Comment vivre au milieu de la tension que génèrent nos désirs et nos limites inconscientes

· 17 juillet 2017

Nous nous débattons entre les désirs fervents et les limites de la réalité. La vie nous présente des défis permanents et nous décidons lesquels ignorer et lesquels relever. Cependant, parfois, dans des situations exceptionnelles, nous traversons des situations limites. Ces dernières nous mettent à l’épreuve, et bien souvent, nous permettent de comprendre que nous sommes bien plus fort-e-s que ce que nous pensions.

Or, parfois, nos désirs ne se concrétisent jamais et nous n’avons pas la moindre idée de pourquoi ; dans cet article, nous allons donc essayer de mettre en évidence certaines de ces raisons camouflées. Si vous nous accompagnez, nous essaierons de découvrir d’où viennent ces limites inexplicables qui nous empêchent d’atteindre ce que nous désirons.


« Notre désir déprécie et abandonne ce que nous avons pour courir derrière ce que nous n’avons pas. »

– Michel de Montaigne –


Avant tout, nous pensons que les désirs surgissent comme résultat d’un intérêt à atteindre ce que nous n’avons pas, ou au moins de la manière et avec le temps que nous voulons. De plus, d’une certaine manière, nous sentons son manque et nous le considérons comme nécessaire.

Remplir ce vide implique de mettre en pratique un processus, une méthodologie ou une stratégie. Si on y arrive, tout marchera bien. Le problème surgit lorsque l’on remarque que l’on obtient autre chose. Ce que l’on désirait tant, n’est finalement pas ce que l’on voulait.

Ce résultat est aussi frustrant que lorsque l’on travaille très dur pour atteindre un objectif et que finalement on n’y arrive pas. De fait, il arrive aussi que parfois on ne trouve aucune satisfaction à lutter pour les désirs qui selon nous comptaient le plus. Pour peu que l’on mette en marche toutes les ressources que l’on a à notre portée, les progrès ne se produisent pas et l’objectif semble toujours rester à une plus grande distance de celle que l’on peut recouvrir en tendant le bras.

C’est comme si la réalité se chargeait de contrarier notre intention et notre raison, qui pour peu qu’elle plonge ne trouve pas de raison de ne pas atteindre l’objectif. Mais…que se passe-t-il réellement, au fond ? Où se trouve donc cet obstacle insurmontable ?

Messages qui contaminent nos désirs

Souvent, nous ne savons pas vraiment ce que nous voulons réellement. Non seulement nous nous laissons influencer par les désirs collectifs, exprimés dans la publicité par exemple, mais aussi par les commentaires de notre famille et de nos ami-e-s. Ce qui est certain, c’est que même si ces commentaires sont bien intentionnées, peut-être ne répondent-ils pas à nos besoins réels.

La famille est, en elle-même, une usine complète d’attentes. Depuis notre plus jeune âge se forge autour de nous une sorte « d’idéal ». Si nous sommes l’aîné-e de la maison, parce que nous le sommes. Si nous sommes le/la cadet-te, également. Et ainsi de suite avec différentes catégories, comme le genre ou l’apparence. D’autre part, la situation familiale au moment de notre venue au monde a aussi toute son importance.

Au départ, nous sommes le résultat des désirs de l’autre. C’est un désir qui rend possible notre vie. Dans une certaine mesure nous avons été désiré-e-s, puisque dans le cas contraire probablement ne serions-nous pas venu-e-s au monde. Et si n’avait pas existé un désir soutenu, nous n’aurions pas non plus survécu aux premières années de notre vie.

Cependant, ce désir qui nous a donné naissance n’est pas toujours clair ou sain. Malgré cela, au début de la vie, il ne nous reste pas d’autre choix que de nous plier aux désirs des autres. Une part du processus de maturité, c’est précisément de nous libérer de ce joug. Comprendre quel a été le désir qui a rendu possible notre vie. Et définir jusqu’à quel point ces attentes coïncident avec notre projet personnel.

Les ordres inconscients

Nous vivons dans un monde où il semble que tout le monde est capable d’émettre une opinion experte sur nos désirs. Evidemment, cela dépend aussi beaucoup du lieu que l’on occupe dans le monde et de l’environnement au sein duquel on évolue. Le bien et le mal, autrement dit le désirable et le reprochable, sont des catégories délimitées, au moins de manière partielle, avant notre existence.

Pendant l’enfance s’impriment dans la vie une série d’ordres. Certaines d’entre eux sont explicites. On vous dit comment vous « devez » être. On vous récompense quand vous vous adaptez au schéma et on vous punit si vous ne le faites pas. Ainsi, vous apprenez des schémas de conduite, et à force de renfort et de répétition, vous finissez par en faire une habitude. Pour cela, en plus d’un bon répertoire d’ordres directs, il y a aussi tout un ensemble d’ordres cachés qui sont bien plus difficiles à préciser.

Imaginons une mère submergée par une profonde tristesse qui câline son fils. Vous la voyez et, sans qu’elle ne vous dise rien, vous vous sentez redevable envers elle. Peut-être attend-elle que vous la consoliez. Que vous la libériez de sa frustration, de sa solitude ou de sa souffrance. Peut-être avez-vous été éduqué-e en fonction de cela. Et ainsi, sans même vraiment le remarquer, vous pouvez considérer son attente comme un ordre inconscient.

En suivant cet exemple, il est probable que celleux qui ont une mère ainsi aient des difficultés à définir et à réaliser leurs propres désirs. Vous pouvez considérer que chercher à atteindre l’indépendance, c’est agresser sa mère. Ou qu’être heureux-se et une manière de la trahir. Mais comme tout cela est inconscient, la situation ne sera pas aussi claire. Peut-être cela donnera-t-il lieu à des auto-sabotages, à des retards, ou une absence de buts.

Gagner la bataille entre les désirs et les limites

Si vous sentez que vous n’arrivez pas à définir quels sont vos désirs, il est tout à fait probable que s’opère alors en vous un ordre inconscient. Il en va de même dans les cas où apparemment, le désir est clairement défini, mais qu’aussi nombreux nos efforts puissent-ils être, on ne parvient pas à l’atteindre.

Les clés pour comprendre ce qui vous arrive peuvent résider dans votre enfance. Dans les désirs de celleux qui vous entouraient. Il peut arriver que vous réussissiez même à identifier ces attention que se sont forgées. Et que consciemment, vous les rejetiez et que vous cherchiez à vous en défaire.

Pour gagner la bataille entre les désirs conscients et les limites inconscientes, d’abord, vous devez identifier quelles sont ces forces déguisées ou cachées qui opèrent dans votre vie. Pour cela, il est indispensable de s’adonner à un exercice d’introspection, de manière à ce que l’aide thérapeutique devienne une alliée précieuse dans ces cas. En général, il permet de localiser les limites, d’en prendre conscience et de les diluer.

 

Images de Ammy Judd et F. Infante