Cancer du sein : ensemble, nous pouvons vaincre la maladie

· 13 novembre 2018
Les taux de survie suite à un cancer du sein sont de plus en plus rassurants. Cependant, il y a des aspects dont on ne parle pas toujours, comme par exemple le lymphoedème ou la peur de la récidive.

Chaque cancer du sein est différent, aussi bien au niveau moléculaire qu’an niveau émotionnel. Certains seront plus invasifs que d’autres. Dans le cadre de ce parcours aussi difficile qu’empreint de courage, les points négatifs consistent en la perte des cheveux. Ou encore en la cicatrice d’un sein absent où continue de résider un amour immense. Cependant, ce qui est grandiose, c’est d’être vivantes. Et de faire face à ce défi en sachant qu’ensemble, nous pouvons vaincre la maladie.

La science, comme nous le savons bien, nous surprend quotidiennement en mettant au jour des informations aussi récentes qu’emplies d’espoir en matière de médecine oncologique. Les traitements sont de plus en plus précis, comme c’est le cas par exemple de l’immunothérapie. C’est pourquoi il est nécessaire « d’entraîner » notre organisme, afin qu’un anticorps puisse guider le système immunitaire. Et le mener à combattre les cellules malignes sans endommager le tissu sain.

La médecine devient plus affinée et moins invasive, c’est certain, mais des cas de cancer du sein continuent à être diagnostiqués tous les jours. De fait, de nos jours, et selon les informations délivrées par le World Cancer Research Fund, ce type de cancer reste celui qui se déclare le plus couramment chez les femmes. S’il est certain que les taux de mortalité diminuent chaque année, il est inévitable de nous fier à l’impact social et émotionnel que présente encore cette maladie.

Chacune de ces femmes ont un nom et un prénom. Une histoire propre. Et un cancer avec un profil biologique bien particulier. Cependant, toutes sont unies par la peur ainsi qu’une inévitable angoisse. Toutes ces femmes exceptionnelles sont obligées d’initier un trajet particulier et extrêmement dur auquel personne, absolument personne n’est préparé.

Et pourtant, la grande majorité d’entre elles le surmontent au travers d’un voyage qui les transforme à jamais, pour faire d’elles notre meilleure source d’inspiration.

cancer du sein

Cancer du sein, fière de mes cicatrices

Álvaro Rodríguez-Lescure, vice-président de la Société Espagnole d’Oncologie Médicale (SEOM), nous signale que le cancer du sein reste à ce jour le plus diagnostiqué. Il faut signaler, en effet, qu’il y a des pays où le cancer du poumon s’élève déjà comme un des facteurs les plus importants de mortalité féminine. Le tabagisme et ses graves effets sont sans aucun doute pris plus au sérieux dans ce secteur de la population, et c’est là quelque chose qui mérite toute notre attention.

Même si le taux de survie suite à un cancer du sein se situe déjà à des niveaux plus que rassurants, la question « pourquoi moi » continue à se poser. En 2014, l’Université de l’Australie Occidentale a réalisé une étude à ce sujet. Les chercheurs se sont demandés quelles attributions faisaient généralement les femmes à cette maladie. Ainsi, les résultats ont montré que la majorité la lient à des antécédents génétiques. Et à certaines habitudes de vie.

Or, les études cliniques nous expliquent qu’entre 5 et 10% seulement des cancers du sein sont liés à une mutation génétique héréditaire liée au gène BRCA1 ou BRCA2. Il reste clair que oui, il y a des facteurs qui élèvent le risque de développer cette maladie. Mais nous devons reconnaître que (du moins aujourd’hui) il n’est pas encore possible de le prévenir à 100%.

Le plus important, la stratégie la plus nécessaire, c’est celle de pouvoir le détecter dans les premières phases, au travers de mammographies.

Une femme, une histoire

Un des évènements les plus marquants dans le champ de l’oncologie a été celui de découvrir et de comprendre l’hétérogénéité du cancer du sein. A chaque sous-type correspond un traitement spécifique et différencié. Ainsi, il y aura des femmes qui subiront des interventions plus ou moins invasives, impliquant plus ou moins de séances de chimiothérapie et de radiothérapie, et postérieurement, qui devront prendre pendant plus ou moins longtemps le traitement à base de tamoxifène ou de tout autre médicament complémentaire.

Or, au-delà de l’histoire médicale, il y a l’histoire personnelle. Certaines femmes très jeunes voient leur vie s’interrompre du jour au lendemain. D’autres, elles, reçoivent le diagnostic alors qu’elles sont enceintes.

Une partie de ces femmes désireraient aussi être des guerrières et des battantes courageuses, mais elles ne peuvent pas. Le cancer du sein métastatique ou récurrent, par exemple, ne laisse pas toujours la place à une victoire. Il y aura des époques de rémission et des moments de subit progrès, mais le diagnostic en étape IV est souvent sombre. D’où le fait que leurs histoires soient autres, plus délicates, voire même plus admirables.

vaincre le cancer du sein

La survie est un voyage qui transforme et laisse des cicatrices

Le cancer du sein laisse derrière lui de multiples cicatrices qui ne se voient pas. Nous ne parlons pas là de cette blessure qui délimite parfois l’espace vide d’un sein, non ; nous parlons avan tout de ces marques que toute femme qui survit à un cancer porte en elle en silence :

  • Souvent, demeure la peur permanente de la récidive.
  • Après être passée par la radiothérapie, la thérapie hormonale, la chimiothérapie ou la chirurgie, il est commun que la libido de la femme se réduise. Beaucoup sont obligées également d’accepter leur nouvelle image. S’ouvre alors à elles une période au cours de laquelle elles vont avoir besoin de soutien. Aussi bien au niveau social que professionnel.
  • Ainsi, beaucoup d’opérations chirurgicales visant à soigner le cancer du sein impliquent l’extirpation des ganglions lymphatiques. Cela a ainsi de sérieux effets sur le long terme. Comme par exemple le lymphoedème. Il s’agit d’une accumulation de liquides dans cette zone. De plus, y apparaissent une inflammation, des douleurs et une mobilité réduite. Une affection de ce type peut rendre difficile l’exécution de tâches simples telles que celles de se brosser les cheveux ou de prendre du poids.

Ainsi, il est nécessaire de comprendre que lorsqu’une femme surmonte un cancer du sein, son voyage continue. Ce voyage qui la transforme pour toujours se poursuit chaque jour. A cette occasion, elle vainc chaque peur. Lutte contre ses séquelles,. S’occupe d’elle-même. Prend soin des autres. Et apporte même son soutien à d’autres femmes dans la même situation.

Ensemble, nous pouvons vaincre la maladie. Le cancer du sein change la vie mais ne l’arrête pas. Car lorsqu’il nous reste encore tant de choses à vivre, les cicatrices nous aident à être plus fortes.