Walter C. Langer, le psychanalyste freudien qui a dressé l'analyse d'Hitler

Walter C. Langer fut le psychanalyste chargé d'établir le profil psychologique d'Adolf Hitler. Le travail de ce psychologue de l'Université d'Harvard a été déterminant pour prédire certains événement du führer qui se sont ensuite réalisés.
Walter C. Langer, le psychanalyste freudien qui a dressé l'analyse d'Hitler

Dernière mise à jour : 11 juillet, 2021

Walter C. Langer était un psychanalyste de l’Université d’Harvard qui s’est vu confier une tâche très particulière par le Bureau des Services Secrets des Etats-Unis en 1943. Il devait préparer une analyse psychologique sur Adolf Hitler.

Ces travaux ont révélé des aspects profonds de la psychologie du führer, anticipant d’ailleurs certains évènements qui se produiront plus tard. Ce fait est bien connu dans le monde de la psychologie.

D’ailleurs, Langer lui-même a décidé de compléter ce rapport des années 40 avec un livre intitulé The mind of Adolf Hitler: A secret rapport on the war, qui sera publié en 1972. D’autres ouvrages suivront, comme A psychological analysis of Adolf Hitler, et Dissecting Hitler’s mind.

Tous ces livres et les rapports détaillés que Walter C. Langer nous a apporté tout au long de ces trois décennies, ont jeté les bases de la création d’une nouvelle discipline scientifique. Celle de l’élaboration des profils psychologiques des hommes politiques modernes.

L’horreur associée à l’idéologie du leader nazi a encouragé la nécessité de continuer à travailler dans ce domaine afin de prévenir des scénarios similaires à l’avenir. Toutefois, il faut souligner quelque chose d’intéressant…

Avant que les services de renseignement ne demandent à Langer la production de la fameuse analyse psychologique d’Hitler, des analystes britanniques et américains avaient déjà effectué d’autres rapports auparavant. Cependant, le travail fourni par ce psychanalyste freudien était beaucoup plus complet et utile.

En effet, le docteur Walter C. Langer ne s’est pas contenté de décrire uniquement un profil de personnalité. Il a tenté de prédire comment un homme ayant les caractéristiques psychologiques d’Hitler pourrait réagir dans certaines circonstances. En particulier celles où les événements pourraient aller à leur encontre.

Ces ‘prédictions’ se sont avérées très précises. Voyons cela ensemble.

“Le travail de Langer est essentiel non seulement en raison de sa valeur pour tout historien, mais également parce que c’était la première fois qu’un psychanalyste travaillait pour les services de renseignement.”

– Martin Waugh –

Walter C. Langer, le psychanalyste qui a aidé Freud pendant son exil

La première question qui nous vient à l’esprit est pourquoi lui. Pourquoi le Bureau des Services des Renseignements Américain a-t-il choisi le docteur Walter C. Langer pour réaliser l’analyse psychologique d’Adolf Hitler ?

L’explication réside dans la personnalité frappante et engagée de ce jeune psychanalyste, fils d’immigrés allemands qui se distinguait de l’Université d’Harvard à l’époque. Malgré ses origines modestes, Langer est parvenu à entrer rapidement au Massachusetts Institute of Technology.

Plus tard, il s’engage dans l’armée pour servir dans la Première Guerre Mondiale. Après cette expérience, il choisit ce qui sera sa voie ultime : étudier la psychologie à Harvard.

Une fois son diplôme en poche, il décide de se former en tant que psychanalyste. Pour cela, il n’hésite pas à se rendre en Allemagne, plus précisément à Vienne, où il est encadré par Sigmund Freud lui-même.

Ces années ont été aussi intenses que décisives dans sa carrière, et surtout dans sa vie personnelle. Il assiste à la montée du nazisme, à cette atmosphère de violence et de déraison. C’est lui qui aide Freud à s’exiler en 1938 avec un groupe important de scientifiques juifs et de militants opposés au nazisme.

Portrait de Sigmund Freud.

L’homme qui a réalisé l’analyse psychologique d’Adolf Hitler

Walter C. Langer aide et soutient pendant plusieurs années de nombreux psychanalystes, scientifiques et intellectuels juifs. Il leur fournit des visas et organise de petits groupes pour qu’ils puissent arriver en tant que réfugiés à la frontière suisse. Il fait également l’expérience directe de ce que l’armée allemande inflige aux civils.

