d’innombrables moments qui sont très précieux pour nous et ceux qui nous entourent. Nous avons du mal à profiter de l’occasion pour nous déconnecter, nous détendre ou faire quelque chose qui nous motive vraiment.

L’environnement numérique affecte-t-il la chronopathie ?

Vivant dans la société de l’immédiateté, on espère que la chronopathie trouvera un terreau favorable dans le monde numérique. Selon Estapé, “ce qui nous vient en permanence (de l’environnement numérique) ce sont des alertes”. Il peut s’agir de la notification d’un support de communication, d’un réseau social ou d’une simple vidéo qui parvient au mobile. Ce bombardement de stimuli externes nous amène alors à un état de vigilance constant. “Le système d’alerte se met en route et, là, je ne me détends pas”, explique le psychiatre.

Malgré les nombreux éléments positifs que nous apporte l’environnement numérique, nous devons maîtriser la relation que nous entretenons avec lui. Après tout, nous seuls avons la possibilité de nous arrêter pour notre propre santé. “Ce que nous devons apprendre à notre cerveau aujourd’hui, c’est ralentir et s’arrêter pour ne pas tomber si souvent malade”, conclut Estapé.

chronopathie

Comment sortir de l’obsession de profiter du temps ?

Il est clair que la productivité et l’efficacité du temps peuvent devenir une obsession. Mais comment lutter contre ce courant qui semble nous entraîner tous désespérément ? Voici quelques conseils que vous pouvez essayer d’appliquer au quotidien :

  • Ne saturez pas votre emploi du temps. Dans la mesure du possible, essayez de réduire votre horaire de tâches afin de pouvoir les terminer aussi calmement que nécessaire. Vous serez ainsi beaucoup plus conscient de ce que vous faites et vous ne vous sentirez pas dépassé par le manque de temps.

  • Recherchez une obligation que vous aimez. Cela peut parfois être délicat, mais si vous pouviez trouver une obligation qui vous plait, votre niveau de vie augmenterait d’un seul coup. Cela vous fera vous sentir bien et vous permettra de concentrer votre attention sur le positif dans ce que vous faites.

  • Laissez du temps libre sans planification. Il est convient de laisser un espace vide dans l’ordre du jour. Une portion de temps que nous laisserons imprévue, entièrement consacrée à nous.

  • Appréciez le processus plus que le résultat. Si nous n’apprécions pas le processus, nous ne pourrons peut-être même pas apprécier le résultat. Nous aimons tous bien faire les choses et que cela nous apporte un certain bénéfice, cependant profiter du processus devrait être la seule de nos obligations.

Il s’agit de mesures simples qui peuvent nous faire améliorer notre qualité de vie. Avec elles nous sentirons que le temps ne court pas à une vitesse que nous n’aimons pas. Les jours cesseront de passer comme lorsque nous conduisons en pilote automatique, en ne faisant attention qu’aux éléments les plus saillants, tandis que nous ne sentirons plus tranquille mentalement lors des tâches les plus fastidieuses.

Cela pourrait vous intéresser…

Cela pourrait vous intéresser ...
L’anxiété de la génération du millénaire
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
L’anxiété de la génération du millénaire

Les données nous disent cependant que l'anxiété de la génération du millénaire est la plus importante de l'histoire.