7 types habituels de violence auxquels nous devons faire face

27 août 2017 dans Emotions 166 Partagés

La violence est l’une de ces épidémies qui ne connaît que peu de limites ou de frontières. Malheureusement, elle a beaucoup de visages et nous pouvons la retrouver à n’importe quel endroit de la planète. Que ce soit des formules à travers lesquelles on nous demande ou réclame des choses, ou des guerres dévastatrices qui volent des centaines de vies à beaucoup trop d’endroits. Même si nous ne participons pas directement à ces dernières, nous en sommes bien témoins et elles finissent toujours par nous affecter à différents degrés.

Il semble que l’agressivité, ou du moins une partie de cette dernière, soit inscrite dans notre héritage génétique ; cependant, la violence, qui est une forme de manifestation de cette agressivité, est culturelle. Elle s’apprend et se reproduit (et, par conséquent, s’enseigne et est validée). Mais, pour les mêmes raisons, elle peut aussi se désapprendre et cesser d’être fomentée.


“La violence est la peur des idéaux des autres.”

-Mahatma Gandhi-


L’une des étapes les plus importantes consiste à identifier les formes qu’elle adopte pour se manifester. Nous allons donc, par la suite, dresser un petit inventaire de ses mises en scènes les plus habituelles.

1. Violence économique

Ce type de violence a deux visages. L’une est la violence directe, l’autre la violence cachée. La violence économique directe est celle qui s’exerce ouvertement contre vos biens ou votre patrimoine. Ce sont les vols, les arnaques, les escroqueries et toutes ces actions qui finissent par affecter vos finances de façon illégale et injuste.

La violence économique cachée correspond aux mécanismes internes du système économique qui affectent vos intérêts. Elle survient quand, par exemple, dans la dynamique du marché du travail, les salaires baissent et vous vous voyez obligé-e de faire face à une concurrence déloyale (d’autres qui touchent moins d’argent et sont embauché-e-s plus rapidement). Elle apparaît également, bien évidemment, quand des mesures censées être équitables sont imposées mais, en réalité, servent les intérêts d’autres personnes.

2. Violence politique et institutionnelle

La violence politique comprend tout l’ensemble des pratiques que peut suivre un certain parti politique pour nuire à vos intérêts. Il peut aussi s’agir de pratiques dans lesquelles vous êtes utilisé-e comme instrument. Par exemple, comme quand vous êtes membre d’un parti et, en même temps, victime d’une classe politique corrompue.

La violence institutionnelle est liée aux maltraitances et abus dont on peut être victime, en lien avec une certaine institution. Ce peut être le cas d’un service fourni à moitié ou mal fourni, qui vous cause des préjudices. Ce peut aussi être la violence dans les institutions médicales où, très souvent, on ignore ou minimise votre douleur.

3. Violence sexuelle et/ou de genre

Même si nous nous trouvons en plein XXIème siècle, la violence contre les femmes persiste. Et, encore pire, elle a même augmenté dans certains cas. Ce type d’agression a des motivations de genre. Cela veut dire que cette violence est infligée parce que la femme fait ou ne fait pas ce que les hommes, ou d’autres femmes, attendent ou exigent d’elle.

Les hommes aussi sont victimes de violence sexuelle et émotionnelle de la part des femmes et d’autres hommes. Parfois, des préjugés ou des rejets apparaissent tout simplement parce qu’ils sont des hommes. Malheureusement, on a aussi vu augmenter le nombre de plaintes pour abus sexuels sur mineurs par des femmes.

4. Violence culturelle

La publicité, en grande partie, propose un style de vie que beaucoup finissent par copier. On la considère comme une forme de violence dès qu’elle instaure une sorte d’hégémonie qui finit par alimenter l’intolérance et le mépris pour les modèles de réalité ou de vie qui ne s’ajustent pas au stéréotype dont on fait la promotion.

Ainsi, il y a encore beaucoup de sociétés dans le monde qui approuvent et légitiment la violence contre certains secteurs de la population, collectifs ou minorités. Dans cette catégorie entre la persécution entreprise contre les ethnies, la communauté LGBT, etc.

5. Violence religieuse

Il y a énormément de groupes religieux et de sectes qui opèrent aujourd’hui dans le monde et qui luttent pour gagner du pouvoir et des adeptes. Même si certains d’entre eux peuvent être une véritable expression de foi, l’intérêt que l’on retrouve derrière beaucoup de ces groupes est l’intérêt économique des personnes qui dictent et gèrent les commandements de cette foi, en n’hésitant pas à jouer avec les espoirs des personnes qui les suivent.

Ces sectes se servent de la peur et de la confusion de leurs adeptes pour leur extirper de l’argent, que ce soit de façon directe ou indirecte (par leur travail ou par leur disposition à trouver davantage d’adeptes). Ce sont normalement des personnes qui émettent des messages macabres sur la fin du monde et la destruction de la race humaine. À partir de ces messages et en utilisant la peur qu’ils peuvent parvenir à inspirer, elles brisent la volonté des croyant-e-s et obtiennent tout ce qu’elles veulent d’elleux.

6. Cyberbullying

Avec l’apparition des réseaux sociaux a commencé à proliférer une nouvelle forme de harcèlement. D’une manière ou d’une autre, les nouvelles technologies facilitent le travail des harceleur-se-s, puisqu’elles fournissent un anonymat aux plus lâches. Par ailleurs, les législations des différents pays ne sont pas encore très claires sur ce sujet et c’est pour cette raison que beaucoup de comportements violents restent impunis.

De la même façon, la possibilité de capter des images et de les émettre en temps réel est à la portée de tou-te-s ; une possibilité utilisée par beaucoup et qui a donné lieu à de nouvelles formes de violence. L’une d’elles est que, très souvent, quelqu’un peut vous enregistrer et diffuser la vidéo sur les réseaux sociaux, en utilisant votre image comme une farce ou en essayant de montrer qu’un comportement isolé est quelque chose qui vous définit. Au moment où vous détectez cette vidéo et exigez de faire valoir vos droits, il est possible que des milliers de personnes l’aient déjà vue et en aient tiré des conclusions biaisées.

7. Violence informative

L’agenda de beaucoup de médias inclut une bonne dose de nouvelles violentes. Il semblerait que plus l’information est terrifiante et plus elle produit d’impact et attire de spectateur-trice-s. Parfois, regarder un journal télévisé ou ouvrir un journal revient à recevoir un débit de données qui, en raison de leur choix et de leur diffusion, modifient totalement l’image qui nous parvient de la réalité.

Le pire étant que, si les médias les offrent, c’est parce qu’il y a un public qui les consomme. Ce public, d’une certaine façon, s’est habitué à l’impact produit. Par conséquent, les médias sont toujours à l’affût de cette information qui dépassera la précédente au niveau de l’impact. La douleur, la mort, les tortures et toutes sortes de faits terribles se sont peu à peu transformées en spectacle.

Les types de violence mentionnés sont seulement certaines formes d’expression de cette dernière. La liste entière est beaucoup plus longue. Nous avons cependant exposé les principaux types de violences collectives qui, en raison de leur magnitude et de leur portée, finissent par tou-te-s nous influencer.

A découvrir aussi