5 films pour comprendre l’anorexie

27 février 2018 dans Cinéma 16 Partagés
jeune fille

Sous l’étiquette de troubles du comportement alimentaire est englobée une série de troubles liés à la façon de s’alimenter de la personne qui en souffre, une façon influencée ou conditionnée par différentes variables psychologiques. Quelques-unes de ces variables sont extrêmement connues : estime de soi, anxiété, image corporelle…

L’anorexie et la boulimie sont probablement les plus connus mais pas les seuls. Il s’agit de troubles qui commencent normalement à l’adolescence et dont il est très difficile de sortir. Par ailleurs, leur prévalence est plus élevée chez les femmes, même s’il y a tous les jours de plus en plus d’hommes qui ont besoin d’aide en raison d’un trouble de ce groupe.

Les problèmes de santé qui peuvent surgir de ce type de troubles sont multiples et sont habituellement accompagnés d’un autre type de troubles et de maladies: les patients souffrent fréquemment de dépression, d’anxiété, de troubles de la personnalité, en plus d’une diminution de la fréquence cardiaque, d’une perte de cheveux et d’une augmentation du duvet, d’une sécheresse de la peau, d’une déshydratation, de fatigue, etc.

Quelles sont les causes de ces troubles ?

Les causes peuvent être très diverses et varient d’une personne à une autre. Nous parlons, en général -comme nous l’avons dit précédemment, chaque cas est unique- de personnes qui manquent d’estime d’elles-mêmes, qui sont très perfectionnistes et exigeantes, qui peuvent rencontrer des problèmes dans leur cercle familial ou amical, etc. Il n’y a pas de facteur unique.

Ce sont des troubles qui ont toujours existé et qui se sont manifestés sous diverses formes; or, cela ne maquille pas le fait que, lors des dernières décennies, leur incidence sur la population a nettement augmenté. Ainsi, le monde de la mode, les très durs et stricts canons de beauté ou l’exposition continue de la société actuelle sont peut-être les principaux facteurs responsables de cette augmentation.

L’influence du cinéma sur les troubles du comportement alimentaire

La beauté canonique des femmes minces a depuis longtemps dépassé les limites du “politiquement sain”. Les contraintes fixées par les médias sont si fortes que, très souvent, nous sommes conditionnés pour penser qu’il est correct et normal d’être extrêmement minces. Le problème est que les médias ne reflètent pas la réalité des personnes : nous ne sommes pas tous égaux et normaliser l’extrême minceur peut produire de sérieux problèmes pour la population.

Ainsi, il est important que le cinéma et les médias tracent un chemin vers la prise de conscience et ne soient pas un miroir-piège à travers lequel se reflète une image biaisée de la réalité. Au fond, le problème en soi n’est pas l’image altérée mais la publicité qui en est fait. Cette image apparaît comme idéale, désirable et normale. Pensons un moment aux corps des grandes étoiles d’Hollywood. Combien nous représentent ? Combien se rapprochent de notre propre réalité ?

eight col to the bone

Il est difficile de ne pas voir, à travers le cinéma, une représentation non-biaisée de la réalité car nous ne voyons que peu d’acteurs qui sortent du canon de beauté imposé. Nous idéalisons des personnages, des acteurs, des mannequins et, par conséquent, nous voulons leur ressembler: il s’agit d’une chose très dangereuse, surtout pour les plus jeunes. Il n’est pas étrange de voir un grand nombre de célébrités avouer avoir souffert d’anorexie ou de boulimie. C’est par exemple le cas d’Allegra Versace, de Mary-Kate Olsen, de Victoria Beckham, de Lady Gaga ou d’Elton John.

Par ailleurs, il est fréquent de lire dans la presse des gros titres qui critiquent une célébrité à cause de sa prise de poids. Pensons au cas de Christina Aguilera, il y a quelques années, qui a voulu mettre les régimes de côté et a pris quelques kilos. Elle fut énormément critiquée à cause de cela. Si une actrice ou un acteur (ou, dans ce cas, une chanteuse) prend ou perd du poids, elle/il sera durement critiqué-e car il semble que son image est presque plus importante que sa qualité d’interprétation.

“La perfection est une belle collection d’erreurs.”

-Mario Benedetti-

Représenter l’anorexie au cinéma

Si nous voulons refléter la réalité au cinéma, nous devons chercher des acteurs et des actrices qui s’en rapprochent, qui, physiquement, ressemblent davantage au commun des mortels. Mais que se passe-t-il quand nous voulons faire un film qui traite de l’anorexie ?

