7 droits que pratiquent les personnes positives

· 14 janvier 2018

Les droits que pratiquent les personnes positives sont basées sur le principe de la loyauté envers soi-même et du respect des autres. Un exercice d’Intelligence Emotionnelle à travers duquel se définir avec authenticité est celui qui consiste à nous dire « C’est moi, c’est ce que je pense, c’est ce que je veux et ce que je ressens ».

Tacite, le célèbre historien de l’Empire Romain disait que rien ne peut offrir plus de bonheur à l’être humain que le fait de vivre enfin à l’époque où il est possible de penser ce qui est désiré et de dire ce qui est pensé. En revanche, le plus étrange de tout cela est que, bien que nous vivions dans une époque où nous disposons de canaux multiples pour nous exprimer, nous ne le faisons toujours pas précisément bien.

« La positivité n’est pas ce que tu fais, c’est ce que tu es. »

-Cal Le Lun-

Pensons à cela un moment. Si quelque chose est réellement présent en abondance dans notre quotidien, c’est bien la communication agressive, bien que nous ne puissions pas non plus oublier la communication passive. Nous ne sommes pas toujours complètement sincères ou capables de défendre nos droits personnels.

Trouver cet équilibre idéal permettant de ne pas dériver ni dans l’agressivité, ni dans la passivité est plus difficile que ce que nous pourrions l’imaginer. Ainsi, le psychologue Daniel Ames de l’Université de Colombie nous le démontre par exemple. La majorité d’entre nous, selon les propos du chercheur, n’avons pas les idées claires sur le sujet, au point de penser que pour nous imposer dans un contexte quelconque ou même pour diriger, nous devons être « agressifs ».

C’est une erreur. En fait, le type de profil qui parvient à atteindre le plus grand succès et la plus grande quantité de bonheur personnel est celui qui se caractérise par une personnalité relaxée, positive et intuitive.

positivité

1. Droits que pratiquent les personnes positives : exprimer les opinions et les sentiments

Les droits que pratiques les personnes positives ne sont pas mis en place du jour au lendemain. Personne n’arrive dans ce monde avec la notice de la positivité installée préalablement. Bien que toutes ces pratiques devraient nous être enseignées aussi bien à la maison qu’à l’école, cela ne se fait pas toujours ou cela n’est pas mené de la bonne manière.

Savoir exprimer ses opinions sans peur ou sans nous impliquer violemment dans la réalité est en fait un art que nous améliorerons jour après jour. Pour cela, il faut faire preuve de volonté et avant tout en prendre conscience dans nos contextes vitaux (école, famille, amis, travail, partenaire). Il est essentiel de savoir communiquer sur ses émotions, ses idées, ses sentiments…

En fait, lorsque nous ne le faisons pas, lorsque nous nous laissons submerger, lorsque nous gardons le silence sans céder, il est fort possible que tôt ou tard nous dérivions vers une attitude agressive face à une telle charge stockée et supportée.

2.Droit de ne pas avoir besoin de l’approbation d’autrui

Nous avons tous besoin de s’adapter à nos premières années d’enfance et d’adolescence. Au cours de cette étape, nous pensons que la « survie » et le bonheur dépendent de cette adaptation. En revanche, à mesure que nous gagnons en maturité, nous nous rendons compte du fait que la vie ne fonctionne pas de cette manière. L’harmonie ne se trouve pas dans le fait de se trouver dans cette partie multi-usage qui s’adapte avec force à tous les scénarios.

Le bien-être se trouve dans le fait d’être la meilleure partie pour soi-même, en étant cohérent, en maintenant la dignité. Ainsi, ladite cohérence se mène en conservant cet équilibre entre ce que l’un ressent et fait, ce qu’il pense et ce qu’il dit. Nous n’avons pas besoin d’autant nous obséder à plaire aux autres, à ce que nos actes et opinions soient du goût de tous.

faire ce qui nous plait

3.Droit de ne pas nous rendre responsables des autres

Parmi les droits pratiqués par les personnes positives se trouve le principe sain de ne pas se rendre responsable de tout ce que les autres disent, font, pensent ou nécessitent.

Nous nous rendrons responsables de nous-mêmes, mais au-delà de cette frontière, ce n’est pas de notre ressort d’être en attente des scénarios psychologiques qui ne nous concernent pas, qui ne sont pas les nôtres…

4.Droit de commettre des erreurs

Parmi les droits positifs dont chacun dispose, il y a la permission de commettre des erreurs. Qui a dit que nous devions être infaillibles ? Nous ne le sommes pas, nous avons la liberté absolue de commettre une, dix ou vingt erreurs. Maintenant, c’est notre obligation d’apprendre de ces erreurs et notre propre responsabilité de faire mieux la fois suivante.

5.Vous avez le droit de dire « je ne sais pas »

Ne pas savoir n’est pas un crime, ni un attentat à la dignité personnelle, ni une preuve de manque d’efficacité. Tout apprentissage commence avec la prise de conscience de l’inconnu et le fait de savoir dire à voix haute que nous ne savons pas quelque chose nous offre l’opportunité d’être meilleurs. N’ayons donc pas de doute à demander chaque fois que nous avons besoin de savoir quelque chose, d’éclaircir un détail ou de nous permettre d’être aidé par un expert.

6.Droit de changer d’opinion

« Mais ne disais-tu pas que cela te plaisait et que tu étais d’accord avec cela ? Mais ne disais tu pas avant que ton rêve était de faire cela ?… »

Nous nous sommes déjà tous retrouvés dans cette situation, celle d’être face à quelqu’un qui, confus, ne comprend pas que nous puissions désormais voir ou ressentir la vie d’une autre manière. Nous devons comprendre que changer d’opinion, avoir d’autres goûts, défendre d’autres causes n’est pas toujours signe d’instabilité ou d’incohérence. Les personnes gagnent en maturité, et croître c’est prendre en compte d’autres perspectives qui nous sont plus utiles…

Ainsi, parmi les droits que pratiquent les personnes positives se trouve l’opportunité de changer d’opinion lorsqu’elle se créé ou se considère. En fin de compte, être réceptif au changement est ce qui nous permet d’avancer avec un meilleur aplomb et une plus grande sagesse.

changer d'opinion

7.Droit d’être fiers de nous-mêmes

Personne n’a davantage le droit de célébrer les réussites, les victoires et même l’objectif atteint « d’être et d’exister » que nous-même. Apprécier ce que nous sommes est une partie de la célébration de la vie. Nous sommes un cadeau précieux que nous n’identifions pas toujours en tant que tel et nous sentir fiers de nous-mêmes est également un droit positif.

Le faire, nous dire à quel point nous avons de la valeur et nous auto-offrir des mots positifs n’est pas un acte vaniteux ou égoïste, bien au contraire. En fait, n’ayons aucun scrupule à vouloir chaque cellule, chaque nuance et chaque fibre de cette personne qui chaque jour se reflète dans nos miroirs…

Pour conclure, ces droits que pratiquent les personnes positives sont sans doute des outils de bien-être et de santé psychologique que nous devrions tous utiliser. Faisons-en usage, prenons les en considération et pratiquons ces exercices d’auto-respect et de respect d’autrui.