Langer est un scientifique, l’un des esprits les plus brillants d’Harvard. Mais, ce qu’il voit en Allemagne l’incite à vouloir collaborer avec l’organisme Office of Strategic Services des Etats-Unis.

Ainsi, lorsque Wild Bill Donovan, le directeur de cet organisme, lui propose de créer le profil psychologique d’Hitler, il accepte le défi, conscient de ses limites. Mais sa façon de procéder et de récolter les informations est très claire.

Comment Walter C. Langer a-t-il élaboré le profil d’Hitler ?

Comme nous pouvons parfaitement l’imaginer, Walter C. Langer n’a pas pu faire la psychanalyse d’Hitler en personne. Pour ce faire, il a passé plusieurs mois à analyser ses apparitions publiques, ses discours, ses films, ses livres, ses articles de presse, ses magazines, ainsi que des entretiens personnels.

Parmi les personnalités les plus éminentes qu’il a interrogées, figurent les suivantes :

  • William Patrick Hitler, le neveu d’Hitler.
  • Son médecin de famille.
  • Eduard Bloch.
  • Ernst Hanfstaengl.
  • Hermann Rauschning.
  • La princesse Stéphanie von Hohenlohe.
  • Otto Strasser.
  • Friedlinde Wagner.
  • Kurt Ludecke.

Langer savait très bien comment distinguer les informations utiles de celles qui n’étaient pas fiables. Il était très habile, observateur, méticuleux et un grand analyste de la personnalité.

Une plume qui écrit.

Que disait l’analyse psychologique d’Adolf Hitler?

Le rapport rédigé par Langer fait plus de 1000 pages. Il faut souligner qu’il a été assisté par un autre psychologue de l’Université d’Harvard, le docteur Henry Murray, ainsi que son propre frère, William Langer, historien et responsable de la recherche et de l’analyse au sein des services stratégiques des Etats-Unis.

Que révèle donc cet ouvrage ? Quels sont les points essentiels qu’il soulève sur la personnalité d’Adolf Hitler ? Voici les idées les plus fondamentales.

Les conclusions du rapport

  • Selon Walter C. Langer, Hitler était un psychopathe névrosé, une personne à la limite de la schizophrénie.
  • Il aimait la pornographie, le sexe masochiste avec des tendances violentes.
  • Hitler avait eu des relations homosexuelles.
  • Il présentait une hypersensibilité et souffrait d’attaques de panique.
  • C’était un homme extrêmement jaloux, qui avait des fantasmes d’omnipotence et la folie des grandeurs.
  • Il était également fermement convaincu qu’il était dans ce monde pour remplir un objectif messianique.
  • Cependant, la chose la plus remarquable à propos du leader allemand est qu’il contrôlait parfaitement ses tendances pathologiques. De plus, il est parvenu à canaliser ses délires pour susciter des sentiments nationalistes et une forte haine des juifs au sein de la population.
  • Par ailleurs, Langer soulignait que le caractère d’Hitler se détériorait avec le temps. Une telle situation pourrait alors amener une partie de son armée à prendre conscience de son état mental et à penser que la meilleure option serait de l’éliminer. Ce qui s’est vérifié plus tard dans l’échec de la mission Opération Walkyrie.
  • Langer en est arrivé à la conclusion que, si tout se dirigeait contre Hitler, au vu de ses traits de personnalité, l’option la plus plausible serait que le leader allemand choisisse de se suicider.

Comme nous le savons (bien que certains prétendent le contraire), Adolf Hitler s’est donné la mort dans son bunker de Berlin en avril 1945 lorsque les forces soviétiques de Staline ont pris la ville. Langer avait raison et son rapport a été très utile pour les services secrets.

Le travail de ce psychanalyste est resté strictement secret pendant trois décennies, jusqu’à la publication dans les années 70 du livre The mind of Adolf Hitler dans lequel tous ces points sont soulignés. Une lecture intéressante pour comprendre, d’un autre point de vue, l’une des parties les plus obscures de notre histoire.

Cela pourrait vous intéresser ...
Sophie Scholl, la jeune femme qui fit face à Hitler avec une rose blanche
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Sophie Scholl, la jeune femme qui fit face à Hitler avec une rose blanche

Nous allons vous raconter aujourd'hui l'histoire d'une jeune femme courageuse nommée Sophie Scholl, membre de la Rose Blanche, qui défia Hitler.