Apprenez à neutraliser la colère

· 28 avril 2015

Exprimer sa colère, c’est une manière de se libérer. Certaines personnes font tout leur possible pour réprimer leurs sentiments, à défaut de pouvoir se libérer de leur énergie.

La colère, quand elle n’est pas utilisée à des fins destructrices, peut être très utile, car elle nous aide à nous libérer de l’énergie accumulée. Mais si on ne l’évacue pas, elle peut nous affecter physiquement à long terme.

Neutraliser sa colère, ce n’est pas la canaliser, car plus vous essayez de canaliser votre colère, plus vous vous exposez au risque de perdre le contrôle, puisque la colère émane de la peur, et que la peur peut donner aux choses une autre tournure que celle qu’on attendait. C’est donc la colère qui vous domine, et pas le contraire.

Les différents niveaux de colère

Il existe différents niveaux de colère qu’il peut être bon de savoir identifier :

L’activation

Le cycle de la colère s’active ; vous vous sentez alors irrité et contrarié.

La réfléxion

À ce niveau-là, vous analysez les raisons qui vous poussent à être en colère, mais vous ne voyez rien d’autre qu’une légère contrariété.

L’escalade

La tension va en s’intensifiant ; le ton de la voix change, ainsi que les expressions faciales. Le langage corporel, lui, se fait plus agressif. De petits accès de colère peuvent se manifester, mais l’expression de votre colère est majoritairement intérieure.

La confabulation

C’est à ce niveau qu’on sait si ce qui va suivre se réduira à une simple contrariété ou si au contraire va éclater une vraie crise de colère.

L’instigation

À ce niveau, vous commencez à réellement exprimer votre colère, ce qui vous mène à avoir des comportements qui accentuent encore plus la discorde.

La tristesse

À ce niveau-là, vous avez complètement perdu le contrôle. Vous êtes confus et inquiet ; vous avez peur, ce qui peut vous mener à tomber encore plus bas et ne pas atteindre l’ultime niveau de la colère.

L’extermination

Vous voulez anéantir la source de la colère, et de manière très agressive. Vous n’êtes pas forcément violent, mais votre haine est si grande que vous pouvez facilement perdre le contrôle. Les crimes passionnels ou encore les homicides font partie des actes de violence qui sont perpétrés à ce niveau.

Trois manières de neutraliser la colère

Apprendre à neutraliser la colère aide à compenser les tensions générées par cette dernière.

N’avoir aucune réaction

L’idéal est de ne pas réagir, afin de prendre de la distance par rapport aux éléments déclencheurs de votre colère. Ne vous investissez pas, devenez plutôt un observateur impartial, ce qui vous permettra de garder le contrôle ; et vous maîtrisez la situation.

Constater la colère des autres

La deuxième manière de neutraliser la colère consiste à reconnaître chez les autres certains de vos comportements. Vous voyez en eux des frustrations que vous avez vous aussi vécu auparavant.

Comprendre les réactions négatives des autres pourra vous aider à répondre avec plus de compassion et à neutraliser votre tendance à vous mettre en colère facilement.

Se centrer sur des émotions positives

La troisième et dernière manière de neutraliser la colère consiste à se centrer soit sur des émotions positives, soit sur des émotions contraires à la colère.

Si vous essayez vraiment d’appliquer ce conseil, vous verrez qu’une telle attitude face à la colère peut porter ses fruits. Vous avez le pouvoir de choisir…et ce pouvoir est incommensurable.