Au final, les choses ne sont pas toujours telles qu'elles semblent l'être

02 avril, 2020
Les personnes, tout comme leurs circonstances et leur réalité, évoluent. Elles le font aussi dans notre esprit, au-delà de notre première idée ou de notre premier portrait. Ainsi, la patience, la curiosité ou l'ouverture d'esprit nous aident à corriger notre première esquisse...
 

Les choses ne sont pas toujours telles qu’elles semblent l’être. Des personnes, des situations et certains faits peuvent finir par être très différents de ce que nous avions interprété. Une telle chose nous démontre que nos jugements ne sont pas toujours vrais, et nos suppositions pas toujours correctes. Car notre esprit a une habitude irréparable : celle de se précipiter.

Assumer ces «erreurs de calcul perceptives» est un acte de responsabilité. Il faut malgré tout signaler que nous n’en avons pas l’entière responsabilité; du moins, pas de manière consciente. Car l’authentique coupable de ces interprétations désaccordées est notre cerveau, qui prend des décisions en pilotage automatique et choisit de se laisser porter par le jugement plutôt que par une délicate réflexion.

Ceux qui consacrent leur vie à la santé mentale, d’une façon ou d’une autre, le savent bien : il est indispensable de savoir éteindre l’interrupteur du jugement et de ne pas tomber dans le piège du préjugé. Si nous voulons être des agents de changement pour les autres, les aider à grandir et à guérir, il est essentiel d’éviter les étiquettes précipitées et d’allumer la lumière de la compréhension.

 

Seul un esprit ouvert, capable de voir avec authenticité, peut se connecter avec empathie pour pouvoir accompagner, pour pouvoir faciliter les progrès dont la personne a besoin. Car au final, l’expérience finit par nous démontrer que toutes les choses ne sont pas forcément telles qu’elles semblaient l’être au début. Tout ce qu’on nous dit n’est pas forcément vrai.

Ceci nous plonge certainement dans un état d’incertitude continue. Il ne nous reste alors qu’une option : nous laisser porter et nous autoriser à nous découvrir les uns les autres. Tel est le secret de la vie : nous devons oser franchir des portes pour découvrir ce qu’il y a derrière. Assumer qu’il y autant de réalités et de points de vue que d’étoiles dans le ciel.

« Nous ne sommes si enclins à bien juger autrui que parce que nous tremblons pour nous-mêmes. »

– Oscar Wilde –

Des masques dans le ciel
 

Les choses ne sont pas toujours telles qu’elles semblent l’être (l’esprit hâtif)

Parfois, ce que l’on perçoit n’a rien à voir avec l’authentique réalité. Comment est-ce possible ? Nos sens nous tromperaient-ils ? Pas du tout. En fait, tout ce que nous percevons, tout ce qui se trouve en dehors de notre esprit passe par le filtre de notre cerveau. C’est lui qui interprète chaque chose que nous voyons et expérimentons. C’est aussi lui qui canalise chaque fait, chaque personne et chaque circonstance à travers le voile de notre expérience, de notre personnalité et de nos traits si singuliers.

Les choses ne sont pas toujours telles qu’elles semblent l’être. Quand nous découvrons qu’elles ne le sont pas, nous en sommes surpris. Nous avons tous déjà connu cela. Par exemple, quand nous faisons face à un cas de bullying, il est très facile de percevoir qui est la victime et qui est l’agresseur. Or, la perception devrait aller au-delà de ces faits. Car parfois, l’agresseur est aussi victime, victime de son contexte social et familial, de ce micro-monde où la violence est le seul type de langage.

 

Ce que nous percevons, effectivement, n’est pas toujours l’authentique réalité. La perception est ce prisme à travers lequel nous regardons le monde au quotidien – ou presque. Le verre dont il est fait, loin d’être net et transparent, a le ton de nos expériences passées, de nos émotions, de nos préjugés, de nos intérêts et de nos biais cognitifs…

Approfondissons ce point.

Les choses ne sont pas toujours telles qu’elles semblent l’être parce que l’esprit est une fabrique de suppositions

Notre esprit contient, en son sein, un immense polygone industriel de suppositions, de schémas irrationnels, d’idées préconçues et de préjugés dont nous ne sommes pas conscients. Si nous nous demandons qui les a fait rentrer, la réponse est simple : nous-mêmes.

Daniel Kahneman, le célèbre psychologue qui a reçu le prix Nobel d’économie en 2002, nous rappelle dans ses livres et travaux que les personnes sont faites de centaines de biais cognitifs. En d’autres termes, des façons subjectives (et souvent erronées) d’interpréter la réalité, qui dévient totalement de la réalité objective.

 

Ainsi, tôt ou tard, nous nous rendons compte que certaines choses ne sont pas telles qu’elles semblaient l’être au début. Et elles ne le sont pas parce que nous nous sommes appuyés sur des biais complètement désajustés.

Les choses ne sont pas toujours telles qu'elles semblent l'être et notre vision est parfois embuée

Un cerveau qui veut gagner du temps et qui veut remplir ce qu’il ne connaît pas de préjugés

Le cerveau travaille souvent en pilotage automatique et en se servant de points aveugles cognitifs. Il s’agit de situations où, au lieu de faire preuve d’empathie vis-à-vis des perspectives des autres, de nous limiter à être attentif, à voir et à écouter calmement la personne que nous avons devant nous, nous nous limitons une fois de plus à juger de façon précipitée.

Nous n’offrons pas de temps et encore moins d’espace. Nous n’offrons même pas une chose bien plus importante à l’autre : de la compréhension. En fait, nous restons bloqués, une fois encore, au niveau de ce point aveugle cognitif, là où nous ne sommes pas conscients de nos biais, de nos idées infondées, de nos interprétations erronées.

 

Interdiction d’anticiper, mais vous pouvez ouvrir votre esprit

Chaque fois que nous parlons avec quelqu’un ou que nous faisons face à une situation difficile ou nouvelle, essayons de réaliser un exercice de visualisation très simple. Un exercice où nous pouvons fixer deux images très concrètes dans notre esprit. Dans la première, nous éteindrons un interrupteur (celui des préjugés ou des pensées qui anticipent des interprétations sans le moindre sens).

La seconde image est simple : nous ouvrons une fenêtre. Cette grande baie vitrée est notre esprit, lumineux, immense, connecté à toutes les merveilles qui l’entourent. Cette sensation doit nous injecter une bonne dose de curiosité, de perspectives et de bonne humeur.

En faisant cela, nous pourrons être beaucoup plus réceptifs face aux autres, pour les comprendre avec toutes leurs nuances. Nous devrons bien sûr avoir éteint la voix des étiquettes, des suppositions, etc. Cette approche mentale requiert des efforts et un engagement. Elle implique aussi de se libérer du surpoids de ces jugements qui ne nous aident pas beaucoup au moment de nous comprendre les uns les autres…