Ces personnes qui nous mettent mal à l’aise dès le premier instant

13 juillet 2019
Il est certaines personnes auprès desquelles on ne se sent pas à l'aise dès la première rencontre. Pourquoi ?

Il y a des gens qui nous mettent mal à l’aise presque instantanément. Parfois, c’est à cause de leur attitude, de leur façon de nous regarder, de s’adresser aux autres, de leur façon d’envahir l’espace et même de leur façon de parler. C’est comme si, en nous, un système d’alarme sophistiqué et instinctif était activé, capable d’indiquer qui nous devions nous échapper ou être prévenu.

Nous avons tous déjà eu ce sentiment. Surtout quand nous ne connaissons toujours pas quelqu’un et que notre cerveau reçoit un nombre infini de stimuli, d’indices et de gestes pouvant permettre de déterminer rapidement si nous pouvons ou non avoir confiance en la personne que nous avons face à nous. Il convient toutefois de noter que parfois, nous échouons et que ces premières impressions précipitées se révèlent fausses.

C’est pourquoi, afin d’éviter les préjugés, il est nécessaire de comprendre pourquoi cet inconfort existe. Ainsi, des experts du domaine, tels que Mark Schaller, professeur de psychologie à l’Université de la Colombie-Britannique, soulignent que notre cerveau utilise certaines réponses cognitives et comportementales qui visent à nous « protéger » ou sauvegarder notre intégrité.

Or, parfois, ces réactions répondent plus à l’instinct qu’à un sens objectif et réaliste. Ainsi, le mieux est de conjuguer la logique et l’intuition.

personnes qui nous mettent mal à l'aise

Si une personne me met mal à l’aise dès le premier instant, dois-je faire confiance à l’instinct ?

Nous avons tous recours, dans une plus ou moins grande mesure, à ce que l’on appelle le « préjugé protecteur ». Autrement dit, nous anticipons presque automatiquement les idées et les jugements des autres. Cela répond en réalité à un instinct hérité de la conservation de soi. C’est-à-dire que nous essayons le plus souvent d’être prudents vis-à-vis des personnes que nous ne connaissons pas.

Ainsi, des études telles que celle réalisée à l’Université de l’Arizona indiquent que ce processus est intégré à notre cerveau en tant que réponse adaptative pour nous défendre du danger. Cependant, comme nous le savons déjà, cela peut nous amener à déduire des attributions avec une connotation négative et même stéréotypée. Pourtant, lorsqu’on nous demande si nous devrions écouter notre instinct, la réponse est évidente : pas toujours.

De cette façon, avant ceux qui nous mettent mal à l’aise, nous valorisons davantage les aspects que nous vous présentons dans la suite de cet article.

La façon dont on nous regarde

Certaines personnes nous regardent avec le poids du jugement, voire du mépris. De plus, des études telles que celle réalisée à l’Université de Tel Aviv (2018) nous montrent que beaucoup de femmes ressentent un malaise évident face à la façon dont certains hommes les regardent.

Cela fait apparaître dès le départ une détresse psychologique. La même étude précédemment citée a permis d’analyser comment cette réalité est souvent vécue dans de nombreux environnements de travail. Derrière ces regards pouvaient se cacher, par exemple, une connotation sexuelle, une moquerie ou même un certain mépris visant à marquer une position de force.

oeil marron

L’intuition : dans quels cas peut-on s’y fier ?

L’intuition n’est pas le battement d’un pressentiment. Ce n’est pas non plus un processus qui répond à la précognition ou à tout autre mécanisme surnaturel ou non scientifique. L’intuition nous permet d’agir rapidement face aux défis quotidiens, en nous basant sur notre expérience antérieure et notre personnalité.

L’intuition, c’est comme une valise où est stocké tout ce qu’on a pu vivre. Ainsi que notre essence émotionnelle et notre type de personnalité. Ainsi, lorsque nous devons réagir automatiquement face à quelque chose, l’intuition émerge pour nous guider.

Par conséquent, lorsque des personnes nous mettent mal à l’aise, il y a presque toujours une raison derrière. L’intuition nous dit que peut-être cette personne, par sa façon de se comporter, ressemble à quelqu’un que vous connaissiez déjà et qui vous a laissé un mauvais souvenir. Cette voix intérieure nous avertit de la nécessité d’être prudent, et il est bon de l’écouter.

Cependant, il convient également d’envisager plusieures pistes et de ne pas croire automatiquement la première.

L’inconfort de caractères opposés

Parfois, il suffit de voir que quelqu’un sait qu’il existe une forte probabilité que nous soyons presque incompatibles avec cette personne. Ceci est très courant, par exemple, dans le cas du profil introverti. Rencontrer quelqu’un qui soit excessivement extraverti, qui envahisse les espaces, parle excessivement et qui soit irrité par la nature réservée est une source de grande gêne pour la personne introvertie.

Il est clair qu’il n’est pas toujours bon de s’en tenir à ses premières impressions. Cependant, parfois, quelques minutes suffisent pour ressentir cet inconfort qui nous incite à faire demi-tour.

 

Pour conclure, si on peut rencontrer des personnes qui nous mettent mal à l’aise immédiatement, on peut aussi en rencontrer d’autres que l’on apprécie dès le départ. Ces personnes magiques auprès desquelles tout revêt un sens. La repose sur un drôle d’équilibre. Cependant, il est toujours approprié de passer en revue nos premières impressions, d’une manière ou d’une autre.

Parfois, cela vaut la peine de creuser un peu plus, car on peut parfois alors découvrir de bonnes surprises. Cependant, au cas où l’inconfort est évident et constant, il convient de prêter attention à la fois à l’instinct et à l’intuition, afin d’établir une distance adéquate.

 

  • Bareket, O., Shnabel, N., Abeles, D., Gervais, S., y Yuval-Greenberg, S. (2018). Evidencia de una asociación entre la conducta de observación objetiva espontánea de los hombres y su respaldo a actitudes objetivas hacia las mujeres. Los roles sexuales: un diario de investigación . doi: 10.1007 / s11199-018-0983-8.
  • McCoy, S. K., & Major, B. (2003). Group identification moderates emotional responses to perceived prejudice. Personality and Social Psychology Bulletin29(8), 1005–1017. https://doi.org/10.1177/0146167203253466