Verdi : biographie d’un monstre sacré

· 21 avril 2019
Qui était Giuseppe Verdi ?

Le célèbre musicien et compositeur Giuseppe Verdi avait un talent extraordinaire. Au-delà de son travail dans le domaine de la musique, il possédait de nombreux dons et a vécu sa vie avec probité, générosité et détermination. Son héritage artistique et moral a désormais une place indiscutable dans l’histoire universelle.

Parme, la terre natale de Verdi, était un duché qui a successivement été attribué à Napoléon, aux Habsbourg et aux Bourbon jusqu’en 1860, où il a commencé à faire partie du nouveau Royaume d’Italie.

Au milieu de la situation d’instabilité politique qui régnait en Italie, Verdi, armé de sa musique, a réussi à contribuer à l’unification du pays. Des passages de ses opéras ont servi et servent encore aujourd’hui à exalter le caractère nationaliste du peuple italien.

Verdi ne composait pas en pensant aux groupes privilégiés de la société de l’époque : il pensait à la classe populaire. Ses compositions s’appuyaient sur les passions de l’humanité, les sentiments extrêmes comme l’amour, la haine, la jalousie et la peur.

dessin de Verdi

Les premières années

Giuseppe Fortunino Francesco Verdi est né le 10 octobre 1813 à Roncole, près de Parme, en Italie. Il faisait partie d’une famille modeste. Son père, Carlo Giuseppe Verdi, était aubergiste. Sa mère, Luisa Utinni, était tisseuse. Le petit Verdi a donc grandi dans un environnement rustre et rural.

Son père avait remarqué la fascination de son fils pour la musique. Il lui a donc offert une vieille épinette à l’âge de 8 ans. Cet instrument a été spécifiquement restauré pour lui et Giuseppe a passé des heures à pratiquer. C’était un enfant surdoué. Son immense talent a été découvert par le commerçant Antonio Barezzi qui est rapidement devenu son protecteur.

À seulement 12 ans, le jeune Verdi a déménagé à Busseto pour habiter chez Barezzi. Le commerçant s’est alors chargé de la formation du jeune homme et s’est efforcé de lui donner la meilleure éducation musicale possible. C’est au cours de cette période qu’il a connu son maître Ferdinando Provesi.

« J’adore l’art. Quand je suis seul avec mes notes, mon cœur s’emballe et des larmes s’échappent de mes yeux. Je suis submergé par l’émotion et la joie qui m’envahit. »

-Giuseppe Verdi-

Giuseppe Verdi : la désolation de sa jeunesse

À ses 18 ans, et grâce à l’aide de son bienfaiteur, Giuseppe Verdi a une nouvelle fois changé de résidence. Sa nouvelle destination n’était autre que Milan. Verdi mourait d’envie de passer l’examen d’admission au Conservatoire de cette ville. Cependant, la prestigieuse école ne l’a pas admis car il était trop âgé pour y entrer.

Ironiquement, aujourd’hui, le Conservatoire de Milan, qui ne l’a pas admis dans sa jeunesse, porte le nom de Verdi. Ceci s’est produit après sa mort, contre la volonté du célèbre musicien.

En 1836, à l’âge de 23 ans, Verdi s’est marié avec la fille de son bienfaiteur, Margherita Barezzi. Ils ont eu deux enfants. Cependant, ils ont du affronter de façon très précoce le décès de leurs deux bébés alors qu’ils avaient à peine un an.

À ce moment, Verdi était à la tête de la Société Philharmonique de Busseto et donnait des cours particuliers, des tâches qu’il réalisait en plus de son travail pour son premier opéra, Oberto.

Les débuts difficiles avec ses opéras

En 1939, sa première oeuvre n’avait pas encore été jouée. Le couple a donc décidé de retourner à Milan pour gérer la mise en scène de cet opéra sous la direction de la Scala. Oberto a alors connu un succès relatif et a été joué 14 fois. Après cela, Verdi a signé un contrat à la Scala pour jouer trois nouvelles œuvres.

Ces années ont été difficiles pour le grand maître. Le 18 juin 1840, Margherita est décédée à cause d’une encéphalite; elle n’avait que 26 ans. Malgré sa peine et sa désolation, Verdi s’est vu dans l’obligation de respecter son contrat.

