Avez-vous peur de ce qu'ils diront ?

La peur de ce qu'ils diront peut nous conduire à un état d'anxiété et limiter complètement notre mode de vie.
Avez-vous peur de ce qu'ils diront ?
Valeria Sabater

Rédigé et vérifié par Psychologue Valeria Sabater.

Dernière mise à jour : 04 janvier, 2023

La peur de ce qu’ils diront est une réalité très fréquente. C’est cette angoisse silencieuse d’être jugé, d’avoir certaines idées sur nous. Il est clair que nous avons tous besoin d’être acceptés, mais tomber dans ce type de pensées de façon permanente peut complètement conditionner notre mode de vie.

Derrière cette approche se cache souvent un manque d’estime de soi. Nous pouvons toujours nous sentir plus ou moins mal à l’aise quant à l’opinion que peuvent avoir de nous les personnes que nous apprécions et qui comptent pour nous. Cependant, nous ne devons jamais perdre notre liberté, notre essence authentique.

“Que diront-ils” est une ombre à double tranchant qui a toujours existé. C’est celui qui dresse des murs à notre autonomie, qui ralentit nos pas et qui nous oblige à être vigilants pour ne pas briser ces normes implicites de ce qui est censé être « correct ».

Il existe de nombreux scénarios sociaux encore imprégnés de préjugés sociaux, de cette poussière rance qui ne vit pas seulement dans les petites villes derrière des rideaux. Cette préoccupation est vécue au quotidien dans les milieux de travail et même dans nos propres familles…

« Être discuté, c’est être perçu »
-Victor Hugo-
Garçon effrayé de ce qu'ils diront

Des clés pour affronter la peur du “que diront-ils”

La peur de ce qu’ils diront nous place dans un état d’éternelle “hypervigilance”. Nous dirigeons notre attention vers cet univers extérieur où nous tirons des conclusions sur ce que les autres peuvent penser de nous.

On alimente une analyse défensive, on change même les comportements pour s’adapter à ce que les autres attendent. Ce sont des comportements qui décrivent ce que nous entendons en psychologie comme un biais d’interprétation. De plus, on ne peut ignorer le fait que ce type de biais est directement lié à l’anxiété.

Des études comme celle menée à l’Université d’Ultrecht par le Dr Elke Salemin nous montrent cette relation : si nous devenons obsédés par l’interprétation de tout ce que nous voyons, entendons ou si nous vivons centrés sur ce que les autres peuvent penser de nous, nous alimentons le cycle d’anxiété.

1. Surmontez votre peur du rejet

Si votre bonheur est entravé par cette barrière, arrêtez-vous un instant pour réfléchir à cette situation. Cela en vaut-il vraiment la peine ?

  • Si ce que vous craignez vraiment, c’est d’être rejeté par cette famille, ces amis ou cette société, vous devriez peser les deux parties pour voir ce qui pèse le plus dans votre cœur.
  • Nous ne pouvons pas être ce que nous ne sommes pas, ni taire éternellement nos pensées et nos désirs. Faire semblant d’être quelque chose que l’on n’est pas, un jour ou l’autre, laisse apparaître la frustration, et avec elle, une faible estime de soi.

Ça ne vaut pas la peine. Notre équilibre personnel passe avant tout, tout comme notre équilibre psychologique.

2. Il est impossible de plaire à tout le monde

Il y a une chose sur laquelle il faut être clair dès le départ, une chose qu’il faut nous apprendre dès l’enfance : il est impossible de plaire à tout le monde. Et non seulement c’est impossible, c’est même sain. La peur de ce qu’ils vont dire est justement liée à ce besoin, celui de s’intégrer.

Chacun de nous a une personnalité, des critères et une voix. Ne pas s’intégrer aux autres pose à son tour des limites appropriées qui nous donnent une identité.

Femme refusant de prendre une cigarette symbolisant la peur de ce qu'ils diront

Nous n’avons pas à nous entendre avec des personnalités égoïstes qui ne respectent pas les autres. Qui humilient et détruisent. Ne pas m’entendre avec ce genre de personnes me donne de l’autonomie et du respect pour ma propre échelle de valeurs. C’est quelque chose de nécessaire et d’hygiénique.

