6 façons d'augmenter votre taux d'endorphines

11 février, 2021
Comment augmenter les endorphines ? Nous vous proposons six façons de le faire, qui vous donneront également un grand sentiment de plaisir et de satisfaction. Prenez-en note !

Les endorphines sont des substances libérées dans le cerveau à certains moments et un sentiment de bien-être, de joie, d’euphorie ou de satisfaction. Leurs effets sont, qui plus est, considérés comme similaires à ceux des opiacés : elles agissent comme des analgésiques.

Sur un plan plus technique, les endorphines sont des peptides opioïdes endogènes qui fonctionnent comme des neurotransmetteurs, c’est-à-dire qu’ils permettent la communication entre les neurones. Elles sont produites par l’hypophyse et l’hypothalamus lors des moments d’excitation ou de plaisir.

Comment augmenter les endorphines ? Cela peut-il se faire par des actions quotidiennes ? Eh bien oui, c’est possible ! Découvrez ci-après six façons d’augmenter naturellement votre taux d’endorphines.

Comment augmenter les endorphines ?

Comme nous le verrons, nous pouvons augmenter naturellement les endorphines par différents types d’actions. Examinons quelques-unes d’entre elles.

Une femme qui court à l'air libre.

Faire de l’exercice physique favorise la libération d’endorphines

La pratique d’un exercice physique est l’un des moyens d’augmenter les endorphines. Vous pouvez le faire en courant, en dansant, en patinant, en nageant, en faisant du vélo… ou simplement en marchant. La variété des sports est infinie ! Ce qui compte, c’est que votre corps travaille dur pour libérer ces endorphines.

Manger du chocolat

Nous pouvons également augmenter les endorphines avec la nourriture, par exemple avec le chocolat. En fait, au-delà du fait qu’il contribue à favoriser la libération d’endorphines, certaines études suggèrent que le chocolat a des propriétés antidépressives importantes (en particulier, le cacao pur).

L’University College London a mené une étude à ce sujet. Cet étude suggère que les personnes qui mangent du chocolat noir ont moins de symptômes dépressifs.

“Ce qui commence sucré, finit sucré. Et ce qui commence amer, devient sucré.”

-Anonyme-

Écouter de la musique

Écouter de la musique est une autre façon de stimuler les endorphines. “La musique adoucit les mœurs”, mais elle stimule aussi les états émotionnels positifs. Tout dépend de la chanson que vous mettez, mais il est évident que la musique a un pouvoir indéniable sur nos émotions, et qu’elle est capable de favoriser la libération d’endorphines.

Si vous écoutez aussi la musique de manière “active”, c’est-à-dire en écoutant attentivement  les paroles et la mélodie, ses effets peuvent être plus puissants. D’autre part, n’oublions pas que la musicothérapie existe, une thérapie où la musique est utilisée pour améliorer l’état de santé et le bien-être de la personne.

“La musique est le médiateur entre le monde spirituel et le monde des sens.”

-Ludwig Van Beethoven-

Souriez !

Le rire et le sourire peuvent également augmenter les endorphines, car les émotions positives sont fortement corrélées avec ce type de substance. En outre, le rire a également été lié à l’amélioration de certaines maladies.

C’est pourquoi il existe une thérapie par le rire, laquelle vise à générer des états mentaux positifs par le rire et à améliorer l’humeur des gens. D’autre part, s’entourer de personnes positives qui sourient souvent peut faciliter l’apparition d’états positifs en soi.

“Il est plus facile d’obtenir ce que vous voulez avec un sourire qu’avec la pointe de l’épée.”

-William Shakespeare-

Se souvenir des moments heureux libère des endorphines

Se souvenir de moments ou de moments précis qui nous ont procuré satisfaction et bonheur peut également augmenter les endorphines. En effet, la mémoire a une très forte influence sur nos émotions.

De plus, les souvenirs chargés d’émotions sont mieux conservés que les souvenirs “neutres”. Revivre un moment heureux (qui a généré des endorphines en son temps) en puisant dans la mémoire, c’est presque comme le revivre dans sa propre peau (comme si cela se reproduisait).

Enfin, nous savons que les endorphines ont une relation étroite avec les émotions. Par leur libération, nous ressentons un important sentiment de bien-être.

Selon une étude de Hamann (2001), les émotions sont un filtre puissant pour notre attention : elles mettent en évidence les stimuli qui peuvent mettre en danger ou favoriser la survie. De plus, selon Zajonc (1980), c’est précisément la raison pour laquelle les réponses affectives sont évolutionnellement plus précoces ou plus élémentaires que les réponses cognitives.

“Pouvoir profiter des souvenirs de la vie, c’est vivre deux fois.”

-Anonyme-

Une femme qui pense à des souvenirs heureux.

Avoir une bonne activité sexuelle

Par le sexe, nous libérons aussi des endorphines, et en grande quantité ! C’est logique, car c’est un moment particulièrement excitant, surtout pendant l’orgasme.

Selon le NHS (National Health Service), en plus de libérer des endorphines, pendant les rapports sexuels, nous utilisons tous les groupes de muscles, le cœur et les poumons travaillent dur et nous brûlons environ 300 calories par heure. C’est presque mieux que l’exercice physique !

Tomber amoureux

Vous voulez augmenter vos endorphines ? Alors tombez amoureux ! Bien sûr, on ne décide pas de tomber amoureux… Mais sachez que lorsque nous tombons amoureux, nous libérons une grande quantité d’endorphines. Quand on tombe amoureux, un grand cocktail est produit dans le cerveau qui nous secoue et nous fait sentir un peu étourdi pendant cette étape.

Fait curieux, une étude (2020) réalisée par l’université Johns Hopkins, publiée dans la revue Psychological Science, a montré que le choix conditionne les préférences futures, ou du moins c’est ce qui se passe avec les bébés. Selon l’étude, nous tombons amoureux de ce que nous choisissons (pas seulement d’un partenaire, mais de la passion pour quelque chose en général).

Comme on peut le voir, il existe différentes façons d’augmenter les endorphines. Leur libération est liée à des moments de plaisir, de jouissance et d’excitation.

En outre, lorsque nous accomplissons des actions qui impliquent la libération de cette substance, nous devenons “accros” à celle-ci ; c’est-à-dire que tout ce qui produit du plaisir est susceptible de générer une dépendance. Cela est dû au fait qu’une série de structures et de mécanismes sont activés dans le cerveau qui nous donnent envie de répéter. Le plaisir crée une dépendance !

“La vie est faite de petits plaisirs.”

-Paulo Coelho-

  • R.B. Zajonc. (1980). Feeling and thinking: preferences need no inferences. Am Psychol, 35: 151-175.
  • S. Hamann. (2001). Cognitive and neural mechanisms of emotional memory. Trends Cogn Sci, 5: 394-400.
  • Silver, A. M. et al. (2020). When Not Choosing Leads to Not Liking: Choice-Induced Preference in Infancy. Psychological Science.