3 histoires d’échecs qui se sont transformées en sources d’inspiration

· 31 octobre 2018
Et si nous commençons à voir l'échec comme quelque chose pouvant, parfois, s'avérer positif et bénéfique ?

Il est devenu habituel de dire qu’un problème est une opportunité et qu’un échec est le début d’un triomphe. En fait, nous l’entendons tellement que nous avons cessé de prêter attention à son sens. Nous oublions la grande vérité que renferment ces affirmations. Et, pour le prouver, voici des histoires d’échecs réels qui sont devenues des sources d’inspiration.

Le triomphe et l’échec sont, en réalité, des instants passagers. Parfois, ce sont presque des accidents du destin. Ce qui importe réellement, ce sont les processus, aussi bien internes qu’externes. Les changements que cette recherche d’objectifs précis suscite en nous. Notre capacité de grandir.

« Ne me jugez pas sur mes succès, jugez-moi sur le nombre de fois où je suis tombé et où je me suis relevé à nouveau. »

-Nelson Mandela-

Parfois, la différence entre un échec et une victoire ne réside que dans la persévérance. Le problème est que certains coups durs nous laissent parfois sans forces. Ils nous quittent tout espoir et nous invitent à nous écrouler. Il n’y a donc rien de mieux que de connaître ces histoires d’échecs réels pour nous rappeler qu’il y a toujours une seconde opportunité. En voici trois.

1. Abraham Lincoln, un homme persévérant

Abraham Lincoln est peut-être le personnage historique le plus important des Etats-Unis. Il a été le président de cette nation à deux reprises. C’est aussi lui qui a aboli l’esclavage et a du vivre la guerre de sécession, dont le résultat final a été l’unité définitive du territoire états-unien.

histoires d'échecs : l'exemple d'abraham Lincoln

Lincoln est un véritable exemple de ces histoires d’échecs qui se transforment en triomphes. Il est né dans une famille très pauvre et a du travailler dans les champs à partir de 7 ans. Il n’a pas pu aller à l’école et a tout appris de façon autodidacte. Il est devenu avocat. Sa mère est morte alors qu’il n’avait que 9 ans.

Il a aussi connu des échecs successifs dans sa carrière politique. Ses aspirations ont souvent été brisées par des élections perdues. Ses affaires ont aussi mal fonctionné à 24 ans et il a du passer les 17 années suivantes endetté. Sa fiancée est décédée de façon soudaine et il a souffert d’une dépression nerveuse. Cependant, son immense volonté l’a mené à aller de l’avant et à devenir une figure déterminante dans l’histoire de son pays et du monde.

2. Arianna Huffington, l’une des histoires d’échecs les plus inspirantes

Arianna Huffington est née à Athènes (Grèce) en 1950. Son enfance a été marquée par la séparation de ses parents. Elle a étudié l’économie au Girton College de Cambridge, où elle s’est largement démarquée grâce à sa capacité de leadership. Puis, elle est partie vivre aux Etats-Unis où elle a épousé un membre du Congrès. Son mariage s’est ensuite brisé et cela a marqué un avant et un après.

Elle avait collaboré avec plusieurs médias et avait une certaine audience. Elle a aussi écrit un livre qui a été rejeté par 26 éditeurs. Il faut savoir qu’elle travaillait sans relâche pour obtenir une meilleure position et faire publier son travail. Cela l’a mené à faire un malaise, en 2007, à cause d’une fatigue chronique. À partir de ce moment, elle s’est posée des questions sur sa vie.

Elle a ensuite décide de faire ce qui lui plaisait le plus, sans toute la pression qu’elle avait connue. Elle a créé un blog qui, des années plus tard, s’est transformé en empire des communications: le HuffPost. On la considère comme l’une des 100 femmes les plus influentes dans le monde. Voici donc une histoire d’échecs qui est devenue une véritable source d’inspiration.

3. Frank McCourt, de l’indigence à la célébrité

Frank McCourt est l’auteur du célèbre roman Les cendres d’Angelaqui a aussi été adapté au cinéma. Il s’agit d’une oeuvre autobiographique dans laquelle McCourt narre les terribles mésaventures qu’il a connues depuis sa naissance. Sa famille était en pleine misère. Son père était un alcoolique qui a fini par l’abandonner avec ses frères.

histoires d'échecs : celle de Frank McCourt

Plusieurs de ses frères sont morts à cause des conditions extrêmement difficiles dans lesquelles ils vivaient. Dans une cabane, à côté de latrines, et presque sans nourriture. Frank a du travailler très jeune tout en allant à l’école. Il n’avait même pas de chaussures à mettre. Il a souffert du typhus et en est presque décédé.

À 19 ans, et après avoir patiemment économisé grâce à son travail en tant que facteur, il réussit à réaliser le rêve de sa vie: retourner en Amérique, d’où il était originaire. Une fois là-bas, il devient un grand écrivain. L’oeuvre qui raconte ses malheurs est aussi celle qui l’a mené à recevoir le Prix Pulitzer en 1999.

Ce ne sont que quelques histoires d’échecs qui se sont transformées en exemple de dépassement de soiElles ont toutes un point commun: la persévérance qui se cache derrière ces personnes, des personnes qui se sont battues et n’ont pas renoncé face aux obstacles.