Je t’aime comme l’on aime certaines choses obscures, de façon secrète

· 4 mars 2016

J’aime ton danger, ta tristesse, ta solitude, chaque recoin de ton âme et de ton esprit. J’aime la façon dont tu me regardes, dont tu me caresses, dont tu m’embrasses.

Je sais qu’à travers chacun de tes sourires se cache un monde entier de possibilités, que j’apprend à épier derrière tes cils.

Je t’aime en secret, dans un équilibre impossible entre la raison et le coeur. Si mon coeur dit qu’il t’aime, ma raison le niera à jamais.

Cependant, les battements de mon coeur ne permettront pas d’oublier ce que je ressens, car je ne peux pas laisser de côté l’émotion de te regarder.

Ce secret est le mien, ou le nôtre, mais nous savons bien qu’il existe sans avoir à prononcer un seul mot, sans le dévoiler. Les rêves déposés sous l’oreiller me les susurrent à l’oreille chaque nuit.

“L’amour naît du désir soudain de rendre l’éphémère éternel.”
-Ramón Gómez de la Serna-
couple heureux

Je t’aime sans savoir comment, ni quand, ni d’où

Je ne sais pas quand j’ai commencé à t’aimer, je m’en suis à peine rendu compte, je n’ai pas réfléchi, j’ai juste senti peu à peu que je pouvais aimer chaque bout de tes doigts, chaque mot que tes lèvres prononçaient, chacune des parfaites imperfections de ton corps.

Je ne me souviens pas du moment précis où je suis tombée amoureuse de toi, car ton sourire m’a fascinée tellement de fois que j’ai pu voir le monde différemment en plongeant dans ton regard à plusieurs reprises, sans plus jamais pouvoir te regarder de la même façon.

Je ne sais pas comment cet amour s’est intensifié, se nourrissant de ta façon d’avancer dans le monde, d’aller de l’avant et de me montrer que la vie est tout ce qui compte : le ciel au-dessus de nos têtes, le vent qui s’engouffre dans les arbres…

“N’aies pas peur du destin, n’aies pas peur de la distance. Mon coeur est ton âme, car je suis toujours très près de ton amour.”
-Celeste Carballo-

Je t’aime sans savoir où je suis, où tu es, où tout cela a commencé. Peut-être que cela à débuté dans le coin de tes lèvres, dans le creux de ton cou, dans le monde que tes rêves créent.

Peu importe, car c’est un endroit, ou peut-être cent, mais ce sont eux qui m’ont appris à te voir tel que tu es et à me voir telle que je suis.

Je t’aime directement sans problèmes ni orgueil

La fierté n’existe pas, parce que je t’aime même si je ne peux pas t’avoir, car ton bonheur est le mien. Même si tu n’es pas près de moi, je sais que tes pensées se tourneront vers moi et que pendant une seconde elles dessineront un merveilleux sourire sur ton visage.

Je ne dépends pas de l’amour que je ressens pour toi, je ne dépends pas de toi non plus, je t’aime, tout simplement.

Je ne souhaite pas te posséder car j’adore ta façon d’être libre et de me laisser l’être à mon tour. La liberté dont je profite est celle de t’aimer sans attaches, sans contrats indéfinis.

Même sans être ensemble nous sommes tout, car nous ne dépendons pas de l’autre mais que nous nous respectons.

couple regardant les etoiles

Aussi près que tes yeux se ferment sur mon rêve

J’admire ton courage lorsque tu révèles au monde ta fragilité, ta vulnérabilité, sans peur, en sachant qu’il existe un risque que tu assumes sans crainte, car c’est ça vivre pleinement.

Tu montres ce qui te fait mal, ce qui te préoccupe, tu pleures et tu ris, tu prends dans les bras, tu te mets en colère et chaque atome d’air qui t’entoure reçoit ton énergie, ta vitalité, tout comme moi je les reçois.

La combinaison que nous avons obtenue est belle, même lorsque tu ne me regardes pas tu peux me voir, même lorsque je rêve tu fermes les yeux pour faire voler ton imagination.

Avec un seul regard nous sommes capables de nous dire mille chose ou aucune, nous pouvons nous prendre dans les bras ou nous embrasser, grâce à un simple échange dans l’air entre tes yeux et les miens.

Si tu es à quelques centimètres de moi, si tu t’éloignes à des milliers de kilomètres, si je ne te vois pas, si je ne t’entend pas, si je ne sens pas ta peau, peu importe.

Car le vent portera jusqu’à moi le souvenir de ton sourire, de ce que tu m’as appris, de ce que j’ai appris de toi, de la façon dont je t’aime.

“Je ne t’aime pas comme rose de sel, ni topaze
Ni comme flèche d’oeillets propageant le feu:
Je t’aime comme l’on aime certaines choses obscures,
De façon secrète, entre l’ombre et l’âme.

Je t’aime comme la plante qui ne fleurit pas
Et porte en soi, cachée, la lumière de ces fleurs,
Et grâce à ton amour dans mon corps vit l’arôme
Obscur et concentré montant de la terre.

Je t’aime sans savoir comment, ni quand, ni d’où,
Je t’aime directement sans problèmes ni orgueil:
Je t’aime ainsi car je ne sais aimer autrement,

Si ce n’est de cette façon sans être ni toi ni moi,
Aussi près que ta main sur ma poitrine est la mienne,
Aussi près que tes yeux se ferment sur mon rêve. 

-Pablo Neruda-