C’est dans ces circonstances qu’il a écrit sa seconde oeuvre, Un Giorno di Regno, un opéra comique. L’oeuvre a été représentée pour la première fois le 5 septembre 1840 et a été un véritable échec. Verdi a alors songé à abandonner sa carrière.

La renaissance d’un cœur brisé

Par chance, Verdi a repris ses esprits et s’est remis à ses compositions. Alors que son pays était divisé et opprimé sur le plan politique, Nabucco est parvenu à raviver la flamme de la composition dans le cœur de Verdi.

L’oeuvre a été joué à la Scala en 1842. Son triomphe a été phénoménal. La classe populaire s’est immédiatement identifiée au conflit recréé dans le drame.

Grâce à Nabucco, Verdi, que la société milanaise avait jusqu’alors exécré, a été consacré en tant que compositeur et est devenu l’icône de la lutte italienne pour l’unification du pays. Le peuple s’est approprié le « va, pensiero« , diffusé par toute la nation en tant que chant de résistance, « l’hymne du risorgimento« .

Les premiers chefs-d’oeuvre et l’apogée de sa carrière

Son premier chef-d’oeuvre, Rigolettoest joué en 1851. Deux ans plus tard, Il Trovatore et La Traviata suivent cet immense succès. Après sa consécration en tant que compositeur, Verdi s’est concentré sur ses préférences musicales. Ses œuvres, à partir de là, ont préféré suivre une justesse dramatique plutôt qu’un conservatisme musical.

Nous trouvons un exemple de l’expression de la recherche du compositeur dans son oeuvre Aida (1871), une pièce qui a une orchestration plus soignée et dans laquelle nous pouvons apprécier des arias plus brefs et mieux intégrés; en d’autres termes, elle présente moins de segmentation entre les mouvements.

À partir de ce moment, Verdi a commencé à se retirer du monde de la composition, même s’il a composé quelques œuvres immortelles basées sur des textes de Shakespeare : Otello et Falstaff. 

Mort et héritage de Giuseppe Verdi

À 84 ans, Verdi a enterré sa seconde épouse, Giuseppina, qui est décédée le 14 novembre 1897 des suites d’une bronchite. Le compositeur est resté dans leur villa, Sant’Agata. Il travaillait alors dans les champs.

Lors d’un voyage à Milan, Giuseppe Verdi a été terrassé par une apoplexie. Il est décédé le 27 janvier 1901. Sa mort a ému le pays et la société toute entière. Les manifestations de respect et de douleur face à son décès ont été extrêmement massives dans la ville.

statute de Verdi

La maison de retraite fondée par Verdi

Verdi a laissé sa fortune à la maison de retraite des musiciens qu’il a lui-même fondée pour l’hébergement de musiciens en situation précaire : la Casa di riposo per musicisti. Comme il l’avait demandé, c’est là que reposent son corps et celui de son épouse.

Cette maison de retraite est encore ouverte aujourd’hui. Il s’agit d’une sorte de résidence pour les personnes âgées qui se sont consacrées à la musique. Un lieu où la musique surgit à chaque instant, où les anciennes figures des opéras profitent de leur retraite. Verdi s’en sentait particulièrement fier.

Verdi : un monstre sacré

Peu de compositeurs ont été capables d’écrire des opéras de philosophie politique, mais Verdi a été une exception. Il est devenu un personnage universel. Le grand public aimait ses œuvres et il a été l’un des rares auteurs à pouvoir connaître un véritable succès et à obtenir d’importants bénéfices économiques.

Les critiques ont attaqué ses opéras pour ses références au viol, au suicide et aux amours libertines. Cependant, Verdi a réussi à surmonter les infortunes dans sa vie et les obstacles que les critiques lui imposaient, en faisant passer ses propres idées et paramètres avant tout.

 

  • Mila, M., de Aranda, C. G. P., & Tamargo, C. S. (1992). El arte de Verdi. Alianza.
  • Southwell-Sander, P. (2001). Giuseppe Verdi. Ediciones Robinbook.