Le brouillard mental, ou la désespérante incapacité à se concentrer

30, mars 2017 dans Psychologie 503 Partagés

Le brouillard mental est très commun chez les personnes qui souffrent de fibromyalgie ; il est aussi très fréquent lorsque l’on est soumis-e à un stress élevé. Nous manquons d’énergie et notre esprit reste suspendu dans une dimension opaque, éloignée et étrange, où il est très compliqué de se concentrer, de prendre des décisions ou même de se souvenir de choses simples.

Les personnes qui expérimentent ce dysfonctionnement cognitif se sentent vraiment atterrées. Percevoir de quelle façon, rapidement, iels se mettent à oublier le nom des gens, à quel point iels se sentent désorienté-e-s ou incapables de comprendre ce qu’on leur dit ou ce qu’iels lisent provoque indubitablement que ces patient-e-s ont peur d’expérimenter un début de démence.


« Lorsque vous êtes atteint-e de brouillard mental, une petite partie de vos neurones « s’éteignent » momentanément. Avoir peur ou être obsédé-e-s par ces oublis momentanés ne fera qu’aggraver la situation. »


Ce seront toujours les spécialistes qui nous offriront un diagnostic adéquat à partir de notre symptomatologie. Cependant, il est important de signaler que généralement, le brouillard mental est associé à la fibromyalgie. Cette incapacité momentanée à s’accrocher à la réalité, à notre vie et à chacun des événements ordinaires est sans doute un facteur clé au moment de réaliser un diagnostic intégral de cette maladie si affaiblissante.

Sachez qu’avant tout, avec quelques bonnes ressources, de la patience et des capacités adéquates, on peut réduire son impact. Ainsi, il est important de tenir compte du fait que le brouillard mental est à son tour associé à d’autres processus physiques et psychologiques qu’il est nécessaire de connaître pour ainsi pouvoir dissiper le brouillard mental et retrouver le contrôle total de notre réalité.

Nous vous proposons de lire la suite de cet article, et de réfléchir avec nous à ce sujet très intéressant, ce qui vous permettra sûrement d’apprendre des choses qui pourront vous servir à un moment ou un autre de votre vie.

Le brouillard mental, ou quand nos neurones « dorment »

Il ne s’agit pas que de simples oublis. Ce ne sont pas non plus des négligences communes, ni même quelque chose qui passe avec une bonne journée de repos. Les personnes qui expérimentent le « brouillard mental » affirment avoir la sensation qu’une part de leur cerveau est éteinte. D’autres encore disent « avoir des blancs », des évasions momentanées au cours desquelles leur esprit semble se mettre en « stand by », jusqu’au point de rester absent-e-s au milieu d’une conversation ou de se comporter de manière automatique mais sans avoir un rythme correct.

Il s’agit sans doute d’un phénomène aussi dangereux que traumatique pour la personne qui le vit. Des chercheur-se-s de l’Université du Wisconsin-Madison ont découvert que la clé de ce phénomène réside dans divers groupes de neurones corticaux. Pour une raison encore obscure, ils « s’éteignent » momentanément ; des erreurs ponctuelles dans la connectivité qui plongent irrémédiablement le/la patient-e dans ce tunnel brumeux où iel reste isolé-e de la réalité.

Les causes de ces erreurs cognitives pourraient avoir diverses origines, et seraient liées à des périodes de stress ou à des maladies très concrètes. Lisez la suite de cet article, nous vous expliquons tout.

La fibromyalgie

Comme nous le signalions au début de cet article, le brouillard mental fait partie du diagnostic différentiel de la fibromyalgie.

Ainsi, il a aussi été mis au jour qu’aussi bien les personnes qui souffrent de cette maladie que de fatigue chronique présentent un déficit de cytokines, un type de protéines essentielles pour stabiliser de nouvelles informations dans le cerveau.

