A tous ceux qui ne sont plus de ce monde : vous nous manquez beaucoup

23 août 2015 dans Emotions 133 Partagés

Je regarde le ciel et j’essaie de te voir parmi toutes ces étoiles, je cherche parmi les ombres ton image perdue.
Je dessine ton visage dans les nuages que je vois passer, voyageant au gré du vent, et, guidé par la lune, je lui demande :
« Où es-tu ? »
Puis ma poitrine s’agite, une larme coule le long de ma joue, et j’ai alors la réponse à ma question : tu n’es plus là, mais tu demeures dans mon coeur.

J’aime me dire qu’il existe un monde parallèle où cohabitent les âmes qui ne sont plus de ce monde, que les nouveaux nés ont quelque chose de ceux qui ne sont plus.

J’aime m’accrocher à l’idée qu’il y a quelque chose ou quelqu’un portant des fragments d’eux, qui me frôle chaque jour.

C’est une façon de faire revivre ceux qui sont partis, ceux que l’on voit dans le ciel, ceux qui, chaque nuit, illuminent notre vie.

On a besoin de sentir leur présence, même si on sait pertinemment qu’ils ne reviendront jamais.

Chaque personne qui nous a quitté est une étoile dans le ciel, une étoile qui ne s’éteindra jamais.

Car les souvenirs des moments passés ensemble demeurent en nous, et même si cette personne n’est plus là, elle représente toujours quelque chose pour nous.

ilustracion-christian-420x299

Comment écrire une histoire quand elle n’est pas encore terminée ?

Quand quelqu’un s’en va, notre vie se paralyse, notre coeur culbute et nous bloque.

Cependant, s’il y a une manière de commencer à écrire notre histoire, c’est avec des larmes et de l’espoir.

Quand une personne meure, elle ne s’en va pas seule. « Elle emporte avec elle une partie de votre âme » pour confectionner ses ailes, et de cette façon elle parvient à voler près de vous.

Son départ nous apprend que ce n’est pas la mort qui nous fait peur. Ce qui nous tourmente le plus, c’est de vivre avec la souffrance de savoir que même si on pleure et que l’on souffre, on ne la reverra jamais.

Cela nous fait peur, très peur. C’est une souffrance qui s’installe au plus profond de nous, dont on ne sait pas comment se débarrasser.

Car finalement, c’est de cette façon que chaque jour, on maintient cette personne vivante, de cette façon qu’on s’accroche à elle pendant quelques mois au moins.

10668581_10203608590589321_1396392750_n-420x271

J’ai grandement besoin d’eux, et je n’arrêterai jamais de rêver de leur présence

On commet l’erreur de penser qu’avec le temps, on arrêtera de souffrir, ce qui peut instaurer en nous un sentiment de culpabilité.

Mais, la perte d’un être cher fait toujours mal, que le temps passe ou non.

Il y a un long chemin à parcourir, et il faut toucher le fond, il faut pleurer, il faut sentir que quelque chose s’est brisé au plus profond de nous-même, que l’autre est parti et qu’il y a donc un avant, et un indésirable après dans notre vie.

Cependant, même si le sentiment de solitude et la souffrance entraînés par la mort d’un être cher ne nous quittent plus, on peut reprendre notre vie en main et retrouver notre envie de vivre.

Malgré la souffrance et la peine, la vie continue, et on doit accepter son départ. Cela passe par un compréhension du sens de la mort, et de celui de la vie.

Se retrouver et admettre qu’une part de notre vie est restée inachevée, ce n’est pas simple.

Les mois passent, et les souvenirs restent, au même titre que les sentiments. On repense à tout ce qui est resté en suspens.

camino-emocional-420x284

Les prendre de nouveau dans nos bras et les faire renaître

Quand la vie vous sépare d’un être cher, se souvenir de son sourire, c’est la meilleure façon d’aller de l’avant.

On donnerait tout pour les sentir de nouveau près de nous, pour les avoir quelques minutes de plus avec nous, pour leur faire part de tout ce qui nous étouffe aujourd’hui.

Mais, on peut surmonter cette situation, et trouver un moyen de cohabiter avec la souffrance et le désir.

La meilleure façon de continuer à aller de l’avant, c’est de réinventer les embrassades, de les transformer en souvenirs, et de s’adresser à eux chaque jour.

C’est pourquoi, notre plus bel hommage consistera à égayer un peu nos journées, en faisant de leur souvenir une partie intégrante de notre bonheur.

A découvrir aussi