Vermeer et La Jeune Fille à la Perle

L'artiste hollandais a créé des peintures qui comptent parmi les tableaux les plus aimés et les plus vénérés de l'histoire de l'art. Bien que seulement 36 de ses peintures soient disponibles, ces oeuvres rares comptent parmi les plus grands trésors des meilleurs musées du monde. Connaissez-vous les réponses aux mystères entourant sa vie ?
Vermeer et La Jeune Fille à la Perle

Dernière mise à jour : 15 mai, 2021

Le nom de Vermeer évoque instantanément l’image de la jeune fille immortalisée dans le tableau La jeune fille à la perle. Et c’est l’une des œuvres picturales les plus facilement identifiables par le grand public. Cette pièce est si importante qu’on l’appelle la Joconde du Nord.

La splendide interprétation d’une fille ordinaire par le maître hollandais du XVIIe siècle est devenue une icône universelle. Le tableau montre la jeune femme, sur un fond sombre mystérieux, et met en évidence une perle qui brille sur son lobe d’oreille.

L’art de Vermeer est devenu le canon des œuvres d’art hollandaises de l’âge d’or ; son travail est intime et traditionnel. Il a consacré sa maîtrise à l’exploration des moments de la vie quotidienne et à la documentation des espaces intérieurs, la quintessence du genre baroque.

Cependant, sa maîtrise du pigment et de la lumière a élevé l’artiste au-delà du domaine de ses contemporains. Son talent a donné un aperçu inimitable du style de vie de son temps.

La jeunesse de Vermeer.

La jeunesse de Jan Vermeer

Pendant des centaines d’années, les gens ont été fascinés et inspirés par les peintures de Johannes (alias Jan) Vermeer. Ce peintre est souvent considéré comme le peintre hollandais le plus respecté de l’histoire. Cependant, sa vie et son art sont entourés de mystère.

Vermeer est né en 1632 à Delft, aux Pays-Bas, bien que la date exacte ne soit pas connue. Il est né dans une famille de la classe moyenne inférieure. Johannes Vermeer van Delft est également connu sous le nom de Joannis ver Meer ou Joannis van der Meer.

Son père, Reijnier Jansz, était un artisan tisseur de soie devenu aubergiste et plus tard marchand d’art. Ce sont ces travaux commerciaux qui ont fait germer le goût de la peinture chez le jeune Vermeer.

On pense que sa mère, Digna Baltus, était une femme au foyer analphabète. Cette croyance est due au fait que Baltus a signé un “X” au lieu de son nom sur son certificat de mariage.

Lorsque le père de Vermeer est mort en 1652, le jeune Johannes a hérité des deux entreprises de son père. Avant cet événement, ses 20 premières années de vie sont à peine documentées. Malgré des recherches très poussées, aucune réponse claire n’a été trouvée.

En 1653, Vermeer a épousé  Catherina Bolnes et s’est converti au catholicisme. Le couple a eu 15 enfants, dont quatre sont décédés. Fait intéressant, seuls deux des tableaux de Vermeer représentent directement les enfants. Au contraire, sa femme Catherine a servi de modèle pour de nombreuses œuvres.

Travail précoce et maturité

Au début de sa carrière, l’artiste s’est concentré sur la production de peintures basées sur l’histoire. Aussi, à cette époque, il a recréé de nombreuses scènes de la Bible et de la mythologie classique.

Grâce à sa belle-mère, Maria, Vermeer a pu avoir côtoyé les citoyens les plus riches de Delft, tels que Pieter van Ruijven. Cependant, contrairement à la plupart de ses contemporains, Vermeer n’a jamais quitté sa ville natale et s’est appuyé uniquement sur le patronage local pour ses commandes.

On pense que Johannes et Catherine ont vécu une vie conjugale heureuse jusqu’à la mort prématurée de Vermeer en 1675. On pense qu’il est mort d’un accident vasculaire cérébral. Le couple était marié depuis 22 ans.

Catherine a soutenu le travail de son mari. Comme la plupart des artistes à cette époque, Vermeer a également accumulé une série de dettes qui sont restées avec sa famille après sa mort.

