Cercles d’hommes : une pratique bénéfique en plein essor

16 août 2019
Dans la masculinité la plus rigide et traditionnelle, la vulnérabilité était interdite. Au sein des cercles d'hommes, ils sont nombreux à oser pour la première fois à parler de leurs émotions, de leurs peurs et de leurs besoins. Tel est leur plus grand bienfait thérapeutique.

Les cercles d’hommes reprennent une pratique issue de l’Antiquité avec de grands bénéfices psychologiques. Jadis, il était commun de se réunir autour d’un feu pour partager des histoires. Résoudre des problèmes. Trouver un conseil. Apprendre. Faire face à des peurs, etc. Aujourd’hui, nombreux sont les hommes qui trouvent dans cette dynamique un espace où écouter et être écouté pour la première fois.

Pour certaines personnes, il peut sembler étrange voire inhabituel qu’un groupe d’inconnus se réunisse dans une salle ou dans une forêt pour y trouver du soutien, pour énoncer à voix haute ses frustrations et ses doutes. Ça l’est d’autant plus pour la gent masculine, peu encline (en règle générale) à partager avec d’autres hommes des aspects très profonds et, surtout, des émotions.

Nous vivons dans une société où la masculinité, avec un M majuscule, a joué pendant des décennies un rôle hégémonique très rigide. La construction de l’identité masculine était presque comme un moule auquel tous devaient se conformer sans broncher. Dans ce schéma inflexible, il n’y avait pas de place pour les doutes, les émotions et encore pour les faiblesses.

Michael Kimmel, fondateur et directeur du « Centre d’étude des hommes et masculinités » à la Stony Brook University de New York, indique qu’heureusement, tout est en train de changer. Nous pouvons désormais parler de plus d’un type de masculinité. L’éventail s’élargit pour inclure tout type d’identité, d’expression et de besoin.

Une façon d’approfondir cet aspect et bien d’autres passe par les cercles d’hommes.

 

Un cercle de statues en pierre

Cercles d’histoires : que sont-ils et à quoi servent-ils ?

L’équivalent espagnol de l’INSEE, El Instituto nacional de estadística, a publié des chiffres en matière de suicide que doivent nous inviter à la réflexion. L’un d’entre eux est particulièrement surprenant : le nombre de suicides est 3 fois plus important chez les hommes que chez les femmes. En Espagne, par exemple, 75 % des personnes qui décident de se suicider sont des hommes. La même chose survient dans d’autres pays. Cela nous démontre que quand il s’agit de genre, il semblerait que ce soient eux qui choisissent l’option la plus dramatique de toutes.

Néanmoins, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans son rapport sur la prévention du suicide, indique que rien n’explique ce fait. Nous en ignorons les causes mais nous savons en revanche que nous manquons de ressources. Ainsi, des experts du sujet tels que la docteure Brené Brown, professeure chercheuse de l’université de Houston, indique que les hommes sentent généralement une pression élevée de ce qu’on attend d’eux.

Être un homme a toujours été synonyme de pouvoir, de résolution, de domination, de contrôle de soi et de succès. Des réalités telles que le chômage, le manque de perspectives, les problèmes d’identité, l’incapacité à gérer les échecs, etc. sont souvent à l’origine de vides incompréhensibles. Dans la plupart des cas, les rôles de genre auxquels ils sont exposés les isolent. Cela les conditionne à une réalité où l’honnêteté émotionnelle n’existe pas, où la vulnérabilité se transforme en colère et à partir de là, en problèmes de santé mentale.

Cercles d’hommes, espaces de connexion

Les cercles d’hommes se présentent aujourd’hui comme une ressource parfaite pour transformer et soigner le concept de masculinité. Dans ces espaces, des groupes d’hommes -qui ne se connaissent pas- se réunissent. Ils ont des âges et des origines sociales différents. Ainsi, si quelque chose que la plupart d’entre nous savent, c’est que parfois, parler avec un parfait inconnu nous permet de communiquer et d’évoquer à voix haute des aspects que nous ne partagerions pas avec notre famille voire avec des amis.

Dans une société si familière au jugement facile ou qui montre du doigt certains comportements et mots, les hommes sentent souvent ce poids. Une charge qui, en outre, est reçue à travers l’éducation. On les encourage à être forts, à cacher leurs sentiments. Dans les cercles d’hommes, on crée par conséquent un espace sûr où se réfugier, être sincère et trouver la validation et le soutien d’autres hommes.

Objectif de ces rencontres

L’objectif des cercles d’hommes est aussi positif qu’ambitieux ; il consiste à former les hommes à se sentir émotionnellement mûrs, puissants et compatissants pour pouvoir soigner leurs propres blessures et aider les autres. C’est un engagement ferme en matière de développement personnel.

Les dynamiques et les bénéfices que chaque homme trouvera dans ces cercles sont les suivants :

  • Être écouté par d’autres hommes avec respect et proximité, sans recevoir de jugement 
  • Apprendre à exprimer et à communiquer ses expressions, ses sentiments, ses peurs et ses expériences douloureuses
  • Travailler sur son identité
  • Apprendre à demander de l’aide et des conseils
  • Former une fraternité de soutien
  • Apprendre à écouter avec compassion
  • Se permettre d’être vulnérable
  • Pouvoir développer une meilleure confiance en soi
  • Rendre plus clairs leurs buts dans la vie
  • Développer un engagement ferme avec soi-même et avec les autres : être responsable, respectueux et intègre avec ses propres émotions et besoins
  • Travailler et actualiser des aspects en lien avec la masculinité
Deux hommes dans un champ de blé

Où trouver des cercles d’hommes ?

Les cercles d’hommes sont en plein essor. Ils sont de plus en plus nombreux au Royaume-Uni, en Australie, en Espagne, dans les pays nordiques, etc. Il est néanmoins intéressant de savoir qu’aux États-Unis, ils font partie d’une tradition depuis longtemps. L’organisation à but non lucratif MandKind Project, par exemple, travaille depuis plus de 30 ans dans le soutien et le développement personnel des hommes. Elle possède des filiales quasiment aux quatre coins du globe.

Ainsi, chaque homme qui est intéressé par cette dynamique n’a qu’à chercher et à se rapprocher d’un des centres spécialisés. Parfois, une petite décision entraîne un grand changement quand nous en avons le plus besoin.