8 phrases merveilleuses sur l’amour de Bécquer

· 12 août 2015

Les noires hirondelles reviendront,

Suspendre à ta fenêtre leurs doux nids

Et de nouveau, de l’aile, dans leurs jeux,

Frapperont à ta vitre.

 

Mais celles qui volaient plus doucement

Pour mieux voir ta beauté et mon bonheur,

Celles qui surent ton nom et le mien,

Non, ne reviendront plus.

(…)

 

Bécquer sera toujours à la mode. Lorsqu’on se réfère à l’amour et aux sentiments universels, cet auteur est une référence absolue qui a traversé les époques et les frontières.

Parfois, en lisant seulement quelques vers d’un des innombrables poèmes que l’auteur a dédié à l’étude des sentiments, on peut se sentir soulagé, heureux et identifié.

Car l’amour et tous les autres sentiments forment un langage que nous entendons tous de la même manière.

Qui n’a jamais souffert à cause de l’amour ? Qui n’a jamais senti son cœur se briser sous l’effet d’un sentiment trop violent ? Qui ne s’est pas senti seul, abattu et vaincu ?

C’est pour cela que dans cet article, nous allons vous parler des meilleurs vers de l’un des plus grands écrivains de l’âme humaine, Gustavo Adolfo Bécquer.

1. “Dis-moi, est-ce le vent qui dans ses boucles se plaint, ou sont-ce tes soupirs qui me parlent d’amour en passant ? »

Cette phrase peut paraître un peu désuète, mais elle décrit à la perfection les premiers temps de l’amour, une période durant laquelle nous sommes parfois un peu trop fleur bleue. N’avez-vous jamais été comme ça?

Réfléchissez un peu à toutes les choses que vous avez pu dire dans les premières phases de votre amour, ou ce que vous avez pu raconter à vos amis en parlant de la personne dont vous veniez de tomber amoureux.

2. « Je t’aime encore tant ! Tu as laissé dans ma poitrine des traces si profondes ».

L’amour fait vraiment très mal. Si nous lisons cette phrase seul, sans personne à nos côtés, il est possible que nous sentions remonter en nous toutes nos souffrances amoureuses du passé.

3.”Tu étais l’océan et moi la roche dressée qui fermement contenait ton va-et-vient. Tu devais me briser ou m’arracher. Notre amour était impossible ! » 

Parfois, l’amour ne peut pas être. Nos différences, au lieu de nous compléter, nous éloignent chaque jour un peu plus, jusqu’à faire de nous, deux personnes complètement étrangères.

Il ne reste plus qu’à se souvenir des bons moments avec nostalgie, une petite larme à l’œil sortant timidement lorsque nous écoutons une chanson particulière, ou lorsque nous lisons ces phrases.

4.”Le Soleil pourra s’assombrir éternellement, la mer pourra sécher en un instant […] mais la flamme de ton amour jamais ne pourra s’éteindre en moi » 

Certaines amours durent toujours, même si le temps passe et que les vies changent.

5.”Tu dis que tu as un cœur, mais tu le dis seulement parce que tu sens ses battements. Ce n’est pas un cœur, mais une machine qui aux mouvements du compas répond par un bruit ». 

Lorsque nous sommes blessés profondément par une personne, lorsqu’elle nous a fait beaucoup de mal, nous ressentons le fait qu’elle n’a pas de cœur.

6. “Celui qui a de l’imagination peut facilement faire naître un monde du néant. » 

Ce ver fait référence aux poètes, aux écrivains, aux peintres et à tous les artistes. Il est incroyable de voir comment à partir de rien, ils peuvent créer d’authentiques œuvres d’art qui vont émouvoir le monde entier.

7. “Aujourd’hui comme hier, demain comme aujourd’hui, toujours le même ! »

Lorsqu’on se sent triste et qu’on pense que rien n’a de solution, notre vie peut paraître la même tous les jours.

Laissez passer ce genre de pensées et attendez d’être un peu plus serein pour essayer de changer votre vie. Soyez heureux et gardez à l’esprit que tout disparaît un jour !

8. “La solitude est plus belle lorsqu’on a près de soi quelqu’un à qui la dire. »

Nous avons tous besoin de solitude. Nous devons tous profiter des moments que nous passons seuls avec allégresse : loin du bruit et des préoccupations, nous pouvons être heureux.

Mais nous parlons ici de celle que nous choisissons de vivre pendant une courte période, et pas de celle qui nous est imposée.