De même, il y a encore un autre aspect que nous devons comprendre : plus nous nous montrons incertains, et moins nos idées sont claires, moins elles nous valoriseront.

Définissez vos critères, vos positions, restez ferme dans vos valeurs et défendez-vous. Les personnalités bien développées avec une forte estime de soi ne se laissent pas vaincre et elles n’ont pas à craindre “ce qu’elles diront”.

3. Acceptez les critiques, mettez de côté la peur de ce qu’ils diront

La critique fait partie de toute dynamique sociale. Il faut donc essayer de les analyser pour ce qu’ils sont : « d’autres points de vue ». Et à ce titre, il faut les respecter sans les dramatiser.

Chacun de nous aura une approche de ce qu’est la vie, et avec ces points de vue variés et divers, nous devons apprendre à coexister. Mais toujours sans juger ni aller à l’extrême.

4. Tenez bon

D’autres voudront peut-être vous imposer leurs idées. Qu’ils prêchent sur leur propre moralité, leurs propres normes sociales, sur ce qui est bien et ce qui est mal. Ne laissez pas cela se produire.

Vous devez défendre vos positions, vos idées et vos besoins, ne vous laissez pas abattre ou sous-estimer… car lorsqu’ils attaquent vos propres valeurs, vous vous perdez.

Pour éteindre et surmonter la peur de ce qu’ils diront, félicitez votre personne, positionnez-vous.

5. Travaillez votre estime de soi

Avoir une estime de soi renforcée est essentiel pour comprendre que notre valeur personnelle ne dépend pas des autres, mais de nous-mêmes. De plus, si nous avons une estime de soi renforcée, nous pourrons nous accepter tels que nous sommes, avec nos forces et nos faiblesses. Ainsi, il sera très difficile que les critiques de tiers nous affectent négativement.

Il existe diverses stratégies que nous pouvons mettre en œuvre nous-mêmes pour renforcer l’estime de soi. Cependant, l’assistance d’un professionnel est parfois nécessaire pour nous aider dans les démarches.

6. Personne n’est parfait

Une autre réalité que vous devez commencer à accepter est l’impossibilité d’atteindre la perfection, alors ne la cherchez pas. Nous faisons tous des erreurs et ce n’est pas grave, car grâce à elles, nous pouvons apprendre des expériences.

Chercher la perfection pour plaire aux autres ne laisse que frustration et découragement. Bien sûr, cela ne veut pas dire qu’on ne vise jamais la meilleure performance, au contraire, l’idée n’est pas d’être obsédé par l’idée.

7. Agis selon tes propres principes

Cette idée est applicable à n’importe quel domaine. Même quand tu vas acheter des vêtements et que tu te laisses influencer par ceux qui t’accompagnent.

Faites toujours ce qui vous fait du bien, ce qui vous permet d’être heureux dans les petites comme dans les grandes décisions. Parce que si nous perdons progressivement notre voix, il arrivera un moment où nous ne nous écouterons même plus.

Femme à lunettes heureuse de se libérer de la peur de ce qu'ils diront

Ça vaut la peine ? Bien sûr que non. Revendiquez vos droits et dites-le haut et fort. “La peur de ce qu’ils diront”, n’est qu’un vent froid et vicié qui ne doit pas vous affecter.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le bruit, la faille dans nos jugements qui nous empêche de prendre les bonnes décisions
Nos Pensées
Lisez-le dans Nos Pensées
Le bruit, la faille dans nos jugements qui nous empêche de prendre les bonnes décisions

Le bruit, Pourquoi nous faisons des erreurs de jugement et comment les éviter (2021) est le titre du dernier livre du psychologue et prix



  • Nardone, Giorgio (2003) Más allá del miedo. Paidós
  • Salemink, E., van den Hout, M., & Kindt, M. (2007). Trained interpretive bias and anxiety. Behaviour Research and Therapy45(2), 329–340. https://doi.org/10.1016/j.brat.2006.03.011

Le contenu de Nos Pensées est uniquement destiné à des fins informatives et éducatives. Il ne remplace pas un diagnostic, un conseil ou un traitement professionnel. Si vous avez le moindre doute, il est conseillé de consulter un spécialiste de confiance.