Le succès limité de Vermeer était lié à l’incapacité de trouver des commandes en dehors de Delft. En plus du fait qu’il n’a pas quitté la ville pour commercialiser ses œuvres et son talent.

Son succès limité est également lié à la limitation des matériaux avec lesquels il travaillait. Vermeer, contrairement à Rembrandt, ne travaillait pas avec des estampes, qui étaient extrêmement populaires à l’époque.

Le peu de succès du peintre à ce moment historique est aussi dû à des circonstances fortuites. Par exemple, la guerre franco-néerlandaise. Les invasions constantes des troupes ont eu des répercussions sur l’essor du marché de l’art.

Les peintures de Vermeer.

Mort et mystères de Vermeer

Maître Vermeer est tombé malade et est mort en 1675. Son enterrement a été célébré à Delft. Compte tenu de leurs dettes, sa femme a été contrainte de renoncer à son héritage et, par conséquent, ses biens ont été confisqués par ses créanciers.

Vermeer était à la tête de la Delft Artists Guild, un groupe d’artistes qui se rencontraient pour apprendre les uns des autres.  Bien qu’il ait été très respecté par ses pairs, il est mort pauvre et presque complètement inconnu pendant deux cents ans. Lorsque son œuvre a été redécouverte par l’art mondial au XIXe siècle, les mystères entourant sa vie ont refait surface.

Comment Vermeer a-t-il maîtrisé l’art de créer de la clarté dans ses peintures, dont beaucoup pourraient, à première vue, être confondues avec des photographies ? Comment a-t-il capturé autant de lumière et d’ombre alors que la création de ses tableaux a pris plusieurs mois ? Ces questions restent sans réponse.

Il y a ceux qui soutiennent que sa maîtrise est inégalée. D’autres disent qu’il a créé un premier type de caméra, “camera obscura“, qui lui a permis “d’arrêter le temps” et d’étudier les effets de la lumière. Encore d’autres trouvent des défauts dans ses peintures ou les attribuent à un autre artiste.

Vermeer peignait généralement des portraits ou des scènes de personnes effectuant leur travail quotidien. Seuls deux paysages lui sont attribués. Le peintre a compris l’effet de la lumière et du reflet sur une personne ou un objet.

Les experts en art attribuent le réalisme de ses peintures à ce fait. Essentiellement, Vermeer a reconnu que l’œil ne voit pas l’objet entier et sa couleur réelle, en raison des effets de lumière et de reflet.

La jeune fille à la perle

En regardant de près les peintures de Vermeer, nous pouvons voir ses signatures indéniables, son utilisation de la lumière et sa capacité à capturer la vie réelle. La jeune fille à la perle est l’une de ses œuvres les plus célèbres.

Le tableau représente une jeune fille portant une boucle d’oreille qui reflète prodigieusement la lumière, tandis que son regard est tourné vers le peintre. Le tableau a inspiré le roman de Tracy Chevalier en 1999, et un film, quelques années plus tard.

Sans aucun doute, c’est l’une des peintures les plus emblématiques de l’histoire de l’art. L’un de ces symboles que, bien que nous ne soyons pas experts dans le domaine, nous pouvons reconnaître et apprécier.

Cela pourrait vous intéresser ...
Jean-Michel Basquiat, biographie d’un artiste post-pop
Nos PenséesLisez-le dans Nos Pensées
Jean-Michel Basquiat, biographie d’un artiste post-pop

Quand on parle de Jean-Michel Basquiat, on parle de créativité, d'impertinence, de surprise et de nouvelles sensibilités.



  • Lapoujade, M. N. (2006). La imaginación estética en la mirada de Vermeer. Herder.
  • Westermann, M. (2003). Vermeer y la imaginación interior. In Vermeer y el interior holandés (pp. 59-93). Museo Nacional del Prado.
  • Lamelas, G. F. (2011). Arte y clases sociales; Vermeer y Meunier. Revista de Claseshistoria, (11), 10.