Cattell : modèle de personnalité (16 PF)

31 décembre 2017 dans Psychologie 0 Partagés
caisse avec des jouets

Il ne fait aucun doute que le modèle de Cattell est l’un des plus célèbres. Sa tentative de décrire la personnalité nous est parvenue grâce à son célèbre test, le 16 PF. Bien sûr, la version originale de Cattell lui-même n’est pas utilisée aujourd’hui, mais subsiste une grande partie de l’esprit initial du test.

D’un autre côté, Cattell se démarque pour avoir proposé deux types d’intelligence : l’intelligence fluide et l’intelligence cristallisée. L’intelligence fluide serait plus proche du concept actuel de l’intelligence. Par exemple, nous l’utiliserions lors de la résolution de problèmes de logique dans lesquels l’expérience de la personne importe peu et si leur expertise pour travailler avec le défi lui-même. L’intelligence cristallisée rassemblerait toute l’expérience de la personne et servirait à répondre à des questions et des problèmes essentiellement liés à la mémoire.

personne avec une valise

Le thème de l’intelligence et du développement que Cattell a élaboré étant très intéressant, nous allons nous concentrer dans cet article sur son tout autant intéressant modèle sur la personnalité et le questionnaire qui sert à l’appliquer, le 16 PF.

Cattell et le 16 PF

L’étude de la personnalité a été l’une des plus controversées en psychologie. Cette sorte de propriété de soi, conditionnée par l’environnement et sa génétique a donné naissance à d’innombrables modèles qui se sont battus pour s’en disputer l’hégémonie.

Non seulement l’origine de la personnalité (génétique-environnement) a été discutée, mais il y a également eu débat ouvert sur la mesure dans laquelle la personnalité peut muter ou influencer le comportement d’une personne. Une autre discussion intéressante concernant la personnalité tient à sa division, sa segmentation et sa dynamique.

En ce sens, nous pouvons considérer Cattell comme un synthétiseur du travail effectué par des auteurs britanniques et américains dans le domaine des compétences mentales et de la personnalité de base. Tant pour l’étude scientifique de l’intelligence que pour l’étude scientifique de la personnalité, il a utilisé une méthodologie très puissante pour l’époque. Son objectif était d’isoler différents facteurs primaires.

Pour ses études, en tant que techniques de collecte de données, il a utilisé trois sources.

  • Q (questionnaires)
  • L (notes ou interviews)
  • T (test objectif)

Méthodologiquement, leur travail est caractérisé comme une tentative sérieuse et rigoureuse d’analyser et de construire un modèle solide, stable et fiable basé sur les trois sources que nous avons énumérées. De plus, le développement de son modèle peut être vu en trois phases :

  • Première phase : rien de plus et rien de moins que 171 traits de personnalité. Il a identifié cette énorme quantité de caractères de la liste encore plus longue qu’Allport et Odbert avaient faite quelques années auparavant. Dans cette liste particulière, ces deux curieux incluaient tous les termes liés à la personnalité qui avait trouvé dans les deux principaux dictionnaires anglais de l’époque.
  • Deuxième phase : centrée sur l’information obtenue dans les qualifications ou les entretiens pour essayer de donner un contenu théorique à ces facteurs.
  • Troisième phase : a utilisé l’information des questionnaires (Q) et des tests objectifs (T). À la fin de toute l’analyse de contenu et mathématique il en est venu à la conclusion qu’il y a 16 facteurs de personnalité. Des dimensions dans lesquelles nous pouvons tous en quelque sorte nous classer. Mathématiquement, ils sont le produit logique d’une analyse factorielle de premier ordre. Ceux-ci seraient présentés de manière bipolaire :
  1. Expressivité émotionnelle (haut-bas)
  2. Intelligence (haut-bas)
  3. Stabilité (force de la I-faiblesse du I)
  4. Dominance (dominance-soumission)
  5. Impulsivité (upwelling / impulsivité-d-urgence)
  6. Conformité de groupe (surmoi fort-surmoi faible)
  7. Dareness (parmia / oser-trectia / timidité)
  8. Sensibilité (prémsia / sensibilité-harria / dureté)
  9. Suspicion (alexie / confiance-confiance / méfiance)
  10. Imagination (praxemia / pragmatisme-autia / imagination)
  11. Ruse (subtilité / naïveté)
  12. Culpabilité (conscience-imperturbabilité)
  13. Rébellion (radicalisme-conservatisme)
  14. Autosuffisance (autosuffisance / dépendance)
  15. Auto-contrôle (estime de soi / indifférence)
  16. Stress (tension-tranquillité)