Etre malade cœliaque et ne pas le savoir

Consommer trop de gluten ou être malade coeliaque provoque, souvent, que l’on souffre d’épisodes de brouillard mental. Cette maladie auto-immune occasionne de sérieux effets sur notre rendement cognitif, de ceux dont on est pas toujours conscient-e-s puisque que l’on se focalise davantage sur les symptômes physiques.

Dans ce cas, il suffit de changer de régime alimentaire pour que le brouillard mental s’estompe.

Vous un-e addict du « multi-tâche »

Le multi-tâche est cette épidémie si commune à laquelle on n’accorde aucune importance. Travailler sans s’octroyer de temps de repos, enchaîner un objectif après l’autre ou concentrer toute notre attention sur diverses stimulations à la fois, tous ces comportements finissent tôt ou tard par avoir de sérieuses conséquences.

Le cerveau, bien que l’on puisse souvent penser le contraire, n’est pas un ordinateur, mais une entité vive qui a ses propres rythmes, ses propres règles, ses propres besoins. Si on le stimule plus que nécessaire, il ne deviendra pas plus grand ni plus habile ; au contraire, il nous réclamera des pauses forcées, à savoir qu’il « se déconnectera » momentanément.

Les changements hormonaux

La ménopause n’est pas forcément la meilleure période dans la vie d’une femme. Il y a des défis à relever, des changements à affronter et avant tout, des oscillations dans notre corps que l’on doit connaître pour pouvoir les « contrôler ».

Le brouillard mental est l’une de ces oscillations. L’inévitable baisse des niveaux d’œstrogènes génère des changements dans nos processus cognitifs : difficultés à se concentrer, à retenir de nouvelles informations, à prendre des décisions aussi rapidement qu’avant…

C’est un phénomène commun que l’on peut gérer avec des stratégies adéquates ainsi que grâce à l’aide nos médecins.

Comment traiter le brouillard mental

Après avoir reçu un diagnostic adéquat à partir de notre symptomatologie, il nous faudra traiter le problème de base, donc suivre les recommandations de notre médecin si l’on souffre de fibromyalgie, mieux gérer le stress, ou changer notre régime alimentaire si l’on est intolérant-e-s au gluten.


« L’esprit, c’est comme un parachute ; il ne fonctionne que si on apprend à l’ouvrir. »

– Albert Einstein –


La première étape, par conséquent, consiste à suivre les recommandations des spécialistes. La deuxième étape, elle, consiste à « se préparer mentalement » ; le brouillard mental doit être affronté dans le calme, tout en tenant bien compte du fait que la peur, le stress et l’anxiété elle-même ont tendance à intensifier encore plus le phénomène.

Quelques règles pouvant vous aider à affronter le brouillard mental

Au quotidien, il vaut la peine de tenir compte de ces stratégies simples qui, sans doute, vous aideront :

  • Parlez aux personnes de votre entourage de ce qu’il vous arrive : cela leur permettra d’être plus patientes avec vous, de vous répéter les choses, de ne pas parler trop vite ou de le remarquer si à un moment ou à un autre, vous êtes en plein dans une « évasion », une absence.
  • Chaque fois que vous vous apprêtez à sortir de chez vous, prenez avec vous une liste de tout ce que vous pensez faire dans la journée.
  • Au moment où vous expérimentez le brouillard mental, asseyez-vous dans un lieu calme et relaxez-vous : essayez de rester calmes à tous moments.
  • Gardez toujours vos clés et votre téléphone portable près de vous, dans vos poches.
  • Commencez aujourd’hui même à réaliser des exercices mentaux simples : puzzles, jeux de stimulation et de concentration en ligne, lecture, sudokus…

Le plus important dans ces cas-là, c’est de compter sur le soutien de vos proches. Essayez de normaliser ces situations, évitez d’en faire une obsession et cherchez, si vous le voulez, des groupes de personnes qui vivent la même chose. Comprenez que maintenir une attitude positive et calme évitera que ce brouillard mental ne se concentre encore plus sur vos espaces vitaux et sur votre droit d’être heureux-se.

A découvrir aussi