Certains problèmes apparaissent au moment de représenter l’anorexie au cinéma ; il est vrai que nous ne trouvons pas beaucoup d’exemples et que la majorité sont résiduels, avec des personnages qui souffrent d’anorexie ou de boulimie mais qui ne sont pas suffisamment exploités. Peu de films abordent ce sujet en l’approfondissant réellement.

Il est très compliqué et délicat de traiter en profondeur ce type de maladie car chaque cas est distinct. En outre, pour les acteurs, cela suppose une perte de poids conséquente en raison des exigences du scénario et cela n’est pas vraiment bénéfique pour leur santé. Même si les films sont peu nombreux, voici une petite sélection de cinq films qui ont eu l’intention de déboucher sur une prise de conscience à propos de ce problème :

1. Primo Amore

Il s’agit d’un film italien de 2004, qui narre un autre point de vue de l’anorexie. Dans ce cas, il s’agit d’une obsession masculine pour des femmes extrêmement maigres. Vittorio est un homme obsédé par la perfection, qui souhaite rencontrer une femme correspondant à ses goûts, c’est-à-dire une femme extrêmement mince.

Il rencontrera rapidement Sonia et, même si elle n’a pas le poids qu’il aimerait, ils tombent amoureux et décident d’entamer une relation. Sonia perdra du poids par amour mais la suite est un véritable cauchemar. Le film nous plonge dans l’enfer de l’anorexie mais à partir d’un point de vue différent. Il ne traite pas seulement d’anorexie mais aussi d’idéalisation.

primo amore

2. Une vie volée

Il s’agit d’un film de 1999 dans lequel le personnage principal est interprété par Winona Ryder. Les troubles du comportement alimentaire ne constituent pas le centre de l’intrigue mais plutôt un ensemble de troubles de tout type qui, dans ce cas, sont liés à l’adolescence, un moment plein de doutes et d’insécurités au cours duquel les premiers symptômes apparaissent habituellement. On y voit apparaître des personnages qui souffrent d’anorexie et de boulimie. Le personnage de Daisy se détache, une jeune fille qui souffre de boulimie et a été victime d’abus sexuels.

une vie volée

3. Malos hábitos

Il s’agit d’un film mexicain de 2005 qui se centre sur une famille complète, dans laquelle nous retrouvons divers troubles du comportement alimentaire et qui réalise une critique âpre de l’imposition de canons de beauté. Dans ce cas, ce sera la mère qui aura honte du poids de sa fille. Il s’agit d’un film qui traite aussi le sujet d’une façon un peu différente.

malos habitos

4. Thin

Il ne s’agit pas vraiment d’un film mais plutôt d’un documentaire. Il mérite toutefois une place dans cette sélection. C’est un documentaire qui approfondit réellement le thème de l’anorexie et de l’obsession pour l’image dans la société actuelle. Il nous invite à nous poser des questions sur la façon dont nous contribuons à ces canons de beauté.

5. To the bone

C’est un film de Netflix qui est sorti pour la première fois au festival Sundance en 2017. Le film a été plongé dans une grande polémique car on l’a jugé trop “tendre” pour traiter d’un sujet aussi sérieux. Cependant, nous pensons qu’il atteint son objectif et qu’à travers Ellen, une jeune fille qui souffre d’anorexie, nous découvrons d’un peu plus près la dure lutte qui est menée et qui, parfois, n’est pas aussi efficace que nous le voudrions.

En tant que fait curieux, il faut souligner que l’actrice qui interprète Ellen, Lily Collins, a avoué avoir souffert d’anorexie et être guérie; or, quand elle a du perdre du poids pour le film, sa maigreur extrême a été saluée. Par conséquent, une fois de plus, nous assistons à cette normalisation, voire ce renforcement, si dangereuse dont nous parlions plus tôt.

“Un jour, je suis sortie de mon appartement et quelqu’un que je connais, de l’âge de ma mère, m’a dit: “Wow, regarde-toi!”. J’ai essayé de lui expliquer que j’avais maigri pour un rôle mais elle a poursuivi en disant “Je veux savoir comment tu fais, tu es magnifique!”. Je suis alors montée dans la voiture avec ma mère et je lui ai dit: “Voici la raison pour laquelle ce grand problème existe.”

-Lily Collins-

A découvrir aussi