Facteurs de second ordre dans le PF 16

Les facteurs de personnalité que nous avons énumérés ne seraient pas indépendants (orthogonaux), mais présenteraient des corrélations positives et négatives, donnant lieu à d’autres facteurs fondamentaux (facteurs de second ordre):

  • QS1. Inversion Vs Extraversion
  • QS2. Peu d’anxiété Vs Beaucoup d’anxiété (tranquillité)
  • QS3. Susceptibilité Vs Ténacité
  • QS4 Dépendance vs indépendance

De ces facteurs de premier et de second ordre se référant à la personnalité, Cattell a créé l’un des questionnaires les plus célèbres et les plus fréquentés de l’histoire. D’un autre côté, Cattell classe ces traits de personnalité en deux dimensions:

  • Son origine : V. héréditaire
  • Son contenu : capricieux, motivateur et intérêts

Ainsi, cet auteur et chercheur a déjà défendu une idée qui est aujourd’hui encore acceptée par la plupart des spécialistes de l’étude de la personnalité. Cette idée affirme que la composition de la personnalité d’un individu est le produit de sa génétique et de l’environnement dans lequel il s’est développé.

Enfin, notez que pour contrôler les éventuelles anomalies dans les réponses, 16 PF utilise quatre échelles: le style de réponse à grande échelle (fiabilité et validité), manipulation d’images (pour contrôler la désirabilité sociale), l’acquiescement (pour contrôler la tendance donner la même réponse indépendamment de la question), indice de rareté ou indice de chance (détecter les questionnaires répondus au hasard afin de les invalider : il est basé sur la cohérence des réponses au sein de chaque facteur).

homme avec tete de montgolfière

Mérites de Cattell

Les mérites de Cattell peuvent être divisés en deux grandes branches, unies presque de façon intime. D’une part, son intention de mesurer avec précision ou de donner une forme mathématique à un modèle, en l’occurrence la personnalité. Une tâche sans doute difficile, car nous parlons d’une construction qui ne peut être mesurée qu’indirectement.

De plus, ces mesures ont presque toujours une variable contaminante : dans la plupart des questionnaires ou des tests psychométriques (fiabilité valide et acceptable, comme dans le cas du 16 PF) c’est le sujet qui émet un jugement pour répondre aux questions. En ce sens, rappelons que la perception de soi a souvent peu à voir avec la réalité.

Pour expliquer ça, j’ai en mémoire un exemple qui, en plus d’être ironique, est aussi clair qu’humain. C’est un souvenir : marcher dans la rue et écouter comme deux dames se traitaient de têtues, l’une à l’autre, à plusieurs reprises et incessamment, sans même reconnaître ce trait en soi. Vérité paradoxale ? Car ce même paradoxe apparaît aussi lorsque nous répondons à de nombreux tests de personnalité.

Le deuxième grand mérite de Cattell à directement à voir avec l’articulation de son modèle. L’histoire, bien que parfois erronée, est souvent un bon filtre pour que l’humanité laisse derrière elle toutes ces occurrences inutiles ou idées folles qui constituent un chemin sans issue. Cela ne s’est pas produit avec le modèle de Cattell et la meilleure preuve en est que, pour lui rendre un petit hommage, nous voulions aujourd’hui lui dédier cet article.

A découvrir aussi