Aimez quand vous êtes prêt, pas quand vous êtes seul

27 octobre 2016 dans Emotions 0 Partagés

L’amour est de la pure adrénaline et échappe à toute rationalisation : nous ne pouvons pas le contrôler et nous ne pouvons pas décider quand nous souhaitons qu’il arrive.

Il arrive et l’on sent quelque chose d’extraordinaire, si terrifiant et spécial en même que personne ne peut y être indifférent. Ainsi, on ne peut pas dissimuler ni occulter que l’on aime, nous tombons amoureux et n’importe quelle tentative d’explication est inutile.

La nature magique de l’amour fait que nous ne puissions pas le forcer à apparaître quand nous le souhaitons.

De fait, quand le philosophe Jean-Paul Sartre a dit que nous étions libres, mais moins pour décider de l’être, il oubliait d’ajouter cette sensation qu’est de tomber amoureux : on ne le choisit pas, cela arrive et à n’importe quel moment de notre vie, qu’il soit bon ou mauvais.

Les relations boomerang

Nous sommes sûrs que vous avez déjà vécu la terrible douleur que provoque une rupture sentimentale et que vous connaissez mieux que personne les séquelles de cette perte émotionnelle : on appelle cela les relations boomerang, celles qui débutent juste après une autre relation qui a laissé des blessures.

“Qu’aime-t-on lorsqu’on aime, mon Dieu : la lumière terrible de la vie ou la lumière de la mort ?

Que cherche-t-on, que trouve-t-on, qu’est-ce que c’est que l’amour ? Qui est-ce ?” 

-Gonzalo Rojas, poème “Qu’aime-t-on lorsqu’on aime ?-

couple-rupture

Toutes les relations qui commencent après une rupture sont le produit de cet effet boomerang, mais dans de nombreux cas, ce qui arrive, c’est que l’on pense atténuer la souffrance et on essaie d’aller de l’avant en se trompant : on pense, sans s’en rendre compte, que cette nouvelle personne résoudra le mal être et unira tous nos morceaux brisés.

Derrière ce comportement, il y a pourtant de la solitude et de l’instabilité : nous sommes si mal que nous n’avons pas réussi à le surmonter, mais nous le cachons car c’est plus simple que de l’affronter.

C’est le lien perdu qui nous fait penser que nous avons besoin d’un autre lien pour nous sentir rempli : on cherche à aimer désespérément pour effacer le passé, en oubliant que seule la personne prête à le faire aime véritablement.

La peur du célibat

Partager la vie de quelqu’un n’est pas facile mais s’il y a un amour véritable, les morceaux s’emboîtent et la relation avance avec bonheur.

De même, il n’est pas simple de cohabiter avec soi-même s’il y a quelque chose de déséquilibré en nous qui demande de l’attention.

Ainsi, avant de courir à la recherche de l’équilibre en couple, il faut apprendre à être avec soi-même. Sinon, n’importe quelle union n’est qu’un mirage.

Pour surmonter la solitude, ou plutôt pour se rendre compte qu’elle est positive, la première chose à faire est de faire face à la peur : beaucoup de gens n’aiment pas leur conjoint, mais ils ont peur de n’avoir personne.

Tant que l’on ne comprend pas cela, nous répétons probablement l’erreur encore et encore dans nos couples.

La peur du célibat est un problème de plus en plus grand dans le monde occidental, qui nous empêche parfois de vivre le processus de deuil que nous devrions vivre après une rupture.

Cet événement crée de la dépendance émotionnelle et des concepts erronés de la solitude et de la liberté : être seul n’indique pas « être aigri » et être avec quelqu’un ne signifie pas « être heureux ».

“Il n’y a pas de formule

L’amour

est la frontière millimétrique

qui sépare l’âme

de la matière la plus absolue,

un fantasme trop tangible”

-Suso Sudón, poème “Metamor”-

Coïncider comme par magie

Comme nous l’avons dit précédemment, on aime vraiment qui est préparé à cela, qui a reconnu qu’il ne voulait pas tomber dans les mêmes pièges du passé et qui ose assumer le risque car ce qu’il ressent est plus grand que ses tremblements de peur.

C’est la magie de coïncider avec quelqu’un au moment où on s’y attend le moins et de savoir que le seul choix que l’on a, c’est de tenter quelque chose.

couple-parlant

Il y a celui qui est si avide de se sentir aimé qu’il laisse son cœur se couvrir d’irréalité, il y a celui qui ne s’aime pas lui-même et qui souhaite être aimé, il y a celui qui n’écoute que son esprit pour faire un mouvement et qui oublie l’émotion.

L’amour est formé d’émotions et ne peut pas se mesurer, ni se calculer.

Qui tombe amoureux se rend compte qu’il n’a pas eu à faire d’efforts pour y arriver : car c’était le moment que la vie lui avait réservé. 

 “C’était ton histoire
Elle a croisé la mienne
Tant de gens, tant de gens autour dehors
Et se rencontrer en ce jour-là
« 

-Chanson Se rencontrer par hasard, Macaco-

A découvrir aussi