Braveheart (1995), une ode à la liberté

02 juillet, 2020
Braveheart est l'un des meilleurs films d'aventure de tous les temps. Bien que sa véracité historique soit faible, elle pourrait être un portrait fidèle des révolutions libérales et nationales du XIXème.
 

En 1995, Mel Gibson a atteint la gloire cinématographique avec 5 statuettes au gala des Oscars, dont celle du Meilleur réalisateur. Braveheart est l’un des meilleurs films des années 90, mais il a peu de valeur en tant que récit historique.

Il raconte très librement l’histoire de William Wallace, qui n’était pas le vrai « BraveHeart ». Beaucoup de licences que Gibson prendra serviront cependant à construire une histoire beaucoup plus émotionnelle.

La mentalité des personnages et leurs motivations sont plus typiques du XVIIIe ou du XIXe siècle. Sans les références historiques, on pourrait penser être face à un compte rendu de la révolution américaine ou de la guerre d’indépendance espagnole.

Le leitmotiv qui traverse le récit est la liberté, et il s’agit là d’un clin d’œil évident aux valeurs révolutionnaires. Les personnages ne mènent jamais de guerre féodale, la leur est une cause nationale. Son pouvoir en tant que mythe est indéniable, il a servi d’exemple car après la sortie du film le parti nationaliste écossais a doublé ses parlementaires.

 
Wallace dans Braveheart

Wallace et Braveheart

La plus grande concession du film est peut-être la construction de son personnage. William Wallace s’inscrit en tant que héros prototype de Gibson, comparable au Christ dans La Passion du Christ.

En fait, probablement que Wallace n’avait en réalité pas des origines aussi humbles, mais qu’il était lui-même un noble. Son mariage avec Murron n’a pas non plus été le déclencheur du conflit ; de tels actes ne sont pas approuvés par l’historiographie.

La révolte, cependant, aurait pu être liée à l’abus et à la mauvaise utilisation de l’administration anglaise. Le principal promoteur était Robert Bruce, surnommé Braveheart. Dans le film, il apparaît dépeint comme un cœur timide, mais il a été l’architecte des plus grandes victoires écossaises ainsi que l’héritier légitime du trône d’Écosse. Wallace a été reconnu comme le gardien de l’Écosse, tout comme Bruce. Les deux sont des héros nationaux écossais.

 

La bataille de Stirling

L’un des moments les plus mémorables est, sans aucun doute, la grande confrontation de Stirling. Gibson se tourne vers Braveheart pour un spectacle qui pourrait ne pas offrir la bataille originale, et il a donc supprimé le facteur critique, le pont. Ce pont équilibrait les forces inégales forçant les envahisseurs à combattre en petits groupes qui pouvaient le traverser, voire s’effondrer. Si cela avait été une bataille en plein champ, la défaite écossaise aurait été définitive.

L’Ecosse médiévale de Braveheart

La plus grande valeur historique de Braveheart est la recréation de la vie médiévale écossaise. Bien que quelque peu romantique, tout sur scène évoque les hauts plateaux.

La photographie et la bande sonore aident à composer un environnement très soigné. L’histoire cherche à créer des contrastes manichéens, et nous devons nous en isoler si nous voulons une approche plus objective. De toute évidence, la cruauté des Anglais est exagérée, tout comme la bonté rurale écossaise.

 

De plus, la motivation des paysans écossais à combattre est anachronique. Il ne fait aucun doute que la propagation du féodalisme dans toute l’Europe a eu des poches de rébellion. Les aspirations des paysans à la liberté peuvent être comprises face à un changement notable de leur situation matérielle ou religieuse. Aucun ne s’est produit à ce moment.

Le conflit était noble. La différence entre être dominé par un roi écossais ou un roi anglais pour une population sans conscience nationale devait être faible. En effet, tous deux étaient chrétiens et d’une tyrannie similaire.

Le message de Braveheart

Un message universel

Si nous éliminons les composantes nationalistes, qui peuvent présenter plus de particularismes, le désir de liberté est une valeur facilement compréhensible. C’est la grande vertu de Braveheart, qui nous la présente également en termes très contemporains.

 

Si le Wallace qui apparaît dans le film n’est pas historique, c’est du moins l’archétype d’un homme qui résiste à l’injustice et défend ses idéaux jusqu’à la dernière conséquence. Gibson transforme en quelque sorte un héros écossais en héros universel.

Les sources qui nous parlent de Wallace sont en fait très peu nombreuses, mettant en évidence le poème de Harry l’aveugle écrit 200 ans plus tard. La torture à laquelle Eduardo Ier l’a soumis après l’avoir capturé était aussi cruelle que celles que l’on peut voir dans Braveheart.

Gibson ne nous a pas donné de livre d’histoire et n’a même pas fidèlement capturé la légende. Or, il a réussi à transmettre un message. Le spectateur décidera s’il doit répéter son cri angoissé : Liberté !

 

 
  • Perfecto García, Miguel Ángel (2012) Entre el Cine y la Historia: a propósito de Braveheart y el mito de la Escocia independiente.
  • Hobsbawm, Eric y Ranger, Terence (1983) La invención de la tradición.